PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentBaisse du taux de refinancement de 1% à 2% nécessaire pour relancer...

Baisse du taux de refinancement de 1% à 2% nécessaire pour relancer le marché immobilier.

Vous pouvez également écouter ce podcast sur iono.fm ici. JEREMY MAGGS: Un accueil chaleureux et commençons par cela. La South African Reserve Bank [SARB] annonce que les taux de refinancement et de prêt immobilier resteront inchangés à respectivement 8,25 % et 11,75 %. Rhys Dyer, directeur général de ooba Home Loans, déclare que l’attention devrait maintenant se porter sur les réductions des taux afin de soulager les finances des ménages et de motiver davantage les acheteurs potentiels dans ce qu’il considère comme une économie morose. Il nous rejoint maintenant, et étant donné que vous pensez que les réductions des taux pourraient motiver les acheteurs potentiels dans cette économie stagnante, premièrement, quelle serait la différence significative qu’une baisse des taux pourrait entraîner ? RHYS DYER: Jeremy, lorsque nous sommes entrés dans cette période de Covid et que les taux ont baissé de façon assez significative, vous vous en souvenez, à 7 %, nous avons constaté une augmentation de la demande ou une augmentation des demandes d’environ 40 % à ces niveaux de taux d’intérêt. Le marché immobilier est donc très, très sensible aux taux d’intérêt. Déjà, même lorsque… il a été indiqué que les taux d’intérêt resteraient stables, de nombreux acheteurs potentiels, notamment les primo-accédants, ont décidé de revenir sur le marché, avec un peu de confiance dans le fait que leurs remboursements n’allaient pas devenir plus chers. Ils ont atteint leur sommet du cycle. Donc, c’est très sensible aux taux d’intérêt, mais je pense qu’il faudra une nouvelle baisse de 1 % ou 2 % pour vraiment stimuler à nouveau le marché immobilier. Lire: La SARB maintient le taux de refinancement inchangéRéveil du marché immobilier résidentiel en six graphiquesLimpopo et Mpumalanga en tête des hausses de prix du logement en Afrique du Sud JEREMY MAGGS: Cependant, cela n’est pas forcément réaliste dans le contexte économique actuel. RHYS DYER: Non, je pense que c’est correct. Je pense que, je ne suis pas économiste, mais tous les gens avec qui nous parlons pensent que d’ici 2024, nous devrions voir des réductions de taux d’idéalement entre 50 points de base et 150 points de base. Donc je pense qu’il y aura certainement un certain répit l’année prochaine alors que l’inflation atteindra ce pic médian. C’est autour de 4,5 % et en dessous, et oui, nous verrons certainement un peu plus d’activité l’année prochaine. JEREMY MAGGS: Mais de plus en plus difficile pour les acheteurs potentiels, et en particulier, comme vous le dites, pour ceux qui entrent sur le marché, étant donné que les consommateurs doivent gérer l’augmentation du coût de la vie en parallèle avec les remboursements hypothécaires, cet étau se resserre de plus en plus, n’est-ce pas ? RHYS DYER: Oui, c’est tout à fait vrai. Dans le cadre de l’augmentation de l’inflation en août, je pense qu’elle est passée légèrement de 4,7 % à 4,8 %, l’une des raisons de cela était les tarifs municipaux. Nous constatons donc certainement une augmentation de ces coûts liés à la propriété, et dans de nombreux cas, bien au-delà du taux d’inflation officiel. Donc, oui, la propriété et je suppose que, que vous louiez ou achetiez, certains de ces coûts augmentent certainement et rendent la vie dans une maison beaucoup plus difficile qu’il y a quelques années. JEREMY MAGGS: Rhys, cet étau se fait-il sentir dans tous les secteurs du marché immobilier ? RHYS DYER: Je pense que certainement la partie du marché la plus sensible aux taux d’intérêt est le bas de gamme du marché, donc on constate certainement moins d’activité là-bas et beaucoup plus de stress. Mais en parlant avec les banques en ce qui concerne leurs ratios de pertes de crédit, cela est assez réparti dans l’ensemble du marché, mais cela se fait un peu plus sentir vers le bas. JEREMY MAGGS: Il y a aussi cette nouvelle tendance de l’achat en copropriété entre amis et partenaires commerciaux en Afrique du Sud. Expliquez-moi encore une fois, en termes simples, de quoi il s’agit et pourquoi cela commence à trouver faveur et s’il y a des avantages. RHYS DYER: C’est probablement encore aux premiers stades sur le marché sud-africain, mais cela prend beaucoup d’ampleur sur le marché américain et nous constatons certainement que certains de nos partenaires bancaires s’adaptent pour proposer des produits permettant aux clients de le faire. Ce qui se passe, c’est que souvent les conjoints achètent une propriété ensemble et c’est assez courant, mais maintenant, ce sont des amis qui se regroupent ou potentiellement des frères et des soeurs, et ainsi de suite. On a donc plusieurs demandeurs pour un prêt immobilier et plusieurs personnes qui achètent une propriété. Donc trois, quatre, cinq, et ainsi de suite. Cela réduit considérablement le coût de la propriété et permet une meilleure accessibilité aux prêts immobiliers et aux dettes, etc. C’est donc définitivement un thème beaucoup plus courant, comme je l’ai dit, principalement aux États-Unis et également motivé par le même problème, le coût de la propriété et le coût de la dette et des taux d’intérêt en ce moment. Lire: Des hausses de taux excessives par les grandes municipalités sont insoutenables – SapoaLes propriétaires quittent une réunion tendue avec la métropole à cause d’une hausse des tarifsPartage de la propriété comme moyen de se lancer dans le marché immobilier JEREMY MAGGS: On voit bien l’avantage de ce genre de pratique, mais cela comporte également ses propres risques, n’est-ce pas ? RHYS DYER: Absolument. Surtout quand une partie veut vendre et que les autres ne le veulent pas, etc. Nous conseillons donc certainement à nos clients qui souhaitent le faire d’être très clairs dès le départ sur la manière de traiter ces problèmes. Mais même avec un contrat, cela peut être difficile parfois, mais je pense que pour beaucoup de personnes qui veulent investir dans l’immobilier, c’est certainement une première étape formidable. JEREMY MAGGS: Et un autre avantage que vous allez me mentionner, c’est que le marché de l’investissement locatif atteint un nouveau record historique. Pourquoi cela ? RHYS DYER: Oui, je pense que c’est probablement un mélange de problèmes commerciaux. Donc là où les primo-accédants représentaient une plus grande part de notre marché il y a deux ans, lorsque les taux d’intérêt étaient bas, nous constatons un changement avec moins de primo-accédants et plus de propriétaires qui investissent pour louer. Je pense que c’est juste une question de taux d’intérêt. Mais nous avons également constaté un changement massif dans la province du Cap-Occidental. Alors que nos chiffres globaux à travers le pays sont d’environ 10 % de nos demandeurs qui achètent une propriété à des fins d’investissement, dans le Cap-Occidental, cela atteint environ 35 %. Donc 35% de nos demandes dans le Cap-Occidental sont des personnes qui achètent des propriétés d’investissement et c’est le chiffre le plus élevé de notre histoire de vingt ans, je pense. Cela montre simplement que des personnes de tout le pays voient de la valeur dans l’immobilier dans le Cap-Occidental et y allouent leurs investissements et leurs fonds. C’est une différence marquée. Écouter/lire : Gérer votre prêt immobilier alors que les taux d’intérêt augmentent’Nous ne jouons pas gros sur le Cap-Occidental’ – Steve BrookesNaviguer dans des taux d’intérêt plus élevés JEREMY MAGGS: Ce n’est pas seulement la valeur dans le Cap-Occidental, bien sûr, car cela témoigne également de l’hésitation générale dans le marché de l’acquisition de logements dans d’autres régions d’Afrique du Sud et attribuée à l’incertitude sociale et politique, je suppose. RHYS DYER: Cent pour cent. Oui, si vous regardez nos chiffres sur l’investissement locatif à Gauteng, par exemple, cela représente moins de 5 % des personnes qui achètent des biens immobiliers à des fins locatives à Gauteng. Donc, cela est certainement motivé par ces problèmes et je pense que le Cap-Occidental a bénéficié de certains de ces défis dans les autres provinces. JEREMY MAGGS: Rhys, les gens deviennent meilleurs en matière de planification financière à long terme, vous allez me dire, parce que les primo-accédants, revenons à eux, donnent également la priorité aux dépôts. RHYS DYER: Lorsque nous étions dans cette période de taux d’intérêt bas, je pense que notre dépôt moyen était d’environ 4 %, 5 %. Il est actuellement proche de 10 %, 11 %. C’est une combinaison de deux choses. Donc, si vous pouvez verser un acompte, la banque vous considérera certainement un peu plus favorablement et vous obtiendrez un meilleur taux de

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le Rand s'échange en dessous de R17 pour un dollar, avant la réunion de Sarb.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles