PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuNeuralink pourra expérimenter ses implants cérébraux connectés sur des êtres humains.

Neuralink pourra expérimenter ses implants cérébraux connectés sur des êtres humains.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

La start-up Neuralink, fondée par Elon Musk, a annoncé avoir reçu l’autorisation des autorités sanitaires américaines pour tester ses implants cérébraux sur des humains. Ces dispositifs, implantables dans le cerveau, permettent une communication directe avec les ordinateurs par la pensée. Cette technologie est d’abord conçue pour aider des personnes paralysées ou atteintes de maladies neurologiques, avant de pouvoir être utilisée pour une chirurgie élective, moyennant plusieurs milliers de dollars. Elon Musk souhaite que ces puces permettent l’arrivée à une symbiose avec l’IA, selon ses dires en 2020, lors de la conférence annuelle de Neuralink. Les premiers tests auraient dû avoir lieu dès 2020, selon ses prévisions. Cependant, les prototypes de la taille d’une pièce de monnaie ont seulement été implantés dans le crâne d’animaux pour le moment. Il faut noter que d’autres entreprises, telles que Synchron, travaillent également sur des interfaces cerveau-machine permettant le contrôle des ordinateurs par la pensée.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Une mère et sa fille prêtes à s'envoler à bord du prochain vol spatial de Virgin Galactic

—————————–Article Complet————————————————

La start-up Neuralink d’Elon Musk a obtenu l’autorisation de tester ses implants cérébraux sur des humains. L’objectif est d’aider d’abord les personnes paralysées ou souffrant de maladies neurologiques avant de rendre ces implants accessibles à tous. Musk souhaite que ces puces permettent une symbiose entre l’IA et l’humanité. Cependant, Neuralink a trois ans de retard par rapport à ses prévisions initiales et des entreprises comme Synchron travaillent également sur des interfaces cerveau-machine. Les prototypes de la taille d’une pièce de monnaie ont déjà été implantés dans le crâne d’animaux pour communiquer avec les ordinateurs par la pensée.

——————————Article à Propos—————————————————-

Le 9 avril 2021, Neuralink, la société de technologie fondée par Elon Musk, a annoncé que ses implants cérébraux connectés allaient être testés sur des humains. Cette annonce marque une étape importante dans l’avancée de la recherche sur les interfaces cerveau-machine.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Michel Sardou refuse de participer à « une controverse absurde »

Neuralink a développé un implant qui peut être inséré dans le cerveau humain pour permettre une communication directe entre le cerveau et les machines. Cet implant se compose de milliers d’électrodes minuscules qui peuvent être placées dans les zones du cerveau responsables de différentes fonctions. Ces électrodes sont extrêmement sensibles et peuvent enregistrer l’activité électrique des neurones.

Le but de Neuralink est de chercher des moyens pour aider les personnes atteintes de troubles neurologiques tels que la maladie de Parkinson, la tétraplégie et les traumatismes crâniens. L’implant pourrait également améliorer les performances du cerveau humain en augmentant la vitesse de réflexion, l’apprentissage et la récupération.

Le processus de test sera effectué selon des protocoles de sécurité rigoureux, éthique et réglementaire. Les tests se dérouleront dans des centres hospitaliers américains pour étudier la sécurité et l’efficacité de l’implant.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les 5 signes qui doivent vous alerter en français

Les premiers tests seront réalisés sur des personnes atteintes de tétraplégie pour leur permettre d’interagir avec des appareils électroniques tels que des smartphones et des ordinateurs. Cela pourrait changer la vie de ces personnes en leur rendant leur indépendance et leur dignité.

En somme, les implants cérébraux connectés de Neuralink sont une percée majeure dans la recherche sur l’interface cerveau-machine. Les tests à venir sur les humains ouvriront de nouvelles possibilités de traitement pour les troubles neurologiques graves et pourraient améliorer la vie de millions de personnes à travers le monde. Cependant, il reste des questions sur la sécurité et l’éthique de l’utilisation de cette technologie à long terme, ce qui souligne la nécessité de continuer à surveiller de près son développement.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles