PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argent15 ans après l'introduction du code de paiement rapide, celui-ci a-t-il permis...

15 ans après l’introduction du code de paiement rapide, celui-ci a-t-il permis d’accélérer les paiements ?

Le Prompt Payment Code (PPC) a été introduit au Royaume-Uni en décembre 2008 en tant que code de pratique volontaire, administré par l’Office of the Small Business Commissioner (OSBC), au nom du Department for Business and Trade (DBT).

En tant que Pat Bermingham, CEO, Adflex explique qu’elle fixe des normes pour les bonnes pratiques de paiement entre les organisations basées au Royaume-Uni et leurs fournisseurs. Elle a été introduite en réponse aux appels lancés par les entreprises britanniques en faveur d’un changement de culture en matière de paiement : à l’époque, une entreprise sur quatre devenait insolvable en raison de retards de paiement des factureset le problème est ressenti de manière plus aiguë par les petites entreprises qui ont moins de liquidités en banque.

Le code a d’abord reçu une réponse positive du marché, même s’il s’agit d’une initiative volontaire, plus de 4 000 entreprises britanniques issues de divers secteurs d’activité. Cela signifie-t-il qu’il a résolu le problème des retards de paiement ? Beaucoup pensent qu’il n’a pas atteint son objectif initial.

Une étude de la Fédération des petites entreprises (FSB) a révélé que 50 000 entreprises ferment chaque année au Royaume-Uni parce que les fournisseurs ne sont pas payés à temps. Alors, où cela a-t-il mal tourné et que peut-on faire pour corriger le chemin vers le paradis du paiement rapide ?

L’évolution du code de prompt paiement

Le code initial a énoncé trois principes fondamentaux :

  1. Les acheteurs doivent payer les fournisseurs à temps, dans les délais convenus.
  2. Les acheteurs doivent donner des indications claires aux fournisseurs sur les conditions, la résolution des litiges et la notification rapide des retards de paiement.
  3. Les acheteurs doivent soutenir les bonnes pratiques tout au long de leur chaîne d’approvisionnement en encourageant l’adoption du code de paiement rapide.

Malgré l’introduction de ce code, au cours des 13 années qui ont suivi, les mauvaises pratiques de paiement ont continué d’affliger les entreprises britanniques. Lorsque la pandémie a frappé en 2021, les faillites d’entreprises ont augmenté et les retards de paiement sont devenus une priorité essentielle pour maintenir l’économie britannique en mouvement. Le gouvernement britannique a annoncé une révision du CPP, une répression des retards de paiement et un certain nombre de changements conçus spécifiquement pour aider les petites entreprises.

Réformes du code de paiement rapide en 2021 a introduit une nouvelle série de normes de paiement, dont la plus importante est la « règle des 95 % ». Cette règle exigeait que :

  1. 95 % des factures doivent être payées dans les délais convenus.
  2. 95 % des factures doivent être payées dans les 60 jours.
  3. 95 % des factures doivent être payées dans les 30 jours pour les petites entreprises de moins de 50 employés.
❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La restriction de l'intérim médical suscite des craintes de fermeture de services dans les hôpitaux.

Certains ont trouvé ces termes peu clairs, car les avis divergent sur le point de départ du cycle de paiement de 30/60 jours. Les fournisseurs considèrent généralement que le partage initial de la facture marque le début du cycle, mais les processus manuels du côté de l’acheteur peuvent donner lieu à des erreurs humaines, les factures étant perdues en raison de coordonnées incorrectes ou atterrissant dans des dossiers de courrier indésirable. Il en résulte un désaccord entre acheteurs et fournisseurs sur le moment où le cycle de paiement a commencé, et la confusion qui en résulte peut entraîner des retards et nuire à d’importantes relations d’affaires.

En 2021 également, le gouvernement a publié le Note de politique d’achat 08/21. Cette note traite spécifiquement des pratiques de paiement pour les marchés publics d’une valeur égale ou supérieure à 5 millions de livres sterling. La note rend effectivement plus difficile pour les entreprises de soumissionner pour des contrats gouvernementaux si elles n’ont pas fait la preuve de leur capacité à payer rapidement. On espérait que ces nouvelles normes contribueraient à combler les lacunes du code original et que, par conséquent, les retards de paiement diminueraient.

Le coût des retards de paiement

Malgré la révision du CPP et de la politique de passation des marchés, les retards de paiement restent fréquents au Royaume-Uni. Selon une étude de PwCen 2022, le délai de paiement des factures des PME a atteint son plus haut niveau depuis cinq ans. En outre, le délai de paiement des factures des PME a atteint son plus haut niveau depuis cinq ans, une enquête réalisée en 2022 a montré qu’en moyenne, 25 % des petites entreprises britanniques avaient signalé une augmentation des retards de paiement au cours des trois mois précédents. Non seulement le CPP révisé n’a pas réussi à réduire les retards de paiement, mais ceux-ci sont même devenus plus fréquents.

Quand Carillion s’est effondrée sous des milliards de livres de dettes en 2018Cette faillite a eu des répercussions sur 75 000 personnes travaillant dans sa chaîne d’approvisionnement, soulignant le risque que courent les fournisseurs lorsque les acheteurs ne paient pas rapidement.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Trudeau appelle les grandes enseignes d'alimentation à élaborer un plan pour stabiliser les prix des denrées alimentaires

Malgré ces cas très médiatisés et les efforts déployés par le secteur pour s’attaquer au problème, la proportion de factures en retard dans le secteur de la construction a augmenté de manière significative, passant à 52,9 % en 2022soit une augmentation de 13 % par rapport à 2021. Dans un 202255 % des citoyens britanniques ont déclaré qu’ils seraient favorables à davantage de contrôles pour prévenir les retards de paiement. Il est clair que la législation et les initiatives actuelles, bien que louables, ne parviennent pas à améliorer la situation.

Pourquoi le code de paiement rapide n’a-t-il pas été plus efficace ? Nombreux sont ceux qui pensent que la nature volontaire du code sape toute tentative de lutte contre les mauvaises pratiques de paiement. À titre de comparaison, certains États américains, comme le TexasLa loi exige que les paiements soient effectués à temps, tant pour les contrats publics que pour les contrats privés. Les délais de paiement sont également plus courts aux États-Unis. Alors qu’au Royaume-Uni, l’objectif ambitieux est de 30 à 60 jours, aux États-Unis, la norme est de 21 à 35 jours.

La mauvaise réputation internationale du Royaume-Uni était souligné par Tina McKenzie, présidente du Conseil de stabilité financière, en mars 2023 : « Le Royaume-Uni est presque le seul pays où il est acceptable de payer les petites entreprises en retard, et cela restera le cas si aucune autre mesure n’est prise.

Les paiements interentreprises passent au numérique

Le problème des retards de paiement est un problème collectif. La solution passe donc par une action collective. Les acheteurs et les fournisseurs doivent travailler ensemble pour communiquer et offrir à leurs organisations les avantages d’une réconciliation plus rapide. Après tout, tout le monde profite des paiements rapides : les entreprises ont une vision plus claire de leur trésorerie ; certains fournisseurs offrent des incitations pour les paiements rapides ; et d’autres qui acceptent les paiements par carte commerciale sont prêts à renoncer aux frais de service du commerçant, tout cela pour encourager un règlement rapide.

Au cours des quinze dernières années, la technologie a également progressé de manière spectaculaire. Les paiements des consommateurs peuvent être effectués rapidement et facilement à partir d’appareils mobiles, par exemple. Les paiements interentreprises sont plus complexes à gérer, mais ils ont également fait l’objet de grandes innovations qui transforment les paiements entrants et sortants. Le traitement direct (Straight-Through Processing, STP) est un exemple qui renverse le processus de paiement traditionnel. Le STP permet à l’acheteur de « pousser » automatiquement les paiements par carte commerciale vers le fournisseur, au lieu que ce dernier doive initier le paiement via une passerelle de paiement, telle qu’un terminal virtuel.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  25 Meilleurs Outils Instagram pour Booster Votre Croissance (2024)

Cela réduit le coût d’acceptation et peut être utilisé pour automatiser les transactions, en éliminant les frictions et les erreurs humaines du processus de paiement, ce qui accélère le règlement. Par ailleurs, les fournisseurs qui peuvent offrir aux acheteurs un choix de méthodes de paiement préférées éliminent des frictions supplémentaires dans le processus de paiement et renforcent les relations, cruciales pour la fidélisation de la clientèle.

La transformation numérique supprime-t-elle les excuses ?

Malgré de nombreux défis, le Prompt Payment Code a marqué un tournant dans les pratiques de paiement des entreprises britanniques. Plus de 4 000 entreprises ont signé le code et s’y conforment, ce qui témoigne du succès qu’il a déjà rencontré. Toutefois, si le Royaume-Uni veut devenir une plaque tournante florissante pour la croissance des entreprises au cours des quinze prochaines années, il est clair qu’il reste encore beaucoup à faire.

Maintenant que la technologie de paiement B2B rattrape son homologue B2C, les entreprises ont accès à une multitude d’outils qui peuvent faire le gros du travail à leur place et leur permettre de se concentrer sur l’établissement et le maintien de relations qui restent essentielles à la croissance. La responsabilité incombe en fin de compte aux acheteurs et aux fournisseurs, grands et petits, ainsi qu’aux partenaires financiers avec lesquels ils travaillent.

Dans un monde où les paiements numériques deviennent la norme, il n’y a plus d’excuse aujourd’hui pour ne pas payer rapidement. En fin de compte, ceux qui le font récolteront les bénéfices de relations plus étroites tout au long de la chaîne d’approvisionnement, et ceux qui ne le font pas risquent de se voir « promptement » retirés des listes d’acheteurs privilégiés.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles