PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentL'espace manufacturier en Afrique du Sud devient-il écologique ?

L’espace manufacturier en Afrique du Sud devient-il écologique ?

Vous pouvez également écouter ce podcast sur iono.fm ici.

SIMON BROWN : Je discute avec Justin Schmidt. Il est responsable de la fabrication chez Absa Relationship Banking. Justin, je vous remercie pour votre temps aujourd’hui. Une des grandes tendances que nous observons en Afrique du Sud est la transition vers l’énergie verte, les énergies renouvelables – que ce soit les particuliers qui installent des panneaux solaires sur leur toit ou des batteries dans leur garage. Voyons-nous quelque chose de similaire dans l’industrie manufacturière ?

JUSTIN SCHMIDT : Bonjour, Simon. Oui, nous le voyons. Je pense qu’il s’agit d’un investissement généralisé que nous observons. Que ce soit dans l’agriculture, les transports, les fabricants ne sont pas différents. Toutes les réglementations que vous voyez, la déréglementation, les entreprises en général se disent « investissons ». Nous avons donc vu assez récemment de nombreux fabricants – qui sont des noms connus – investir dans de grandes installations solaires. Ils s’intéressent également aux batteries. Certains affirment que les générateurs sont trop chers à faire fonctionner, c’est pourquoi ils investissent dans les batteries. Ainsi, les fabricants ne diffèrent pas des autres secteurs.

Ce qui est intéressant, cependant, c’est que, comme nous nous occupons également des énergies renouvelables dans notre domaine, nous avons constaté que les fabricants étaient auparavant réticents à investir dans le solaire. Nous voyions d’autres secteurs investir beaucoup plus dans ce domaine. Mais nous avons constaté un changement récemment, avec les fabricants qui rejoignent le mouvement, en quelque sorte.

SIMON BROWN : Quelle était cette hésitation ? Est-ce dû au coût, car surtout lorsque l’on passe à une échelle plus grande, les coûts initiaux sont élevés. Le retour sur investissement peut être assez rapide, mais il faut quand même beaucoup d’argent au départ.

JUSTIN SCHMIDT : Je pense que c’est une chose propre aux fabricants ; vous ne pouvez pas simplement installer des panneaux solaires sur le toit, car en cas de délestage, le solaire ne fonctionne pas si vous n’avez pas de générateurs ou de batteries. Ainsi, lorsque vous investissez dans des batteries, cela double ou triple essentiellement votre coût initial.

Donc, si vous parlez d’un investissement de R30 millions, vous dépensez maintenant R80 millions – et prendre cette décision devient un processus beaucoup plus long. Cela a donc retardé certaines de ces installations.

Mais ce que nous avons également constaté, c’est que de nombreux fabricants disposent déjà de gros générateurs. Ainsi, l’installation de panneaux solaires sur le toit signifie simplement que vous les incorporez à votre générateur et que vous investissez dans cette technologie. Je pense que lorsqu’on parle de l’aspect capex, cela soulève certainement des inquiétudes, mais lorsqu’on regarde le seuil de rentabilité, on le finance, et on constate que, à long terme, la trésorerie n’est pas affectée.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La crise de la garde d'enfants nuit à l'économie, affirment les petites entreprises à la veille du budget de printemps

Un autre aspect que nous observons chez les fabricants lorsqu’ils prennent la décision d’investissement, c’est qu’ils disent : « Eh bien, je paie à la Ville de Johannesburg ou à la Ville de Ekurhuleni R2,50 [par kWh] pour mon électricité ; lorsque j’utilise mes générateurs, je paie essentiellement R7,50 [par kWh]. Ainsi, en cas de délestage, je paie trois fois le coût. Beaucoup d’entre eux prennent donc cela en compte lorsqu’ils disent que, d’un point de vue opérationnel, les batteries deviennent beaucoup moins chères lorsque j’utilise le solaire pour les charger – et je compare cela aux R7,50 du générateur.

Donc, je pense que tous ces éléments se combinent, et ils examinent ensuite un package de financement qui rend effectivement les flux de trésorerie plus neutres.

SIMON BROWN : Et ensuite, les économies, notamment par rapport au diesel, sont réelles. Les considérations environnementales vertes importent-elles beaucoup ? À l’ère de l’ESG (Environmental, Social and Governance), est-ce très lié à la partie « E » ? Ou est-ce simplement un bonus agréable en plus ?

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les Zimbabwéens en Afrique du Sud sont laissés dans l'expectative pendant encore six mois

JUSTIN SCHMIDT : Cela devient de plus en plus pris en compte. Si vous pensez à l’industrie du vin dans le Cap, vous avez pu constater de nombreuses installations solaires là-bas – avant que la coupure d’électricité ne devienne un facteur quotidien – et elles sont axées sur l’avenir.

C’est ce dont il est question avec l’ESG. Il s’agit de prendre une vision de 20 ans de votre entreprise et de créer une durabilité, non seulement du point de vue environnemental. Beaucoup d’entre eux le faisaient car ils se disaient : ‘Nos acheteurs ou nos clients dans le monde entier examinent la manière dont nous menons nos activités de manière durable’.

Ainsi, une grande partie de cela était motivée par une vision générationnelle de leur entreprise, mais aussi par cette question de savoir quelle est la demande mondiale pour notre produit ? Je pense que l’ESG est complexe, il ne s’agit pas seulement de l’aspect environnemental.

Mais ce que nous constatons avec nos fabricants, c’est que lorsque nous discutons de l’ESG et que nous les approfondissons, le facteur commun est que lorsqu’ils sont à la pointe de tous les éléments de l’ESG, la plupart d’entre eux ont déjà investi dans le solaire car, en premier lieu, si vous suivez les meilleures pratiques d’un point de vue ESG, cela signifie que vous avez une entreprise vraiment solide sous tous ces angles, et le solaire est une évidence en termes d’économies de coûts.

Il y a donc un élément de protection de l’environnement, mais je dirais que cette année et l’année prochaine, la plupart des moteurs de l’investissement sont la crise actuelle. Cependant, je pense qu’il y a une corrélation entre une bonne pratique ESG et l’investissement dans le solaire.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le PDG d'United Airlines : l'espace aérien russe est un "risque de sécurité"

SIMON BROWN : Et voyons-nous toujours des panneaux solaires, des batteries ? Je pense même aux éoliennes – sont-elles toujours importées ? Voyons-nous une quelconque production locale, ou est-ce toujours simplement de l’installation lors de leur arrivée ?

JUSTIN SCHMIDT : Simon, ce qui est fascinant, c’est que nous voyons de plus en plus les batteries devenir une partie intégrante de ces installations. Si nous regardons notre secteur des énergies renouvelables du côté des entreprises, lorsque nous avons conclu des accords au début de l’année, au premier trimestre, 77% d’entre eux incluaient des batteries. L’année précédente, c’était la moitié de cela. Ainsi, les batteries sont devenues un élément plus important. Et nous constatons que ces fabricants de batteries locaux se développent.

Ainsi, du côté des batteries, nous importons les cellules, mais nous les assemblons localement.

En ce qui concerne les panneaux solaires, il y a un grand fabricant dans la région de KZN qui fabrique des panneaux. Nous avons d’autres usines dans tout le pays, mais nous avons rarement vu une augmentation de la fabrication de batteries sur le plan local. Je pense cependant qu’avec le plan directeur que nous avons pour le secteur des énergies renouvelables, nous verrons de plus en plus de composants locaux être fabriqués ici.

SIMON BROWN : Oui. Cela commence à avoir du sens. Pourquoi importer lorsque nous avons une capacité de fabrication, des compétences ? Nous devrions absolument le faire.

Nous en resterons là. Justin Schmidt, responsable de la fabrication chez Absa Relationship Banking, j’apprécie toujours vos idées.

Écoutez le podcast complet de MoneywebNOW chaque matin en semaine ici.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles