PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentNotre bien-aimée Afrique du Sud est à nouveau menacée par la politique.

Notre bien-aimée Afrique du Sud est à nouveau menacée par la politique.

Chaque jour, le pays avance vers un avenir inconnu défini par le désespoir et les frustrations résultant des exigences du carriérisme politique empoisonné.

L’incompétence, la cupidité, la corruption et la tendance à faire de la politique une carrière à vie ont réduit le travail gouvernemental à la politique.

Le pays a énormément changé depuis l’avènement de la pandémie, exposant le Sud-Africain moyen à l’incertitude. Il y a eu une augmentation significative de la dette, du chômage, de la pauvreté et du coût de la nourriture.

La pandémie et son impact sur l’économie mondiale ont également révélé la vulnérabilité de l’Afrique du Sud aux chocs externes – et la continuation de l’expérimentation de politiques gouvernementales.

Le Plan de reconstruction et de relance économique (ERRP) présenté au Parlement en octobre 2020, par exemple, s’engage dans l’expérimentation de politiques comme moyen de sortir de la crise:

  • Premièrement, à partir de la souffrance auto-infligée causée par des politiques de redistribution de tendance socialiste qui ont eu des conséquences dévastatrices sur la croissance économique;
  • Deuxièmement, en essayant différentes politiques au fil du temps (depuis la démocratie) en espérant que ce processus d’essais et d’erreurs aboutira miraculeusement à la bonne politique; et
  • Troisièmement, en répondant aux forces extérieures comme la pandémie, un stimulus et une aide fiscale ont été mis à disposition pour relancer l’économie, sauver des emplois et même en créer de nouveaux.

Cependant, nous savons que jusqu’à présent, il y a eu un impact modeste sur la protection des entreprises et des emplois contre la pandémie.

En outre, le ERRP n’a pas été traduit en création significative de nouveaux emplois et en amélioration globale de l’économie nationale.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La réforme controversée du RSA adoptée grâce aux voix des LR

Nous voici repartis…

Un résultat de l’expérimentation de politiques en Afrique du Sud est évident dans la gamme de politiques nationales que nous avons vues depuis 1994.

Ces politiques comprennent le Programme de Reconstruction et de Développement (RDP), Gear (Croissance, Emploi et Redistribution: une Stratégie Macroéconomique pour l’Afrique du Sud), AsgiSA (Initiative d’Accélération et de Croissance Partagée pour l’Afrique du Sud), le NGP (Nouveau Chemin de Croissance) et le NDP (Plan de Développement National).

Malheureusement, à chaque itération, ces politiques sont de moins en moins convaincantes.

Considérez dans quelle mesure les effets de ces politiques se sont manifestés dans diverses industries.

L’industrie minière en est un exemple concret; pour chaque expérimentation de politique, la législation et la réglementation minières ont souvent été soumises à différentes itérations de la Charte minière, en fonction de l’administration en charge. Chaque changement dans ce dernier peut être lié à une politique du congrès post-électoral de l’ANC en matière de redistribution, de terre et de propriété.

Au-delà de cela, avec chaque changement de politique et chaque expérimentation, les frictions politiques, la discordance et la discontinuité empêchent souvent l’adhésion du secteur privé et la politique échoue donc à être mise en œuvre.

En outre, il est maintenant évident qu’une politique peut être utilisée pour des raisons d’opportunisme politique, comme cela a été le cas dans la clique de transformation économique radicale à l’administration précédente.

Objectif manqué

Avant les années Zuma, pendant le règne de Mbeki, le déplacement de la croissance économique d’une croissance améliorant les vies vers une définition plus étroite preoccupée de marchés a échoué en Afrique du Sud.

Nous savons qu’en dépit des années de croissance positive, pas assez d’emplois ont été créés; également, faire bien économiquement du point de vue du PIB ne se traduit pas par une meilleure vie pour beaucoup.

C’est pendant ces années que nous avons compris que l’attachement aux pratiques de l’économie libérale par l’interdépendance entre des acteurs clés comme les États et les sociétés peut également avoir des conséquences dommageables sur le chômage.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le réseau criminel du cuivre est le dernier scandale à secouer le monde des métaux

Même dans les jours brillants des années Mbeki, lorsque la croissance était abondante, le problème était le chômage élevé. Des signes ont commencé à émerger, des changements sismiques qui ont clairement indiqué que malgré des politiques apparemment importantes et une tendance économique positive, la réduction des inégalités est restée et le développement a stagné.

Aujourd’hui, le développement économique est toujours absent.

Puis est venu Covid-19…

Environ trois millions de Sud-Africains ont perdu leur emploi en raison de la pandémie et du verrouillage subséquent, selon le Centre des droits de l’homme et des affaires. Voici les effets d’une autre expérimentation – adapter le verrouillage aux conditions locales sans rationaliser les effets sur la main-d’œuvre.

Il s’ensuivit un cycle vicieux de pertes d’emplois qui est plus prononcé chez les travailleurs vulnérables moins qualifiés et les bas salaires.

De plus, les travailleurs du secteur informel sont, à ce jour, comme cela a été le cas pendant le verrouillage, disproportionnellement plus touchés. Il en va de même pour les ménages pauvres, les femmes et les enfants dans les communautés pauvres.

Quel antidote y a-t-il pour un gouvernement si déterminé à changer et à expérimenter avec des politiques?

Nous sommes maintenant dans la nouvelle ère du Plan national de développement, qui présente le ERRP à court terme. Si ce dernier ne fonctionne pas ou échoue, que feront nos dirigeants? Le jeter à la poubelle de l’histoire et revenir au NDP? Ou y aura-t-il une deuxième, troisième et quatrième itération de celui-ci?

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Zélande - Uruguay EN DIRECT : La belle défense de l'Uruguay brisée par McKenzie (7-0)... Accompagnez-nous pour le match... en Français

La mauvaise politique

Au cours de la dernière décennie, nous avons été témoins de l’interaction entre l’incertitude politique, les décisions politiques et les conséquences immédiates et les implications à long terme sur la performance économique.

Actuellement, le pays est plongé dans l’obscurité avec de longues heures de perte de productivité parce que les dirigeants ont avancé leurs intérêts tout en négligeant la preuve abondante du déclin d’Eskom.

Pire encore, les politiciens de carrière qui dirigent le pays ne sont pas préoccupés par les conséquences de la crise de délestage en escalade.

Les Sud-Africains doivent être sérieux quant à la responsabilité des dirigeants et exiger une action immédiate.

Non seulement la mauvaise politique, les décisions politiques et l’expérimentation de politiques ont été confrontées à l’incertitude, mais elles ont également été catastrophiques. Regardez Eskom. Nous récoltons les fruits de l’incertitude politique, de mauvaises décisions, d’un manque d’exécution et d’une expérience qui ont entraîné une mauvaise performance économique.

En retour, les défis structurels persistent, la gravité de la crise énergétique est plus prononcée et la reprise qui en découle reste faible.

Le pessimisme de l’Afrique du Sud avant la pandémie était visible; maintenant, il est élevé.

La politique et les processus politiques sont au cœur de l’obscurité qui a frappé le pays.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles