La croissance devrait se situer entre 7 et 8,5 % compte tenu des incertitudes mondiales : CEA V Anantha Nageswaran

0
0
CEA V Anantha Nageswaran

Le conseiller économique en chef, V Anantha Nageswaran, a déclaré mercredi que la croissance de l’Inde devrait se situer dans une fourchette de 7-8,5 % compte tenu des incertitudes mondiales.

Le Fonds monétaire international a récemment abaissé ses prévisions de croissance à 8,2 %, ce qui est supérieur aux 7,2 % de la Reserve Bank of India.

“L’éventail des résultats est assez large. Plus large qu’il ne pourra jamais l’être et cela rend la prise de décision d’autant plus hasardeuse. Il faut beaucoup de chance pour réussir”, a-t-il déclaré lors d’un événement organisé ici.

Selon l’étude économique, l’économie indienne devrait croître de 8 à 8,5 % au cours de l’exercice financier débutant le 1er avril.

Le CEA a déclaré qu’il avait eu une conversation cet après-midi avec Fitch Ratings qui a prévu un taux de croissance de 8,5 pour cent pour l’Inde.

Bien qu’ils aient une perspective négative sur l’Inde avec une notation BBB moins, ils ont une prévision de 8,5 pour cent de croissance du PIB réel pour 2022-23, a-t-il ajouté.

“Donc, la réalité pourrait en fait se situer quelque part entre cette fourchette de 7-8,5 pour cent. Nous allons prendre cela dans les circonstances actuelles parce que l’incertitude quant à la durée du conflit actuel en Europe et l’impact qu’il aurait non seulement sur le prix des hydrocarbures, mais aussi sur les prix des engrais, des denrées alimentaires, etc. est assez difficile à deviner à ce stade”, a-t-il déclaré.

Il y a des effets d’entraînement susceptibles de découler du resserrement de la politique monétaire des banques centrales dans les pays avancés, a-t-il ajouté.

Mercredi, après une réunion imprévue du Comité de politique monétaire, la RBI a augmenté le taux de prêt de référence de 40 points de base (pb) pour le porter à 4,40 % afin de contenir l’inflation qui est restée obstinément au-dessus de l’objectif de 6 % au cours des trois derniers mois.

Le comité de politique monétaire (MPC) dirigé par le gouverneur de la RBI, Shaktikanta Das, a également augmenté de 50 points de base le montant des dépôts que les banques sont tenues de maintenir en réserve de liquidités, pour le porter à 4,5 %, afin de retirer 87 000 milliards de roupies de liquidités du système bancaire.

Il s’agit de la première hausse de taux depuis août 2018 et du premier cas où le MPC procède à une augmentation non programmée du taux repo.

Retour à l’accueil Worldnet