Les PME britanniques peuvent devenir le changement dont la biodiversité a besoin

0
0
The UN predicts one million of the eight million species on the planet will be extinct by 2039, while UK biodiversity is already at a 50 per cent loss.

Les Nations unies prévoient qu’un million des huit millions d’espèces de la planète auront disparu d’ici 2039, alors que la biodiversité du Royaume-Uni a déjà perdu 50 % de sa valeur.

Il est difficile de surestimer l’importance de cette situation ou de sous-estimer l’importance de la biodiversité dans nos vies. Il sera difficile de rétablir la biodiversité, mais il est de notre responsabilité à tous, y compris les entreprises, de nous attaquer à ce problème.

Comme l’explique Jason Knights, directeur général de Ground Control, la protection de la biodiversité ne se limite pas à la protection d’une belle espèce de fleur ou d’un animal sentimental des haies. Le maintien de l’équilibre délicat d’écosystèmes extrêmement complexes est essentiel pour fournir les choses dont nous avons besoin pour survivre, de la nourriture que nous mangeons à l’eau que nous buvons et à l’air que nous respirons. Il est urgent que les plus petites entreprises et les grandes organisations mondiales prennent des mesures pour inverser cette tendance et amener la planète à un gain net de biodiversité.

La vie sur terre est une tapisserie aux multiples facettes composée de micro-organismes, de flore et de faune qui ont formé des écosystèmes délicats pendant des millions d’années. La craie utilisée par votre instituteur à l’école primaire ou l’essence de la voiture de vos parents sont toutes issues de l’activité biologique. La biodiversité est également ancrée dans la prévention des inondations et de l’érosion et dans la régulation des régimes climatiques. Si un huitième de la vie sur terre disparaît, l’impact de cette perte sur la planète sera considérable et difficile à mesurer.

Au Royaume-Uni, la situation est particulièrement grave. Près de la moitié de la biodiversité du pays a disparu depuis l’avènement de la révolution industrielle et, aujourd’hui, la Grande-Bretagne se classe parmi les 10 % de pays les moins riches en biodiversité du monde. Ce “pays vert et agréable” était autrefois beaucoup plus vert et agréable, mais les dégâts vont au-delà des apparences.

La monoculture dans l’agriculture et l’utilisation de produits chimiques nocifs ont dévasté la précieuse nutrition des sols et pollué les cours d’eau. Si l’on ne met pas un terme à ce déclin, il sera impossible de cultiver bon nombre des aliments dont nous dépendons, tandis que d’autres pays dont nous importons actuellement les produits seront confrontés à des défis similaires.

Il est également difficile d’inscrire la biodiversité à l’ordre du jour des dirigeants mondiaux, qui privilégient un engagement plus large en faveur de la durabilité plutôt que la biodiversité. L’ONU elle-même semble vouloir soutenir ce point de vue en retardant pour la quatrième fois le sommet crucial sur la biodiversité de la COP 15. Pourtant, le changement climatique et la perte de biodiversité sont étroitement liés.

Face à ce défi, il peut être facile d’être fataliste, mais chaque partie de la société a un rôle crucial à jouer pour protéger la biodiversité, y compris les petites et moyennes entreprises. Près d’un cinquième des terres du Royaume-Uni appartiennent à des sociétés privées, dont 90 % sont des PME.

Leurs efforts peuvent contribuer grandement à encourager des environnements favorables à la biodiversité où la vie prospère. Cela passe par les actions directes qu’elles peuvent mener elles-mêmes, l’influence qu’elles peuvent avoir sur leurs employés et la voix collective qu’elles peuvent élever pour créer un changement positif.

Cela peut commencer par quelque chose de simple, comme planter plus d’arbres et de plantes, mais peut aussi s’étendre à l’approvisionnement en fournitures de bureau auprès d’entreprises locales durables. De nombreux petits fournisseurs sont soucieux de l’environnement et plus attentifs aux préoccupations éthiques de leurs clients que les grandes entreprises qui privilégient le volume et les marges. Par exemple, les PME peuvent soutenir les cultivateurs et les producteurs alimentaires britanniques qui utilisent des méthodes durables sans produits chimiques nocifs. Chaque choix réfléchi contribue à accroître la diversité naturelle, à réduire la destruction des habitats et à enrichir la santé des sols et de l’eau pour que la vie puisse s’épanouir. Cette démarche peut également avoir une influence sur les employés au-delà du bureau, en les informant sur la manière dont ils achètent et consomment à la maison et en passant le mot à leurs amis et à leur famille.

Les PME opérant sur des sites partagés devraient également faire pression sur les propriétaires de grands bâtiments et terrains aménagés pour qu’ils créent des initiatives en faveur de la biodiversité. Laisser des zones de ré-ensauvagement plutôt que des pelouses impeccablement entretenues peut encourager les fleurs sauvages et les espèces d’insectes à se développer. L’installation de “briques à abeilles” dans les murs et la création de couloirs naturels pour les pollinisateurs et les petits animaux vers d’autres sites peuvent également créer des passerelles permettant à la biodiversité de se développer et de se répandre.

Le défi de l’augmentation de la biodiversité est rude, mais il doit être relevé sans détour. Les PME ont l’habitude de s’adapter aux défis et peuvent contribuer à faire progresser la société vers le prochain gain de biodiversité si elles adoptent une approche positive pour aider les habitats. En mettant à profit leur ténacité, leurs ressources humaines et leur influence collective, les PME peuvent constituer une force majeure pour inverser la tendance à la perte de biodiversité.

Retour à l’accueil Worldnet