PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLe délai pour la soumission des offres de la première république aux...

Le délai pour la soumission des offres de la première république aux banques est dépassé alors que la FDIC se dépêche de résoudre la crise et d’éviter une mise sous séquestre.

Les régulateurs américains se sont dépêchés de résoudre la crise de la First Republic Bank dimanche après le franchissement d’une limite de mi-journée pour soumettre des offres finales pour reprendre l’établissement financier en difficulté.

La Federal Deposit Insurance Corp. avait demandé à des banques, notamment JPMorgan Chase & Co., PNC Financial Services Group Inc., et Citizens Financial Group Inc., de soumettre des offres, selon des sources proches de l’affaire. Bank of America Corp. et US Bancorp ont également été invités mais ont décidé de ne pas faire d’offre, selon les sources, qui ont demandé à ne pas être identifiées lors de discussions confidentielles. 

Si aucun accord n’est trouvé, les régulateurs auraient la possibilité de saisir First Republic et de prendre possession de la banque. 

Les porte-parole de JPMorgan, PNC, Citizens Financial, US Bancorp, Bank of America et de la FDIC ont refusé de commenter. 

Le processus d’enchère lancé par les régulateurs – après des semaines de discussions infructueuses entre les banques et leurs conseillers – pourrait ouvrir la voie à une vente plus ordonnée de First Republic que les enchères interminables qui ont suivi les échecs de Silicon Valley Bank et Signature Bank le mois dernier. Les autorités interviennent après une chute particulièrement précipitée du cours de l’action de la société au cours de la semaine dernière, qui est maintenant en baisse de 97% cette année.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les taux d'intérêt des comptes d'épargne sont les meilleurs depuis des années, selon les experts. Comment obtenir un rendement élevé.

Certaines personnes impliquées dans le processus ne savent pas si les régulateurs pourraient utiliser une offre pour une solution dite de « banque ouverte » qui évite de déclarer formellement First Republic en faillite et de la saisir. 

La baisse de l’action – qui laisse la société avec une capitalisation boursière de 650 millions de dollars – rend une telle prise de contrôle au moins un peu plus réalisable.

Mortgages Jumbo

Mais les finances ne sont pas le seul obstacle à la conclusion d’un accord.

JPMorgan fait partie d’un petit nombre de banques géantes qui ont déjà accumulé plus de 10% des dépôts nationaux, rendant la société inéligible en vertu des réglementations américaines pour acquérir une autre institution de dépôt. Les autorités devraient faire une exception pour permettre à la plus grande banque du pays de devenir encore plus grande.

Le soir du vendredi, la FDIC n’avait pas encore pris de décision pour mettre First Republic en faillite, ont déclaré des personnes ayant une connaissance directe de l’affaire. Les représentants du régulateur bancaire de la Californie, qui prendrait la tête pour déclarer si le prêteur est en faillite, n’ont pas répondu aux demandes de commentaire.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'économie britannique restera la plus mal performante des nations les plus importantes, prédit le FMI.

Pesant sur le bilan de First Republic, une montagne de prêts à faible taux d’intérêt, notamment un portefeuille inhabituellement important de prêts hypothécaires jumbo à des clients fortunés. De tels dettes ont perdu de la valeur avec la hausse des taux d’intérêt, laissant la société faire face à des pertes si elle est forcée de les vendre.

Lors de la crise bancaire régionale du mois dernier, les clients fortunés et les entreprises ont retiré leurs liquidités des banques présentant de tels défauts de bilan. En réponse, la Réserve fédérale a ouvert une installation d’emprunt d’urgence pour donner aux banques un moyen d’emprunter contre une partie de leurs avoirs pour répondre à toute demande de liquidités.

En attente d’aide

Un groupe de 11 banques qui ont déposé 30 milliards de dollars dans First Republic en mars – lui donnant le temps de trouver une solution privée – ont été réticents à s’associer pour faire un investissement commun. Quelques propositions qui ont vu le jour ces derniers jours ont appelé à un consortium de banques plus solides pour acheter des actifs de First Republic pour plus que leur valeur marchande. Mais aucun accord ne s’est concrétisé.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'action Intel dégringole alors que le directeur financier met en garde contre l'excès de stocks de puces dans les centres de données

A la place, certaines entreprises plus fortes attendent que le gouvernement offre une aide ou mette la banque en faillite, une résolution qu’elles considèrent comme plus propre – et qui pourrait se terminer par une vente de la banque ou de ses pièces à des prix attractifs.

Cependant, la faillite est une issue que la FDIC préfère éviter, en partie à cause de la perspective qu’elle infligera un coup de plusieurs milliards de dollars à son propre fonds d’assurance-dépôt. L’agence prévoit déjà d’imposer une évaluation spéciale sur l’industrie pour couvrir le coût des échecs de SVB et Signature Bank le mois dernier.

– Avec l’aide de Lydia Beyoud et Max Reyes.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles