Les droits de l’homme ont reculé pendant la pandémie de Covid-19

0
2
Pro-democracy protesters are arrested by police in Hong Kong on May 24, 2020. Image: Isaac Lawrence/AFP via Getty Images

Les militants des droits de l’homme et dirigeants internationaux premier averti en avril 2020 que les pays pourraient utiliser la pandémie de Covid-19 comme une excuse pour réprimer les droits de l’homme.

Les droits de l’homme désignent un large éventail de droits politiques et sociaux reconnus par le droit international. Ils comprennent tout, du droit des personnes à travailler et à recevoir une éducation au droit des personnes à exprimer librement leurs opinions et à participer à la politique.

Les spécialistes des droits de l’homme et moi dans une nouvelle recherche que des violations des droits de l’homme ont finalement eu lieu en 2020. Chacun des 39 pays que nous avons analysés – dont l’Arabie saoudite, le Népal, le Mexique, le Royaume-Uni et les États-Unis – a connu une diminution globale des droits de l’homme en 2020.

Il existe de nouvelles preuves que certains pays continuent à utiliser la pandémie comme une raison pour restreindre les droits de l’homme en museler la dissidenceet, plus particulièrement, en limitant les droits des personnes à se rassembler ou à manifester avec d’autres.

Notre analyse des droits de l’homme en 2020 offre une fenêtre sur le début de cette tendance à la baisse.

Des manifestants marchent dans la ville de New York lors d’une manifestation Black Lives Matter en août 2020.
Ira L. Black/Corbis via Getty Images

Pas d’amélioration globale

Plus de deux ans après que l’Organisation mondiale de la santé ait déclaré pour la première fois l’épidémie de Covid-19 une pandémiecertaines analyses des droits de l’homme font état d’une régression continue de la pauvreté. des droits de l’homme.

Les déclarations d’urgence, par exemple, ont donné à la police un pouvoir important pour réprimer les protestations politiques.

Cambodge a adopté une loi en avril 2021, par exemple, en réponse à Covid-19 qui accorde au gouvernement le pouvoir d’empêcher tout rassemblement ou toute protestation. Les contrevenants peuvent être condamnés à des peines allant jusqu’à 20 ans de prison. Des centaines d’individus ont été arrêtés pour avoir violé cette loi en 2021.

En mars 2022, la Thaïlande a de nouveau prolongé l’état d’urgence, initialement établi en avril 2020, jusqu’en maidonnant aux autorités le pouvoir de fixer des couvre-feux publics et de restreindre les réunions. Thaïlande Les autorités thaïlandaises ont inculpé au moins 900 manifestants anti-gouvernementaux en vertu de ce décret d’urgence entre mai 2020 et le 31 août 2021.

Conclusions pour 2020

Le site Initiative de mesure des droits de l’hommeun groupe de recherche dont le siège est en Nouvelle-Zélande, et d’autres organisations de surveillance des droits de l’homme collectent encore des données mondiales complètes pour 2021 et 2022.

Le dernier rapport de l’initiative sur les données relatives aux droits de l’homme en juin 2021…, ce qui alimente nos recherches.

Mais il y a d’autres sources de preuves que le les dommages causés par la pandémie aux droits de l’homme ne se résorberont pas rapidement, même si les cas de Covid-19 diminuent dans le monde.

Certains changements positifs au cours de la pandémie, comme la prise en compte de la les sans-abri plus sérieusementont été “submergés par les nombreux impacts négatifs des réponses gouvernementales au Covid-19”, selon la Human Rights Measurement Initiative.

L’initiative a interrogé des experts en droits de l’homme, des journalistes et des avocats en 2020 et 2021. Il en ressort que la protection gouvernementale des droits civils et politiques et droits économiques et sociaux a diminué de 2019 à 2020.

Ce groupe produit des données sur les droits de l’homme parce que les gouvernements eux-mêmes sont souvent peu disposés à partager des informations précises sur les violations des droits de l’homme.

Les résultats de l’initiative de mesure des droits de l’homme sont largement diffusés. utilisés par érudits, nonprofits et journalistes.

Les États-Unis et Hong Kong sont deux exemples de lieux où la pandémie a entraîné un déclin du respect des droits de l’homme.

Les Etats-Unis

Les États-Unis est l’un des nombreux pays qui ont obtenu de moins bons résultats en matière de droits de l’homme en 2020 qu’en 2019, selon l’enquête 2021 de l’initiative.

Aux États-Unis, en 2020, les restrictions en matière de santé publique, comme les limites imposées aux rassemblements publics, ont également conduit à des violations des droits de l’homme et à un recours excessif à la force par la police, selon les répondants à l’enquête.

La raison pour laquelle les gens protestaient semble avoir influencé le fait que la police cible et arrête les manifestants, Les répondants à l’enquête ont déclaré. Les personnes protestant contre les problèmes de justice sociale, comme la justice raciale et la violence armée, étaient particulièrement susceptibles d’être arrêtées.

Les personnes arrêtées pour des infractions présumées lors de manifestations légales pendant la pandémie ont également été exposées au risque de contracter le Covid-19 en raison de l’exiguïté des espaces de détention où les personnes ne pouvaient pas distance sociale.

Des policiers new-yorkais portent des masques et portent un jeune homme noir par tous ses membres dans une rue.
Des policiers new-yorkais arrêtent un manifestant le 29 mai 2020, lors d’une manifestation Black Lives Matter.
Timothy A. Clary/AFP via Getty Images

Hong Kong

La Chine a adopté de nouvelles lois sur la sécurité à Hong Kong en juin 2020, lui permettant de de réprimer le discours de l’opposition et arrêter des journalistes et des militants pro-démocratie.

Manifestations pro-démocratie à Hong Kong – une région administrative spéciale de la Chine – intensifié en 2020. En 2021, le mouvement démocratique à Hong Kong s’est effondré avec l’arrestation de plus de 100 dirigeants pro-démocratie.

Selon l’initiative de mesure des droits de l’homme, le gouvernement et la police chinois auraient appliqué de manière inégale les réglementations relatives aux pandémies en 2020 – les manifestants pro-démocratie et de l’opposition gouvernementale étaient plus susceptibles de subir des restrictions.

Les personnes interrogées à Hong Kong ont déclaré qu’elles pensaient que le gouvernement utilisait la pandémie comme couverture pour restreindre les droits pour d’autres raisons.

Les fonctionnaires de Hong Kong élections générales retardées prévues pour juillet 2020 de cinq mois, invoquant des inquiétudes liées au projet Covid-19.

En février 2022, Hong Kong a de nouveau a reporté les élections de son prochain leader politique, prétendument à cause d’une poussée de Covid-19.

Des policiers portant des masques faciaux se tiennent au-dessus d'une rangée de jeunes assis contre un mur à Hong Kong.
La police anti-émeute détient des manifestants pro-démocratie à Hong Kong, le 27 mai 2020.
Anthony Kwan/Getty Images

Des tendances durables

La pandémie a suscité une prise de conscience croissante des inégalités structurelles fondées sur la richesse, l’appartenance ethnique, le sexe et la race, ce qui donne à l’Union européenne un rôle de premier plan. quelques raisons d’espoir.

Dans de nombreux endroits, les gouvernements lèvent Covid-19 restrictionsce qui pourrait permettre à un plus grand nombre de personnes de reprendre le travail et l’école et de se réunir ou de voyager plus librement.

Droits de l’homme continuent de décliner dans la plupart des pays, pourtant, selon l’alliance mondiale CIVICUS.

La pandémie continue également à détourner l’attention du public de certaines violations des droits de l’homme qui se produisent dans les guerres en cours, comme au Yémen et en Éthiopie.

Notre analyse indique que les pays qui disposaient d’un plus grand nombre de protections des droits de l’homme avant la pandémie ont connu, en moyenne, une diminution moins importante des violations des droits en 2020 que les pays qui ne disposaient pas d’autant de protections. Nous pensons que l’adoption de politiques et de pratiques qui protègent les droits de l’homme pendant les périodes plus calmes semble aider les pays à résister à la tempête pendant les crises comme une pandémie sanitaire mondiale.

Stephen BagwellProfesseur adjoint de sciences politiques, Université de Missouri-St. Louis

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire le article original.

Retour à l’accueil Worldnet