PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentApple se joint à l'opposition contre le projet de loi sur la...

Apple se joint à l’opposition contre le projet de loi sur la sécurité en ligne et le balayage des applications de messagerie.

Apple a critiqué les pouvoirs prévus dans le projet de loi sur la sécurité en ligne qui pourraient être utilisés pour obliger les outils de messagerie chiffrés tels que iMessage, WhatsApp et Signal à scanner les messages à la recherche de contenus liés à la pornographie infantile.

Son intervention intervient alors que 80 organisations et experts en technologie ont écrit à la ministre de la Technologie, Chloe Smith, pour demander une réflexion sur ces pouvoirs.

Apple a déclaré que le projet de loi devrait être modifié afin de protéger le chiffrement.

Le gouvernement affirme que les entreprises doivent empêcher les abus sur les enfants sur leurs plateformes.

Le chiffrement de bout en bout (E2EE) empêche toute personne autre que l’expéditeur et le destinataire de lire le message.

La police, le gouvernement et certaines organisations caritatives de protection de l’enfance de renom soutiennent que cette technologie – utilisée dans des applications telles que WhatsApp et iMessage d’Apple – empêche les forces de l’ordre et les entreprises elles-mêmes d’identifier le partage de contenus liés à l’exploitation sexuelle des enfants.

Mais dans une déclaration, Apple a déclaré : « Le chiffrement de bout en bout est une capacité essentielle qui protège la vie privée des journalistes, des militants des droits de l’homme et des diplomates.

« Il aide également les citoyens ordinaires à se protéger contre la surveillance, le vol d’identité, la fraude et les violations de données. Le projet de loi sur la sécurité en ligne constitue une menace sérieuse pour cette protection et pourrait mettre les citoyens britanniques en danger.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les résultats de Freeport-McMoRan sont bons ; l'action FCX augmente car le géant du cuivre voit des gains à long terme.

« Apple demande au gouvernement de modifier le projet de loi afin de protéger un chiffrement de bout en bout solide pour le bien de tous. »

Mais le gouvernement a déclaré que « les entreprises ne devraient mettre en œuvre un chiffrement de bout en bout que si elles peuvent en même temps empêcher les abus sexuels atroces sur les enfants sur leurs plateformes.

« Nous continuerons de travailler avec elles pour trouver des solutions afin de lutter contre la diffusion de contenus liés à l’exploitation sexuelle des enfants tout en garantissant la confidentialité des utilisateurs. »

Le projet de loi sur la sécurité en ligne, actuellement en cours d’examen au Parlement, contient des pouvoirs qui permettraient au régulateur des communications Ofcom de demander aux plateformes d’utiliser une technologie accréditée pour analyser le contenu des messages.

Le gouvernement a déclaré que ces pouvoirs ne seraient utilisés qu’en dernier recours et uniquement lorsque des garanties strictes de confidentialité seraient respectées.

Récemment, les ministres de l’Intérieur ont également vivement critiqué le déploiement par Facebook de cette technologie de messagerie.

Plusieurs plateformes de messagerie, dont Signal et WhatsApp, ont déjà déclaré aux médias qu’elles refuseraient de fragiliser la confidentialité de leurs systèmes de messagerie chiffrée si elles y étaient contraintes.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La baisse des résultats de FedEx s'accentue, la faiblesse de la demande pesant sur les volumes de livraison| Investor's Business Daily

Signal a déclaré en février qu’il « quitterait » le Royaume-Uni si on lui imposait de fragiliser la confidentialité de son application de messagerie chiffrée.

La déclaration d’Apple signifie maintenant que certaines des applications chiffrées les plus largement utilisées s’opposent à cette partie du projet de loi.

Le gouvernement soutient qu’il est possible de fournir des solutions technologiques permettant de scanner le contenu des messages chiffrés à la recherche de contenus liés à l’exploitation des enfants.

La seule façon de le faire, selon de nombreux experts en technologie, serait d’installer un logiciel qui scannerait les messages sur le téléphone ou l’ordinateur avant leur envoi, appelé analyse côté client.

Les détracteurs affirment que cela porterait gravement atteinte à la confidentialité des messages.

En 2021, Apple a annoncé son intention de scanner les photographies sur les iPhones des utilisateurs à la recherche de contenus abusifs avant qu’elles ne soient téléchargées sur iCloud, mais ces mesures ont été abandonnées après une réaction négative. L’entreprise s’est maintenant clairement opposée à toute mesure affaiblissant la confidentialité du chiffrement de bout en bout.

‘Scanning de routine’

Cette annonce intervient alors que les défenseurs des libertés civiles numériques, le groupe Open Rights, ont envoyé une lettre ouverte à la ministre Chloe Smith.

Cette lettre, signée par plus de 80 organisations nationales et internationales de la société civile, des universitaires et des experts en cybersécurité, indique : « Le Royaume-Uni pourrait devenir la première démocratie libérale à exiger le scanning de routine des messages de chat privés des gens, y compris des chats qui sont sécurisés par un chiffrement de bout en bout.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Génération Z : une petite maison dans le jardin des parents permet d'économiser pour l'achat d'une maison de 250 000 dollars

“Comme plus de 40 millions de citoyens britanniques et 2 milliards de personnes dans le monde comptent sur ces services, cela représente un risque important pour la sécurité des services de communication numérique, non seulement au Royaume-Uni, mais aussi à l’échelle internationale. »

Element, une entreprise technologique britannique dont les produits utilisant le chiffrement de bout en bout sont utilisés par des clients gouvernementaux et militaires, a déclaré précédemment à la BBC que les mesures de la loi visant à affaiblir la confidentialité des messages chiffrés rendraient les clients moins confiants envers les produits de sécurité produits par des entreprises britanniques.

On apprend de source sûre que des modifications pourraient être apportées à une partie de la loi que les critiques estiment pouvoir être utilisée pour exiger le scanning. Elles pourraient être intégrées à un ensemble d’amendements qui seront révélés dans les prochains jours.

Mais il n’est pas clair en quoi consistent ces changements, ni s’ils satisferont les inquiétudes des défenseurs.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles