PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentBittrex dépose le bilan suite à la poursuite de la SEC

Bittrex dépose le bilan suite à la poursuite de la SEC

Bittrex Inc. et plusieurs de ses affiliés ont fait faillite lundi après que ses opérations aux États-Unis ont été fermées à la fin du mois d’avril en réponse à une répression réglementaire.

La faillite, qui, selon la société, n’affecte pas ses opérations non américaines, survient moins d’un mois après que la Securities and Exchange Commission des États-Unis ait accusé la plate-forme de cryptographie d’avoir violé les règles de sécurité pendant des années. 

Bittrex Global continuera à fonctionner normalement pour les clients en dehors des États-Unis, a déclaré la société dans un communiqué. Pour les utilisateurs qui n’ont pas retiré leurs actifs avant la fermeture, Bittrex a l’intention de « demander à la cour d’activer ces comptes dès que possible afin que les clients répondant aux exigences réglementaires nécessaires puissent les retirer ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Tencent devient un retardataire sur le marché alors que les traders chinois vendent.

Bittrex a répertorié des actifs et des passifs allant jusqu’à 1 milliard de dollars chacun dans sa demande de faillite du chapitre 11. Des entités connexes, Desolation Holdings LLC, Bittrex Malta Holdings Ltd. et Bittrex Malta Ltd., ont également fait faillite, selon les documents du tribunal. 

Le mois dernier, la SEC a poursuivi Bittrex devant un tribunal fédéral, alléguant qu’elle avait enfreint les règles du régulateur de 2017 à 2022 tout en générant au moins 1,3 milliard de dollars de revenus. La SEC a déclaré que Bittrex avait parfois agi en tant que courtier, bourse et agence de compensation, mais n’était pas enregistré auprès de la SEC. 

Bittrex a contesté les allégations dans un communiqué à l’époque. 

C’était le dernier obstacle réglementaire pour Bittrex. La société a répertorié le Bureau du contrôle des avoirs étrangers du Trésor américain comme son plus gros créancier non garanti, à qui elle doit 24 millions de dollars dans le cadre d’un accord antérieur pour ne pas avoir empêché les clients en Iran, à Cuba et d’autres pays sanctionnés d’utiliser sa plate-forme.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le supercarburant coûte de plus en plus cher à la pompe

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles