PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentAugmentation des faillites et des propositions de renégociation des conditions de prêt...

Augmentation des faillites et des propositions de renégociation des conditions de prêt au premier trimestre

Les faillites et les propositions de renégociation des conditions de prêt devraient augmenter au premier trimestre

Contenu de l’article

Des signes de plus en plus nombreux indiquent que les ménages et les entreprises ont du mal à gérer le coût croissant de l’endettement. Les faillites et les propositions de renégociation des conditions de prêt devraient augmenter, au moins au cours du premier trimestre de l’année, malgré les effets atténuants d’un marché du travail solide et des niveaux « sans précédent » d’épargne des consommateurs.

Annonce 2

Contenu de l’article

Ces prévisions interviennent après que les dépôts de demandes d’insolvabilité d’entreprises canadiennes ont augmenté de 37,2 pour cent en 2022, ce qui représente la plus forte augmentation en pourcentage d’une année sur l’autre en plus de 30 ans, selon un rapport de l’Association canadienne des professionnels de l’insolvabilité et de la restructuration (CAIRP) publié le 7 février. La CAIRP a également indiqué que les insolvabilités de consommateurs ont augmenté de 11,2 % en 2022 et de 16,3 % au quatrième trimestre de l’année dernière par rapport à la même période en 2021.

Contenu de l’article

« L’inflation a fait grimper le coût de tous les produits, des matières premières au carburant, ce qui exerce une pression financière considérable sur les entreprises. Dans le même temps, les consommateurs sont aux prises avec le coût de la vie et réduisent leurs dépenses », a déclaré Jean-Daniel Breton, président du CAIRP. « Comme les propriétaires d’entreprises s’efforcent de gérer ces impacts en plus des coûts de portage de la dette qui deviennent de plus en plus élevés, nous prévoyons que le nombre d’entreprises cherchant des options de restructuration ou d’allègement de la dette continuera de croître en 2023. »

Publicité 3

Contenu de l’article

Environ 3 400 entreprises canadiennes ont déposé une demande d’insolvabilité en 2022, a déclaré l’ACPR, citant les dernières statistiques du Bureau du surintendant des faillites, soit une augmentation par rapport aux 2 480 insolvabilités de 2021. La majorité des insolvabilités étaient des faillites (77 %), le reste étant des propositions de renégociation des conditions de prêts (23 %).

Les données du Bureau du surintendant des faillites indiquent également que le consommateur est stressé, a écrit Charles St-Arnaud, économiste en chef de l’Alberta Central de Calgary, qui est l’organisme bancaire central et l’association commerciale des coopératives de crédit de l’Alberta, dans un communiqué de presse. analyse publiée le 8 février..

Si les défaillances – qui comprennent les faillites et les propositions de renégociation des conditions de prêt – sont en baisse depuis l’été, elles ont tout de même augmenté de 13,8 % en décembre par rapport à la même période en 2021.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Quelle sera la meilleure option pour mon fonds de prévoyance lorsque je démissionnerai ?

Annonce 4

Contenu de l’article

Cette hausse est attribuable à une augmentation de 23,9 % des propositions par rapport à l’année précédente, qui a plus que compensé la baisse de 9 % des faillites. Au Canada, les faillites ont augmenté dans presque toutes les provinces : Terre-Neuve, 48,5 % par rapport à l’année précédente ; Nouvelle-Écosse, 39,9 % ; Île-du-Prince-Édouard, 29 % ; Manitoba, 26 % ; Québec, 1 % ; Nouveau-Brunswick, 6 % ; Saskatchewan, 12,7 % ; et Alberta, 14 %.

« En conséquence, elles (les propositions) sont maintenant au-dessus de leur niveau pré-pandémique dans toutes les provinces de l’Ouest : C.-B., Alberta, Saskatchewan et Manitoba. Cette situation suggère une augmentation des ménages aux prises avec leur endettement », a déclaré M. St-Arnaud.

Les ménages ont certainement subi des pressions sur leurs finances.

Publicité 5

Contenu de l’article

Les coûts d’emprunt ont grimpé en flèche, car la Banque du Canada a rapidement augmenté les taux d’intérêt, qui sont passés de 0,25 % à 4,5 % à compter de mars 2022, dans le but de lutter contre l’inflation, qui a largement dépassé l’objectif de 2 % de la banque. Cela a conduit à des « niveaux records d’endettement des ménages », selon M. St-Arnaud.

Comme M. Breton au CAIRP, M. St-Arnaud prévoit que les taux d’insolvabilité continueront d’augmenter cette année, et prévoit qu’ils « augmenteront fortement en janvier, février et mars » sur une base non ajustée.

Il existe toutefois des circonstances atténuantes qui pourraient alléger la pression sur les ménages, notamment un marché du travail solide et un taux d’épargne robuste.

Le marché du travail a fait ses preuves en janvier. Statistique Canada a annoncé le 10 février un gain net de 150 000 postes, soit dix fois plus que les prévisions du consensus. James Orlando, des Services économiques TD, a qualifié ce rapport d' » explosion « . Cependant, Carrie Freestone, économiste à la RBC, a indiqué qu’elle ne pense pas que le rythme actuel des gains soit durable.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'UE travaille sur un bus électrique pour un accord sur le lithium avec les nations d'Amérique latine

Publicité 6

Contenu de l’article

« Nous continuons de penser que les marchés du travail ne resteront pas aussi serrés à court terme. L’impact différé des 425 points de base de hausse de la Banque du Canada se répercute encore progressivement sur les paiements de la dette des ménages et des entreprises et finira par éroder la demande, poussant le chômage à la hausse jusqu’à la fin de l’année », écrit M. Freestone.

Les économistes estiment qu’il faut de quatre à six mois pour que les hausses de taux d’intérêt se répercutent pleinement sur l’économie.

L’épargne doit donc venir à la rescousse.

RBC, dans une autre analyse récente, a évalué la réserve d’épargne des Canadiens à 320 milliards de dollars, contre 300 milliards de dollars depuis le printemps 2020.

Dave McKay, chef de la direction de RBC, a décrit la pile d’épargne comme étant « sans précédent » dans une interview avec BNN Bloomberg et a déclaré que la banque estime que ces économies aideront les Canadiens à surmonter la tempête économique qui a été largement prédite pour 2023.

– Courriel : [email protected] | Twitter :

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs opinions sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.



Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles