PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentEskom fait-il vraiment plus de maintenance sous De Ruyter ?

Eskom fait-il vraiment plus de maintenance sous De Ruyter ?

Alors que le pays souffre depuis quatre jours d’un délestage constant de niveau 6 (et ce n’est pas fini), Eskom s’est résolu à suivre son programme de maintenance planifiée, même si cela met hors service une capacité de production supplémentaire.

Mercredi, 5 739 MW de capacité étaient hors service pour cause de maintenance lorsque la phase 6 est entrée en vigueur « jusqu’à nouvel ordre ». La maintenance a été plus importante que d’habitude tout au long de la période des fêtes, avec un pic, la dernière semaine de l’année, à 17 % de sa capacité installée, soit environ 8 000 MW.

Lire :

S’il est tentant d’affirmer que la maintenance doit être reportée pour que les unités de charbon puissent fonctionner (même à capacité réduite) afin de garder les lumières allumées, les cadres d’Eskom affirment que cette stratégie ne fera que créer des problèmes encore plus importants à terme.

Il semble toutefois que la compagnie ait utilisé toutes les unités de charbon disponibles afin d’éviter les délestages le jour de Noël, comme l’explique cet article.

L’année dernière, Eskom a partagé des graphiques qui montrent qu’elle a réduit de façon spectaculaire la maintenance globale de sa flotte de charbon entre 2016 et 2018.

Lire : Ces quatre graphiques montrent que la crise d’Eskom ne fait que commencer

Il est évident que le facteur de disponibilité énergétique (EAF ; une mesure de la capacité de production disponible) de ses centrales électriques a grimpé en flèche – à près de 80 % (contre moins de 75 % avant ce changement de cap).

Il est évident que cette situation n’était pas viable.

Impact

Certains des problèmes rencontrés par la flotte d’Eskom aujourd’hui peuvent être attribués au manque de maintenance d’il y a cinq ans.

Depuis sa nomination en décembre 2019, le PDG sortant d’Eskom, André de Ruyter, a donné la priorité au programme de rétablissement de la maintenance de la fiabilité de la compagnie, dans le but de redresser les performances de ses centrales électriques vieillissantes.

L’établissement et la mise en œuvre de ce programme ont pris du temps ; en septembre 2020, Eskom avait approuvé tous les coûts d’immobilisation jusqu’à l’exercice financier en cours (FY2023). Les longs délais d’approvisionnement en pièces de rechange (et la disponibilité des fonds) signifiaient que certains projets ne pouvaient être réalisés que des années plus tard.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les volte-face politiques de la Colombie s'accumulent sous la direction du nouveau leader de gauche

Source : Rapports hebdomadaires d’Eskom sur l’état du système

Les données d’Eskom pour les quatre dernières années civiles montrent que, si le nombre de travaux de maintenance a augmenté de façon notable en 2020 (après la nomination de De Ruyter), il a depuis lentement diminué.

L’année précédant son arrivée, la moyenne annuelle de la maintenance planifiée était de 9,94 % de la capacité installée. En 2020, ce chiffre a bondi à 11,24% avant de baisser à 10,8% en 2021 et à 10,61% l’année dernière. Il faut noter que l’année 2020 a été impactée par la pandémie Covid-19 et que, bien qu’Eskom soit désigné comme un service essentiel, certains projets de maintenance ont été reportés.

Les pannes (ce que l’on appelle le facteur d’interruption non planifiée) ont augmenté de près de 50 %, passant d’environ 20 % en 2020 à près de 30 % l’année dernière.

Cela s’est traduit par une année record de délestages, avec des coupures de courant pendant 208 jours en 2022 (y compris des délestages quasi-continus entre début septembre et la veille du Nouvel An).

Eskom, crise énergétique, disponibilité de l'énergie, disponibilité de l'électricité

Source : Rapports hebdomadaires d’Eskom sur l’état du système

L’EAF d’Eskom (non vérifié) n’était que de 58 % l’année dernière – c’est la première fois qu’il passe sous la barre des 60 %. Pour la flotte de charbon, ce chiffre était inférieur à 50 %.

Maintenance planifiée 2021 2022
1er trimestre 12.99% 12.43%
Deuxième trimestre 7.93% 8.26%
3ème trimestre 10.19% 9.38%
Quatrième trimestre 11.84% 12.36%
Annuel 10.8% 10.6%

Impressionnant, mais …

Sur le papier, les chiffres relatifs à la maintenance d’Eskom au cours des dernières semaines de l’année semblent impressionnants.

Au cours de la dernière semaine de novembre, seulement 9 % de son parc (en moyenne) était hors ligne pour cause de maintenance. À la fin de l’année, ce chiffre avait presque doublé pour atteindre 17 % (contre 13,8 % en 2021).

Au cours de la première semaine de 2023, ce niveau supérieur à la moyenne a été maintenu avec environ 14 % de la flotte hors service pour cause de maintenance.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  GovChat obtient des droits d'intervention dans l'affaire de l'abus de position dominante au Meta

Il est tout de même important de noter que l’unité 1 de Koeberg a commencé un arrêt de longue durée pour le remplacement de son générateur de vapeur le 10 décembre.

Cela retire environ 900 MW de capacité du réseau et, en raison de sa taille, faussera le facteur d’arrêt planifié ; il équivaut à une à quatre unités de charbon (ou presque), selon la centrale.

De plus, l’unité 2 de Koeberg a été mise hors service pour une maintenance prolongée et un ravitaillement en combustible pendant la majeure partie de l’année (entre janvier et septembre), ce qui gonfle encore les chiffres de maintenance pour 2022.

L’unité 1 sera hors service jusqu’au milieu de l’année, après quoi l’unité 2 sera mise hors service pour le remplacement de son générateur de vapeur (un projet majeur pour la prolongation de sa durée de vie, qui a été reporté par Eskom depuis l’année dernière). Les deux unités doivent effectuer ces travaux d’ici 2024 pour que leurs licences d’exploitation soient renouvelées par le régulateur. (Cela fera également apparaître le chiffre de la maintenance pour 2023 plus élevé que la normale).

Enfin, 720 MW de l’unité 4 de Medupi ont été inclus dans les chiffres de la maintenance planifiée à partir de septembre 2021. Cette unité a été réduite en miettes lors d’un accident en août de la même année. En temps normal, Eskom devrait considérer cela comme une panne, mais elle l’a fait passer dans la catégorie « maintenance planifiée » car il n’y a aucune chance que cette capacité de production soit remise en service avant août 2024, après ce qu’elle appelle par euphémisme un « arrêt forcé à long terme ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  SmileDirectClub se place sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites et envisage une restructuration

La distorsion due à Medupi 4 fait paraître la situation de la maintenance bien meilleure qu’elle ne l’est en réalité.

On peut affirmer que c’est précisément en raison des arrêts de longue durée à Koeberg que la compagnie n’a pas eu la marge de manœuvre l’année dernière (et ne l’aura pas dans les 18 prochains mois) pour effectuer autant de maintenance sur le parc de charbon qu’elle en a besoin ou qu’elle le souhaite.

Plan et progrès

Les chiffres ne mentent cependant pas …

Au cours de son dernier exercice financier (jusqu’au 31 mars 2022), Eskom a effectué 47 des 84 arrêts prévus dans le cadre de son programme de rétablissement de la fiabilité et de la maintenance. Sept autres étaient en cours d’exécution à la fin de l’année, et elle a exécuté 47 autres interruptions à court terme. L’une d’entre elles a été annulée et 29 ont été reportées à cet exercice financier en raison de « contraintes de financement et de capacité ainsi que de difficultés d’exécution ».

Au cours de l’exercice financier actuel, elle avait, à la fin de septembre, achevé 16 et était occupée à exécuter 13 de ses 79 arrêts dans le cadre du programme. Sept ont été annulés, 16 ont été reportés à l’intérieur de l’exercice, huit à l’exercice 2024, et 19 sont restés.

Pour redresser les performances de sa flotte de charbon, ces chiffres doivent simplement s’améliorer par rapport à ceux des années précédentes. Nous saurons d’ici le mois de mai dans quelle mesure elle s’est comportée par rapport à son plan.

Quoi qu’il en soit, étant donné que les gains résultant de l’amélioration des niveaux et de la qualité de l’entretien ne seront visibles que dans les années à venir, M. De Ruyter ne sera pas là pour s’en attribuer le mérite.

Peut-être que le « nouveau » ministre le fera.

Lire : Si la production d’électricité indique l’activité économique, l’Afrique du Sud s’est effondrée.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles