PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLe nouveau PDG de Shell se rend à New York pour montrer...

Le nouveau PDG de Shell se rend à New York pour montrer l’argent aux investisseurs pétroliers

Le nouveau directeur général de Shell Plc, Wael Sawan, est convaincu que le géant pétrolier est sous-évalué par rapport à ses homologues américains. Il se rend maintenant à New York pour tenter de le prouver.

Contenu de l’article

(Bloomberg) – Le nouveau directeur général de Shell Plc, Wael Sawan, est convaincu que le géant pétrolier est sous-évalué par rapport à ses homologues américains. Il se rend maintenant à New York pour tenter de le prouver.

Annonce 2

Contenu de l’article

Lors d’une présentation mercredi, Sawan donnera aux investisseurs son point de vue le plus approfondi sur la façon dont il mettra en œuvre sa vision de l’entreprise : offrir de meilleurs rendements aux actionnaires et combler l’écart de valorisation avec des entreprises comme Exxon Mobil Corp. et Chevron Corp.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le fonds d'investissement achète les actions des véhicules électriques Rivian, Nikola et Lucid, et vend celles de Workhorse.

Contenu de l’article

Pour y parvenir, on s’attend à ce que Sawan augmente les dividendes et se recentre sur les combustibles fossiles qui ont généré des bénéfices records l’année dernière. Ce serait un autre signe de la victoire de la vision américaine de l’avenir des grandes compagnies pétrolières, que Shell a été encouragée à adopter par l’investisseur activiste Third Point LLC de Dan Loeb.

“Shell doit se remettre en question et déterminer où elle génère des rendements supérieurs et où elle n’en génère pas”, a déclaré Christyan Malek, responsable de la stratégie énergétique chez JPMorgan Chase & Co. “Au cours des dix prochaines années, tirer parti d’un supercycle pétrolier pourrait s’avérer être le principal atout concurrentiel de Shell par rapport à ses homologues européens.

Contenu de l’article

Annonce 3

Contenu de l’article

Voici les messages clés à retenir de l’événement de cette semaine :

Dividendes

Les généreux dividendes de Shell ont attiré les investisseurs pendant des décennies, jusqu’à ce que l’ancien PDG Ben van Burden réduise les paiements de deux tiers au plus fort de la pandémie de coronavirus en 2020.

L’une des principales annonces de cette semaine sera de savoir ce que Sawan fera de la distribution, qui a augmenté régulièrement depuis 2020 mais reste encore inférieure de 40 % à son niveau d’avant la réduction. Shell a utilisé son flux de trésorerie record l’année dernière pour racheter des milliards de dollars de ses propres actions et coupler cela avec une augmentation du dividende donnerait un message clair aux investisseurs.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les prix mondiaux des denrées alimentaires se maintiennent à leur niveau le plus bas depuis neuf mois, ce qui allège la pression sur les ménages

Le rendement pour les actionnaires est “l’éléphant dans la pièce”, selon Biraj Borkhataria, analyste chez RBC, qui s’attend à une augmentation du dividende de 20 %. Ce niveau pourrait être maintenu avec un pétrole à plus de 50 dollars le baril – bien en dessous des prix actuels – sans avoir à couper dans le budget de Shell pour les dépenses d’investissement, a-t-il dit.

Annonce 4

Contenu de l’article

Retour aux sources

M. Van Beurden a été le premier PDG de Shell à s’engager à réduire les activités liées aux combustibles fossiles et à parvenir à des émissions nettes de carbone nulles. M. Sawan devrait ramener l’entreprise vers la source de la plupart de ses profits : le pétrole et le gaz.

Il s’agit en partie d’une réponse à la façon dont le monde a changé depuis que la Russie a envahi l’Ukraine. La décision de Moscou de fermer ses gazoducs vers l’Europe a créé un nouveau marché énorme pour le gaz naturel liquéfié, que les grandes compagnies pétrolières internationales sont parfaitement placées pour servir.

L’unité de gaz naturel de Shell a joué un rôle clé dans les bénéfices record de l’entreprise en 2022, et a poursuivi ses excellentes performances au premier trimestre 2023. Le monde a “désespérément besoin” de gaz naturel, a déclaré M. Sawan au début de l’année. Des documents internes consultés par Bloomberg montrent que l’entreprise considère désormais que le gaz joue un rôle à long terme dans l’énergie mondiale et vise à développer son activité GNL sur les marchés clés.

Annonce 5

Contenu de l’article

Sous la direction de M. van Beurden, Shell a déclaré que sa production de pétrole avait atteint son maximum en 2019 et qu’elle diminuerait de 1 à 2 % par an jusqu’en 2030, soit une réduction globale de 20 %. En réalité, la production de pétrole de Shell a chuté encore plus rapidement, atteignant la baisse de 20 % plus tôt que prévu grâce à des désinvestissements tels que la vente à ConocoPhillips, pour 9,5 milliards de dollars, d’actifs dans le bassin permien aux États-Unis.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La reprise de l'euro permet d'envisager 1,10 dollar, la BCE étant désormais le dernier faucon en place

M. Sawan a déjà laissé entendre qu’il n’était pas favorable à la poursuite de la réduction des activités pétrolières et gazières de Shell, déclarant au début de l’année qu’une réduction de la production à l’heure actuelle “n’est pas saine” pour les consommateurs ou l’économie mondiale.

Impitoyable

Qu’il s’agisse de pétrole, de gaz ou d’énergie renouvelable, M. Sawan a déclaré qu’il adopterait une approche “impitoyable” quant à la manière dont l’entreprise dépense son argent. Les projets qui ne passent pas la rampe ne seront pas réalisés.

Annonce 6

Contenu de l’article

Les investisseurs seront impatients de savoir comment cette approche affectera les dépenses d’investissement annuelles de Shell, qui devraient se situer dans une fourchette de 23 à 27 milliards de dollars cette année. Ils seront également attentifs à tout signe de ralentissement des investissements dans l’électricité propre après que la société ait dépensé un montant record de 3,5 milliards de dollars pour son unité de solutions énergétiques et d’énergies renouvelables l’année dernière.

Shell avait autrefois pour objectif de devenir la plus grande compagnie d’électricité au monde, mais les dirigeants ont récemment déclaré aux employés de l’unité de production d’énergie renouvelable qu’ils devaient faire des bénéfices, et pas seulement réduire les émissions de CO2. M. Sawan a répété à plusieurs reprises que la stratégie actuelle de l’entreprise, “Powering Progress”, qui consiste à augmenter les bénéfices tout en réduisant les émissions, est la bonne, mais que son exécution sera probablement différente sous sa direction.

Contenu de l’article

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de faire en sorte que vos commentaires soient pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par courrier électronique : vous recevrez désormais un courrier électronique si vous recevez une réponse à votre commentaire, si une mise à jour est apportée à un fil de discussion que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos lignes directrices pour la communauté pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Participez à la conversation

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles