P&O va verser 36,5 millions de livres d’indemnités à 800 travailleurs licenciés

0
2
Ferry operator P&O has revealed it is paying £36.5m to cover compensation for the 800 seafarers it sacked without warning.

L’opérateur de ferries P&O a révélé qu’il allait payer 36,5 millions de livres sterling pour indemniser les 800 marins qu’il a licenciés sans préavis.

Il est entendu que le personnel qui accepte les indemnités devra signer des accords de non-divulgation les obligeant à ne pas dénigrer la société.

Le secrétaire aux transports, Grant Shapps, a déclaré lundi à la Chambre des Communes que P&O utilisait ces accords pour “faire taire les employés”, et a accusé la société d’agir d’une “manière honteuse et inacceptable”.

La société a déclaré qu’elle pensait que l’accord serait “le plus grand paquet de compensation dans le secteur maritime britannique”.

Les indemnités offertes au personnel licencié sont liées à leur ancienneté dans l’entreprise et, dans certains cas, les travailleurs recevront plus de 170 000 £.

P&O Ferries a déclaré que 575 des 786 marins licenciés par la compagnie sont en discussion sur les offres d’indemnités de départ, certains recevant une compensation équivalente à 91 semaines de salaire.

Plus de 40 travailleurs recevront plus de 100 000 £, tandis qu’aucun travailleur ne recevra moins de 15 000 £.

P&O offre deux semaines et demie de salaire pour chaque année d’emploi, ainsi que jusqu’à 13 semaines de salaire en guise de préavis, et 13 semaines supplémentaires de salaire en raison de l’absence de période de consultation. Elle a déclaré que l’ensemble des indemnités constituait la base des offres faites aux travailleurs au moment du licenciement.

L’annonce a été faite alors que le gouvernement a prévenu que P&O Ferries pourrait faire l’objet de poursuites judiciaires suite aux licenciements, tandis que M. Shapps a déclaré que les ministres examinaient tous les contrats gouvernementaux et traitaient avec l’opérateur de ferry et la société mère DP World.

Un porte-parole de P&O Ferries a déclaré : “Cette décision a été incroyablement difficile à prendre pour l’entreprise : faire ce choix ou risquer la mise sous tutelle de la société. Cela aurait signifié la perte de 3 000 emplois et la fin de P&O Ferries.”

La compagnie a déclaré qu’elle avait pris le “choix difficile” de licencier les travailleurs pour garantir la “viabilité future de P&O Ferries” et éviter une perturbation à grande échelle et prolongée du commerce.

Plusieurs services de P&O, y compris les liaisons entre Douvres et Calais, restent suspendus, tandis que d’autres manifestations sont prévues dans les ports du Royaume-Uni au cours des prochains jours.

Le syndicat RMT a déclaré mardi que des marins étrangers avaient été recrutés pour remplacer les 800 membres d’équipage britanniques licenciés et qu’ils n’étaient payés que 1,80 £ de l’heure.

P&O Ferries a contesté ces chiffres mais a refusé de discuter des taux ou de donner des taux alternatifs et n’a pas voulu confirmer si elle payait le salaire minimum. La compagnie a déclaré qu’elle aiderait les travailleurs licenciés à trouver un nouvel emploi, en mer ou à terre, et qu’elle aiderait ceux qui ne pourraient pas trouver un nouvel emploi.

P&O Ferries et son propriétaire, DP World, devraient être mis sur la sellette par les députés jeudi, lorsqu’ils répondront aux questions des commissions parlementaires des affaires et des transports.

Retour à l’accueil Worldnet