FinanceGagner de l'argent"C'est vraiment triste de partir sur une mauvaise note - mais c'est...

“C’est vraiment triste de partir sur une mauvaise note – mais c’est la vie” : David Hurwitz

Vous pouvez également écouter ce podcast sur iono.fm ici. ADVERTISEMENT CONTINUE READING BELOW FIFI PETERS : Il est temps pour notre Executive Lounge. L’exécutif de ce soir est un homme qui a joué un rôle clé dans la croissance de l’industrie des taxis ici en Afrique du Sud. Il est devenu PDG de Transaction Capital, propriétaire de SA Taxi, le plus grand financier de l’entreprise de taxis, et plus récemment de WeBuyCars en 2014. Cette semaine, cependant, il a annoncé qu’il quitterait son poste d’ici la fin de l’année, prenant sa retraite de l’entreprise. Son nom est David Hurwitz. Il est le PDG sortant de Transaction Capital et nous rejoindra pour son parcours professionnel. David, merci beaucoup pour votre temps. J’ai vu que cela fait presque une décennie que vous êtes dans le bureau de direction chez Transaction Capital. Vous avez annoncé que vous voulez bientôt tirer le rideau sur votre règne là-bas. Ma question pour vous est: pourquoi maintenant ? DAVID HURWITZ : Fifi, quel plaisir d’être sur l’émission. Merci de m’avoir invité. J’ai été PDG, vous avez raison, pendant près de 10 ans. C’est aussi ma 19e année chez TC [Transaction Capital]. Au cours de mes huit premières années en tant que PDG, nous étions très axés sur la croissance. Mon rôle consistait essentiellement à allouer des capitaux à de nouveaux investissements. Nous avons fait des choses comme l’achat de WeBuyCars, nous avons acheté des entreprises en Australie. Nous avons fusionné quelques petites entreprises pour créer Nutun, et il s’agissait essentiellement d’investir des capitaux, puis d’exploiter ces entreprises pour la croissance. Je pense qu’il est bien documenté que malheureusement, au cours de ma dernière année en tant que PDG, en commençant par Covid, notre activité de taxis a vraiment souffert. Et 2023 a été une année très, très difficile pour TC. Écouter/lire : Transaction Capital ne peut pas échapper au sentiment négatifTransaction Capital subit une baisse de profit de 48% après la réduction de la taille de l’activité des taxisLes principaux détenteurs se débarrassent de Transaction Capital – mais qui a vendu ? La position de SA Taxi a pesé sur le prix des actions de TC, et je pense qu’il est très clair que si vous regardez notre groupe, nous avons deux entreprises fantastiques en Nutun et WeBuyCars. Mais notre troisième entreprise, SA Taxi, est vraiment sous pression et tout le monde peut voir que les entreprises sous-jacentes de Nutun et WeBuyCars sont en réalité plus précieuses que la capitalisation boursière totale de Transaction Capital. En conséquence, nous devons changer la façon dont nous créons de la valeur pour les actionnaires car actuellement, dans notre situation actuelle, cela ne fonctionne tout simplement plus. Nous devons donc passer de mes huit premières années de direction de TC, où, comme je l’ai dit, nous investissions des capitaux et nous exploitions ces entreprises pour la croissance et la constitution du portefeuille, à une concentration sur le déblocage de la valeur de notre portefeuille existant. L’avis est que les trois fondateurs de Transaction Capital, qui sont restés activement impliqués et qui ont toujours un investissement important dans l’entreprise, ont les compétences nécessaires pour faire cela. Il s’agit donc d’une décision conjointe. Nous avons décidé qu’ils avaient les compétences nécessaires. Nous avons choisi Johnny Jawno parmi les trois fondateurs pour diriger le groupe maintenant et essayer de débloquer cette valeur. Je pense que l’une des choses à propos du leadership est que vous devez mettre les bonnes personnes dans le bon rôle, compte tenu des bonnes circonstances, et c’est en fait ce que nous faisons en ce moment. C’est donc la vraie raison. Je sais qu’il y a beaucoup de spéculations, mais c’est la vraie raison du changement. FIFI PETERS : Donc cette spéculation – essentiellement que vous auriez été prié de partir, ou que vous auriez été poussé dehors – diriez-vous que c’est une fausse nouvelle et que c’était une décision mutuelle de partir ? DAVID HURWITZ : Certainement pas poussé dehors. Les fondateurs et moi, ainsi que le conseil d’administration, avons eu cette discussion pendant plus de deux mois, et nous sommes tous d’accord pour dire que c’est la bonne chose à faire. Les fondateurs prennent de toute façon les devants et je pense que c’est formidable qu’ils prennent les devants. Je pense que c’est en fait approprié car c’est le moment où cette organisation doit être dirigée par les fondateurs. Quelqu’un a posté quelque chose sur Twitter qui était en fait assez élogieux à mon égard dans mon rôle précédent, ou pour mes années précédentes, et il disait que Johnny Jawno est un PDG en temps de guerre, et malheureusement, pour TC c’est une période très difficile et il est juste de mettre les bonnes personnes à ce poste en ce moment. C’est donc une décision conjointe, comme je l’ai dit, pour mettre la bonne personne à la bonne place. FIFI PETERS : Mais en examinant un peu votre histoire David, vous avez rejoint les actionnaires fondateurs de Transaction Capital en 2005, lorsque l’acquisition de la division de financement des véhicules utilitaires commerciaux d’African Bank, qui est maintenant SA Taxi, a été réalisée. Vous faites donc partie intégrante des fondateurs des entreprises que nous voyons [comme] Transaction Capital aujourd’hui. Donc, pour reprendre votre propos, à savoir que peut-être les fondateurs sont les mieux placés pour décider de la nouvelle voie à suivre, ce déblocage de valeur, pourquoi ne méritez-vous pas une place à cette table ? DAVID HURWITZ : Fifi, c’est une bonne question. Je suis avec les gars depuis 19 ans, mais il faut se rappeler que si vous regardez les fondateurs, Johnny Jawno et Mike Mendelowitz, qui sont maintenant dans la cinquantaine, ils sont partenaires depuis leur milieu de la vingtaine, et Rob Rossi les a rejoints peu après. Oui, je suis là depuis longtemps, mais ils sont les principaux actionnaires. On pourrait dire que j’ai été, d’une certaine manière, un employé fondateur ou quelque chose dans ce sens, mais ce sont les actionnaires fondateurs. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas comme si ma place à la table était complètement enlevée. Je resterai PDG et je dirigerai l’entreprise jusqu’en décembre 2023 pour clôturer les résultats de cette année, ou pour clôturer cet exercice financier. Ensuite, je serai toujours employé jusqu’en décembre 2024. Et je pense que la première chose que je ferai, probablement en janvier lorsque nous reviendrons tous de nos vacances – dont nous avons tous besoin – c’est d’aider à la transition. Cela doit être un processus de succession très fluide. J’aiderai donc Johnny à entrer dans son nouveau rôle. Ensuite, il y a beaucoup de choses à faire chez TC. Vous pouvez voir, eh bien, la plupart des entreprises en Afrique du Sud sont maintenant soumises à de nombreuses pressions, tout comme TC, et je serai là pour le reste de l’année en fonction des besoins. FIFI PETERS : L’expérience donne toujours une perspective différente et j’aimerais savoir ce que l’expérience vous a apporté dans cette période. Donc essentiellement, si vous saviez alors ce que vous savez maintenant, qu’auriez-vous fait différemment, en particulier en ce qui concerne la période de SA Taxi et sa réaction à la pandémie ? Et, honnêtement, pensez-vous qu’il y ait quelque chose que vous auriez pu faire différemment qui aurait peut-être changé le sort de l’activité des taxis telle que nous la voyons actuellement ? DAVID HURWITZ : Il y a toujours des choses que nous aurions pu faire mieux. Je suppose que la question dit que si j’avais su qu’il y aurait cette pandémie qui allait fermer le monde, et ensuite si j’avais su qu’il y aurait des inondations au KZN qui auraient inondé l’usine de Toyota et perturbé la production de minibus taxis dans le pays, et si j’avais su qu’il y aurait des émeutes au KZN, et si j’avais su que les taux d’intérêt allaient exploser, etc… Il y avait tellement d’inconnues qui étaient des événements une fois par siècle et qui se sont produits tous dans l’espace d’environ 18 mois – qu’est-ce que j’aurais pu faire ? Il y avait tellement de choses qui échappaient à notre contrôle, mais il ne s’agit pas de trouver des excuses. Je pense que, en tant qu’équipe de direction, nous aurions pu agir plus rapidement. Malheureusement, nous pensions que ces événements étaient des cygnes noirs, des événements d’une fois par siècle, et que les marchés des minibus taxis et l’économie sud-africaine redeviendraient en réalité assez rapidement normaux. Certains secteurs l’ont fait. J’ai parlé aujourd’hui à un investisseur américain, et il disait que certaines choses, comme les compagnies aériennes, sont en réalité revenues à la normale assez rapidement – de grandes entreprises sous une énorme pression qui se sont en réalité normalisées très rapidement. Mais nos minibus taxis étaient censés se normaliser assez rapidement. Et c’était la principale erreur que nous avons commise. Nous…

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le grand débat Agoa - Moneyweb

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles