PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa capture de l'État en Afrique du Sud

La capture de l’État en Afrique du Sud

Les Sud-Africains sont quotidiennement plongés dans l’obscurité par coupures de courant permanentes. Ces coupures sont un rappel brutal de la destruction que des années de mainmise de l’État ont causée à Eskom, la société d’État chargée de la gestion de l’électricité. service public d’électricité.

L’incapacité d’Eskom à répondre aux besoins énergétiques des citoyens et de l’économie est aujourd’hui l’exemple indéniable de la manière dont l’accaparement de l’État a rendu inefficaces les organismes parapublics et autres institutions publiques. Le pays doit agir de toute urgence pour récupérer les fonds volés et redresser l’économie.

Jusqu’à présent, le président Cyril Ramaphosa n’a proposé que quelques objectifs généraux, et les résultats ont été insatisfaisants. Par exemple, le “total de R2,9 milliards”Selon lui, le montant que les forces de l’ordre ont récupéré n’est qu’une petite partie des 500 milliards de rands volés par l’État. L’impunité est à l’origine de ce gâchis.

La culture de l’impunité a perduré depuis la présidence de Jacob Zuma. Si l’on veut la remplacer par une nouvelle ère d’intégrité et de responsabilité, il faut faire beaucoup plus. Mais quoi, et comment exactement ?

Dans mon article Je réponds à cette question en proposant un plan réalisable et conforme à la constitution. Je jette les bases d’un nouveau système de recours anti-corruption qui aiderait le gouvernement à récupérer l’argent et à restaurer la dignité du peuple d’Afrique du Sud.

Le point de départ de mon argumentation est que la Constitution de l’Afrique du Sud a été modifiée. séparation des pouvoirs – la division de l’autorité de l’État et des fonctions essentielles – comprend une quatrième branche de l’État. Elle est mieux décrite comme la “branche de l’intégrité et de la responsabilité” et elle devrait inclure les éléments suivants l’autorité de poursuite.

Lorsque le rôle spécial de l’autorité de poursuite est ainsi compris, la politique de poursuite peut être exploitée pour commencer à récupérer les profits illégaux de la capture de l’État. Cela devrait commencer de toute urgence – en attendant l’intervention législative nécessaire – par l’utilisation de l’outil de réparation internationalement reconnu, la résolution hors procès. Cet outil peut être adapté au contexte constitutionnel sud-africain.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le Royaume-Uni conclut des accords commerciaux historiques avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande pour éliminer les formalités administratives pour les PME.

Les résolutions hors procès réimaginées

Les résolutions hors procès sont des mécanismes permettant de résoudre les affaires de corruption sans avoir recours à un procès pénal complet. Les procès pénaux impliquent une lourde charge de preuve, “au-delà du doute raisonnable”. Ils ont également tendance à être longs et coûteux à organiser. Les affaires de corruption économique sont particulièrement difficiles à poursuivre, étant donné la nature complexe de la fraude, qui tend à traverser les frontières internationales.

Les résolutions hors procès prennent diverses formes et sont utilisées largement au niveau international. Il s’agit notamment d’un accord de plaidoyer, d’un accord de poursuite différée, d’un accord de non-poursuite et d’un accord plus large. refus informel d’engager des poursuites (par exemple, par le biais d’une lettre).

Pour garantir l’adéquation et la légitimité locales, ces instruments devraient être collectivement appelés mécanismes de “recours anti-corruption”. Dans mon articlej’explique comment et pourquoi il serait constitutionnel de commencer à conclure de telles résolutions sans procès avec les auteurs de capture d’État en attendant l’introduction législative du système de réparation anti-corruption que je propose.

Pour l’instant, une politique de poursuite (par exemple, par le biais de directives) pourrait être émise pour faire usage d’une section potentiellement précieuse de la loi sur la corruption. Loi sur l’Autorité nationale des poursuites, 1998: section 38. Elle permet à l’autorité de poursuite de faire appel à des spécialistes (tels que des experts médico-légaux et juridiques) dans des “cas spécifiques”.

La capture d’État est certainement un “cas spécifique” méritant une attention particulière. L’article 38 pourrait donc être utilisé pour conclure des accords de poursuites différées, ou d’autres types d’accords de réparation en matière de lutte contre la corruption. Ces accords seraient conclus avec des personnes ou des entités qui déclarent elles-mêmes leurs profits illégaux, ou qui sont identifiées par des dénonciateurs. De cette manière, l’argent peut commencer à revenir dans les caisses de l’État plus tôt que prévu.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'Angleterre prend sa revanche face à l'Afrique du Sud

Ces accords définiraient les résultats attendus en matière de réparation (comme le remboursement de l’argent à une certaine date et la réhabilitation de l’entité pillée) et les autres droits et obligations des parties. À ce stade, aucune sanction ne devrait être imposée pour les actes répréhensibles – cela nécessite un soutien législatif car la loi présume l’innocence.

Mais, pour réitérer, la récupération des bénéfices mal acquis de la capture de l’État peut commencer (via la politique de poursuite). Cette composante de ma proposition s’inspire de la formulation par l’ancien juge de la Cour constitutionnelle Johan Froneman du ” principe de l’absence de profit et de perte ” dans l’affaire de l’ancien président de la Cour constitutionnelle. 2014 dans l’affaire All Pay 2.

L’essence de ce principe est que, bien que des sanctions ne puissent être imposées sans l’application correcte de la loi, la responsabilité publique signifie qu’il n’existe aucun droit sur les bénéfices obtenus illégalement. La Commission Zondo rapports fournissent des détails sur ceux qui ont gagné illégalement.

Réforme législative

Pendant que le dégorgement (remise) des profits illégaux est en cours comme décrit ci-dessus, les bases peuvent être posées pour une réforme législative plus complète. C’est le troisième volet de ma proposition. Je suggère que le pays n’a pas besoin d’une législation entièrement nouvelle sur les résolutions hors procès, comme le suggère l’étude de la Commission européenne. rapports Zondo.

Au contraire, il devrait simplement modifier l’article 38 de la loi sur la protection de l’environnement. Loi sur l’Autorité nationale des poursuites, 1998 pour introduire un système de recours anti-corruption à part entière. Dans le cadre de ce système, il y aurait un organe de recours anti-corruption – peut-être une commission en tant que sous-ensemble de l’autorité de poursuite existante. Unité spécialisée dans les délits commerciaux. Elle devrait être dotée d’un personnel composé d’un mélange adéquat d’experts. Les affaires seraient déterminées selon la norme de preuve civile inférieure : “l’équilibre des probabilités”.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un dirigeant du football espagnol suspendu après avoir embrassé un joueur sur les lèvres

L’intervention législative devrait prévoir des amendes administratives (essentiellement des sanctions pécuniaires civiles). Ces amendes devraient correspondre à un pourcentage du bénéfice illégal que la partie a tiré de l’opération de corruption. Les amendes administratives sont déjà utilisées dans le pays. concurrence et environnement Les régimes de droit environnemental. Ils peuvent améliorer la dissuasion et renforcer les réparations.

La commission proposée déterminerait les mesures de réparation appropriées dans un cas donné. Elle prendrait en compte des facteurs dans la “balance de la réparation” tels que l’étendue du préjudice, la récidive, la volonté de réparer et la bonne foi. Ainsi, par exemple, il pourrait y avoir un accord pour reporter (retarder) les poursuites pénales si le délinquant fait preuve de bonne foi, coopère et remplit toutes ses obligations de remboursement (et autres réparations). Les conclusions de la commission seraient les suivantes susceptibles d’être examinées par un tribunal d’archives – comme le tribunal de la concurrence.

En conclusion, le système de recours anti-corruption proposé est fondamentalement le bon mélange de justice rétributive et réparatrice pour restaurer la dignité du peuple d’Afrique du Sud. Il permettrait de rétablir la confiance du public dans le gouvernement, de réduire l’impunité et d’ouvrir une ère d’intégrité et de responsabilité accrues. Le moment est venu de faire en sorte que cela se produise.

Lauren KohnAvocat de la Haute Cour de SA, chercheur et expert juridique : droit administratif et constitutionnel, département de droit public et jeune chercheur, Université de Cape Town

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire le article original.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles