PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLes banques canadiennes sont prises en étau entre les attentes en matière...

Les banques canadiennes sont prises en étau entre les attentes en matière de climat et les pressions du marché

Contenu de l’article

TORONTO – En mai, les banques canadiennes ont offert leur soutien aux personnes touchées par la première vague d’incendies de forêt en Alberta. En juin, elles ont étendu cette offre aux personnes touchées en Nouvelle-Écosse, et certaines l’ont encore élargie alors que des incendies faisaient rage au Québec et en Ontario.

La semaine dernière, les banques ont déclaré qu’elles offriraient à nouveau leur soutien, sous forme de dons et d’éventuels reports de paiements, cette fois pour aider les Canadiens touchés par les incendies dans les Territoires du Nord-Ouest et en Colombie-Britannique.

Contenu de l’article

Mais si les banques reconnaissent que les Canadiens vivent une incendie Alors que la saison des incendies de forêt est sans précédent, les militants affirment qu’ils n’agissent pas là où on a le plus besoin d’eux : dans la lutte contre les tendances du changement climatique qui aggravent les incendies.

Publicité 2

Contenu de l’article

« L’Arctique est en feu en même temps qu’Hawaï, et un ouragan a frappé la Basse-Californie pour la première fois depuis 90 ans – que faudra-t-il de plus pour que nos banques prennent les mesures qui s’imposent ?

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La Russie va interrompre l'approvisionnement en gaz de la Pologne mercredi dans une escalade majeure.

Le groupe fait depuis longtemps pression sur les banques pour qu’elles détournent leurs fonds du pétrole et du gaz au profit des énergies propres, et bien que la tendance ait pris de l’ampleur, ce n’est pas avec l’urgence que Brooks et d’autres activistes jugent nécessaire.

Il a cité un rapport de BloombergNEF publié plus tôt cette année, qui montrait que les banques canadiennes sont à la traîne en ce qui concerne le financement de l’approvisionnement en énergie à faible teneur en carbone, par rapport à ce que les scénarios climatiques les plus fréquemment cités disent être nécessaire.

Le rapport a révélé que RBC, par exemple, consacrait environ 40 cents aux solutions d’énergie propre pour chaque dollar investi dans le pétrole et le gaz en 2021, soit la moitié du ratio moyen mondial de 0,8 pour 1 et bien en deçà du ratio de 4 pour 1 nécessaire d’ici 2030 pour maintenir le réchauffement à 1,5 degré.

Entre-temps, fin juillet, le groupe de pression Investors for Paris Compliance a publié un rapport sur les politiques climatiques des banques qui n’a pas trouvé « d’urgence » dans leurs actions.

Contenu de l’article

Annonce 3

Contenu de l’article

Pour avoir une idée plus précise de l’activité des banques, Stand.earth a compilé le financement du pétrole et du gaz de janvier à la fin juillet par RBC, TD, BMO, la Banque Scotia, la CIBC et la Banque Nationale, ce qui a donné un résultat mitigé. Le nombre de transactions a augmenté d’environ 6 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 341, tandis que le montant du financement a baissé pour atteindre 55,7 milliards de dollars US, ce qui est tout de même considérable.

Le groupe attribue la baisse du montant en dollars à des bénéfices records l’année dernière, dans un contexte de hausse des prix de l’énergie, plutôt qu’à un changement notable de la politique des banques.

Lorsqu’on leur a demandé directement si elles ajustaient leurs plans climatiques à la lumière des incendies de forêt et de la chaleur mondiale record de cette année, les plus grandes banques du Canada ont largement maintenu leurs messages habituels, à savoir qu’elles s’engagent à agir pour le climat et à aider leurs clients à passer à l’action.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La société de recyclage WARD, basée dans le Derbyshire, bénéficie du soutien de l'UK Export Finance pour accroître ses exportations.

RBC, qui a été classée l’année dernière comme le premier bailleur de fonds pour les combustibles fossiles dans le monde par le rapport Banking on Climate Chaos, n’a pas indiqué de changement de politique, mais a déclaré qu’elle s’efforçait d’étendre ses capacités pour soutenir les transitions de ses clients, et qu’elle cherchait à développer son équipe de direction axée sur le climat.

« Nous sommes fermement convaincus de la nécessité d’une action plus concertée et plus rapide pour lutter contre le changement climatique », a déclaré Jennifer Livingstone, vice-présidente de la stratégie climatique de la banque, dans un communiqué.

Annonce 4

Contenu de l’article

Cependant, alors que les défenseurs du climat appellent les banques à agir davantage, les prêteurs sont actuellement peu enclins à accorder des prêts importants aux énergies renouvelables plutôt qu’au pétrole et au gaz, a déclaré Ryan Riordan, directeur de recherche à l’Institute for Sustainable Finance de la Queen’s University.

Compte tenu des taux d’intérêt élevés et de l’incertitude économique, les banques ont du mal à trouver suffisamment de projets d’énergie verte qui répondent à leurs critères de prêt, a-t-il ajouté.

« Je pense que pour la plupart, elles constatent qu’il n’y a tout simplement pas beaucoup de projets d’énergie renouvelable ou de projets durables à financer qui correspondent à leurs caractéristiques de risque et de rendement.

Selon Shilpa Mishra, directrice générale des services de conseil en capital de BDO, ce défi survient alors que les banques se montrent plus prudentes en matière de prêts en général.

Le cabinet comptable a constaté qu’au deuxième trimestre, la croissance des prêts s’est ralentie pour atteindre 5 % en glissement trimestriel, contre une moyenne de 8,3 % au cours des deux dernières années.

« Il y a un ralentissement du rythme des prêts sur le marché, et cela est principalement dû à un appétit pour le risque plus conservateur de la part des grandes institutions canadiennes », a déclaré M. Mishra.

Annonce 5

Contenu de l’article

Elle a déclaré qu’elle n’avait pas constaté de changement notable dans les tendances des prêts pour le pétrole et le gaz, mais que les stratégies ESG font de plus en plus partie des critères d’investissement.

Les banques sont également limitées dans le financement climatique par la lenteur du gouvernement fédéral à établir des règles sur ce qui constitue un investissement durable, a déclaré Mme Riordan.

La proposition de taxonomie verte a été publiée en mars, mais elle est en suspens jusqu’à ce que le ministre des finances prenne de nouvelles mesures. Un porte-parole a déclaré que le gouvernement était encore en train de l’étudier et d’examiner les commentaires des parties prenantes.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La participation des femmes au marché du travail pourrait augmenter si le gouvernement relève l'âge minimum du mariage

Le récent moratoire de six mois de l’Alberta sur les projets d’énergie renouvelable ne va pas non plus arranger les choses, a déclaré M. Riordan.

Si le financement de la lutte contre le changement climatique est toujours à la traîne, certains signes montrent qu’il prend de l’ampleur.

En mai, l’Agence internationale de l’énergie a déclaré que, grâce à d’importants changements de politique gouvernementale et à l’évolution de l’économie des énergies renouvelables, elle estime que 1,70 dollar sera consacré aux investissements dans les énergies propres cette année pour chaque dollar investi dans les combustibles fossiles, un rapport qui était de 1:1 il y a cinq ans.

Même si les progrès se poursuivent, l’ampleur du défi à relever reste évidente. L’AIE, dont le rapport avait une portée plus large que l’étude du BloombergNEF, estime que le ratio de dépenses doit atteindre 9:1 d’ici 2030.

Publicité 6

Contenu de l’article

Les besoins de financement devenant de plus en plus clairs, le financement de la transition sera au cœur de la COP28, le prochain sommet des Nations unies sur le climat qui débutera en novembre.

La semaine dernière, les organisateurs ont déclaré que les flux de financement privé devaient augmenter beaucoup plus rapidement pour atteindre les 2,4 billions de dollars par an nécessaires d’ici 2030 pour lutter contre le changement climatique dans les marchés émergents et les économies en développement.

« Le temps de l’action est venu », a déclaré le président désigné de la COP28, Sultan Al Jaber, dans un communiqué.

« Le financement de la lutte contre le changement climatique est la question qui est au cœur de l’ordre du jour de la COP28, car c’est par le biais du financement que nous transformons les objectifs en réalité.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 27 août 2023.

Entreprises dans cette histoire : (TSX:RY ; TSX:TD ; TSX:CM ; TSX:BNS ; TSX:BMO ; TSX:NA)

Contenu de l’article

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de faire en sorte que vos commentaires soient pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par courrier électronique : vous recevrez désormais un courrier électronique si vous recevez une réponse à votre commentaire, si une mise à jour est apportée à un fil de discussion que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos lignes directrices pour la communauté pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Participez à la conversation

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles