PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentL'évasion de Thabo Bester d'une prison sud-africaine privée soulève des questions sur...

L’évasion de Thabo Bester d’une prison sud-africaine privée soulève des questions sur la corruption.

Récemment, des Sud-Africains ont appris une histoire d’évasion extraordinaire : ils ont appris qu’un violeur condamné, Thabo Bester, avait été en fuite pendant un an après avoir échappé à une prison à sécurité maximale privée. En mai 2022, le ministère des Services Correctionnels a signalé qu’il avait brûlé vif dans sa cellule. Mais un rapport médicolégal, que les autorités pénitentiaires n’ont publié que récemment après des reportages tenaces de journalistes de la publication GroundUp, a montré que le corps n’était pas le sien.

Bester a été arrêté à nouveau en Tanzanie pendant le week-end de Pâques et des arrestations ont été effectuées en lien avec son évasion.

Cette histoire soulève des questions sur la gestion des institutions privées telles que la prison à sécurité maximale de Mangaung à Bloemfontein, d’où Bester s’est échappé. Ruth Hopkins est une journaliste d’investigation qui a récemment écrit un livre – The Misery Merchants : Life and Death in a Private South African Prison – sur G4S, une entreprise multinationale de sécurité privée britannique qui gère la prison de Mangaung. Entre 2012 et 2018, elle a travaillé pour le Wits Justice Project, qui enquête sur les erreurs judiciaires, les détentions en attente prolongées, la brutalité policière et d’autres questions de justice pénale. Le criminologue Casper Lötter a demandé son avis sur l’évasion de Bester.

Que révèle l’évasion par rapport à votre enquête ?

Sur la base de mes découvertes, je crois que l’évasion de Bester illustre la collusion corrompue entre le ministère des Services Correctionnels, G4S et la police sud-africaine.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Que se passe-t-il chez Curro et AdvTech ?

L’affaire de Bester m’a rappelé celle d’Isaac Nelani, un détenu de la prison de Mangaung, qui est décédé en 2014. Le pathologiste, Gene Book, a trouvé des contusions à l’arrière de sa tête, ce qui pointait vers une « force contondante » et a donc qualifié la mort de « suspecte ». Mais la police sud-africaine, le ministère des Services Correctionnels et G4S ont travaillé ensemble pour étouffer ce meurtre probable. En 2015, j’ai écrit une histoire pour le journal sud-africain le Mail & Guardian sur la mort de Nelani. Le ministère des Services Correctionnels a déposé une plainte contre l’article auprès de l’ombudsman de la presse. L’ombudsman a statué en ma faveur.

L’action du ministère indiquait clairement qu’il protégeait activement la multinationale, car il me contestait sur une affaire qui impliquait principalement G4S. Cette collusion a exclu toute responsabilité. À mon avis, la même collusion a rendu possible l’évasion de Bester. Le 20 mai 2022, le journaliste Mzilikazi Wa Afrika a écrit au ministère pour l’informer de l’évasion effrontée de Thabo Bester. Mais il n’a pris aucune mesure. Le ministère connaissait également la mort de Nelani, car toutes les morts en prison doivent être signalées au ministère. Il aurait donc été au courant du rapport du pathologiste. Comme je l’établis dans mon livre, il connaissait également la torture généralisée par électrochocs, l’administration forcée de médicaments antipsychotiques, les agressions graves, les émeutes, les prises d’otages et les morts suspectes.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Grèce EN DIRECT : Enfin ! Mbappé débloque le score sur penalty après un premier échec... Suivez le match en notre compagnie.

Pourtant, il n’y a eu aucune responsabilité. G4S conserve le contrat. Le contrat de 25 ans pour la prison de Mangaung a été signé en 2000. Il expire en 2026.

Quels ont été les plus gros problèmes que vous avez découverts dans la prison ?

  1. L’Emergency Security Team, connu sous le nom de Ninjas, utilisait leurs boucliers électrifiés comme instrument de torture et electrocutait régulièrement les prisonniers, pour des transgressions mineures comme se plaindre de la qualité de la nourriture ou le manque de couvertures. En pratique, l’électrocution était utilisée de manière aléatoire et rampante.
  2. L’administration forcée d’injections de médicaments antipsychotiques était également une méthode largement utilisée de contrôle des foules. Des images CCTV de l’intérieur de la prison m’ont été envoyées et contenaient des preuves que le prisonnier Bheki Dlamini avait été contraint de subir une injection avec les médicaments antipsychotiques Etomine. Dlamini n’avait aucun antécédent de maladie mentale.
  3. Le nombre de morts suspectes à la prison de Mangaung que j’ai découvertes était une autre question incroyablement préoccupante. En 2015, le commissaire national des services correctionnels de l’époque, Zach Modise, a annoncé que le ministère nommerait une équipe de travail pour examiner les décès suspects à la prison de Mangaung. L’équipe de travail n’a plus jamais été entendue.
  4. Le traitement des employés de G4S est un autre problème aberrant. Pendant des années, les gardes ont pétitionné la direction de la prison, demandant des mesures améliorées de sécurité et de sûreté. Beaucoup ont subi une violence terrible aux mains des détenus.
❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Yellen estime qu'il est possible de freiner l'inflation même si l'emploi est solide

Par exemple, les gardes voulaient que les pots de toilettes en céramique soient remplacés par des pots en fonte, car les pots en céramique étaient cassés et les éclats utilisés comme armes pour poignarder les gardiens. L’entreprise a nié les allégations. Elle n’a jamais offert d’améliorations.

Comme je l’ai écrit, la pratique de gagner de l’argent grâce à la punition a grandi en Afrique du Sud. Qu’en est-il de la privatisation ?

Seules deux prisons d’Afrique du Sud sont gérées par des entreprises privées. Mangaung est géré par G4S et Kutama Sinthumule à Louis Trichardt, Limpopo, est géré par la société américaine GEO Group. Aucune autre prison n’a été privatisée et il semble peu probable que cela se produira.

Quand je travaillais pour le Wits Justice Project, j’ai visité et écrit sur environ 20 prisons gérées par l’État dans le pays. La torture et la violence sont courantes dans ces institutions aussi. Mais mes découvertes lors de la recherche du livre ont montré que c’était plus prolifique dans la prison de Mangaung.

Ruth Hopkins est rédactrice en chef chez Corpwatch et fondatrice du Private Security Network (PSN). Private Security Network fait partie de Corpwatch.

Cet article est repris de The Conversation sous licence Creative Commons. Lisez l’article original.

Casper Lötter, Chercheur associé, Université du Nord-Ouest

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles