FinanceGagner de l'argentAnthony Di Iorio, cofondateur d'Ethereum, annonce un projet massif de blockchain, Andiami.

Anthony Di Iorio, cofondateur d’Ethereum, annonce un projet massif de blockchain, Andiami.

La fondation d’Ethereum fait partie de la légende. L’histoire, racontée dans plusieurs livresL’histoire d’Ethereum est celle d’un groupe hétéroclite de programmeurs qui se sont inspirés d’un livre blanc rédigé par le jeune génie de 19 ans Vitalik Buterin et qui, après bien des drames et du chaos, ont créé la blockchain la plus populaire au monde. Deux de ces premiers collaborateurs, Gavin Wood et Charles Hoskinson, se sont ensuite détournés de Buterin et ont lancé des rivaux d’Ethereum – Polkadot et Cardano, respectivement – et maintenant, un autre cofondateur lance son propre projet de blockchain, mais un projet qui, selon lui, complète Ethereum et favorise la décentralisation.

Le nouveau projet, Andiamiest la création d’Anthony Di Iorio, qui, comme Buterin, est originaire de Toronto et est surtout connu pour avoir financé Ethereum à ses débuts. Aujourd’hui, Di Iorio est riche grâce au produit de sa participation précoce à l’Ethereum et à d’autres investissements en crypto-monnaies. Si sa nouvelle entreprise réussit, elle pourrait être un pilier essentiel pour atteindre l’objectif insaisissable d’un Internet décentralisé connu sous le nom de Web3.

Allons-y ensemble

Lundi soir, dans le cadre du coup d’envoi de l’Année européenne de l’agriculture et de l’alimentation (AEA). sommet W3BÀ l’occasion du sommet W3B, M. Di Iorio est monté sur une scène du centre-ville de Toronto pour annoncer officiellement le projet Andiami, un mot italien qu’il a inventé et qui se traduit par “Allons-y ensemble”. Le lancement du projet s’étalera sur plusieurs années et nécessitera l’utilisation de jetons et d’un nouveau protocole, mais il s’agira essentiellement d’envoyer 3 000 consoles, appelées cubes, à des personnes choisies au hasard dans le monde entier à partir d’une liste blanche.

Lire aussi :   Les retraités de cet État bénéficient d'un important ajustement du coût de la vie en raison de l'inflation - et cela pourrait causer beaucoup de problèmes au gouvernement.

Dans une interview avec FortuneDi Iorio a expliqué que les Cubes, qu’il décrit comme des appareils de type Xbox, seront essentiels pour résoudre ce qu’il pense être les deux principaux problèmes qui entravent le Web3 : le paradoxe de la décentralisation centralisée et la persistance des modèles commerciaux du Web2.

Le terme “décentralisation centralisée” fait référence au phénomène selon lequel des composants importants d’Ethereum, qui est nominalement censé être libre de toute autorité centrale, sont de plus en plus exploités par une poignée de grands acteurs. Il s’agit notamment d’Alchemy et d’Infura, qui fournissent des infrastructures permettant aux entreprises d’interagir avec la blockchain, et plus récemment de Coinbase et de Lido, qui sont chargés de valider les transactions dans le cadre du nouveau système de preuve d’enjeu d’Ethereum. Pendant ce temps, ces grands acteurs s’appuient sur les serveurs centralisés des mastodontes du Web2 comme Amazon et Google pour mener à bien leurs opérations.

Di Iorio pense que la solution consiste à donner aux individus le pouvoir de supplanter ces acteurs centralisés de la blockchain en déployant leur propre matériel – d’où les Cubes, qui fonctionneront comme des serveurs décentralisés capables de stocker 12 téraoctets de données et qui pourront interagir avec n’importe quelle blockchain majeure, en stockant des copies des historiques du grand livre et en validant les transactions.

“Les Cubes seront des nœuds complets plug-and-play avec des données de blockchain indexées pour n’importe quelle chaîne”, explique Di Iorio. “Vous ne pouvez pas avoir un internet contrôlé par l’utilisateur si l’utilisateur ne dispose pas de son propre serveur”.

Lire aussi :   Les employés de Twitter font leurs adieux après l'ultimatum de Musk

Pour promouvoir davantage la décentralisation, il indique que les personnes qui s’inscrivent n’auront pas besoin de fournir d’autres informations d’identification que leur prénom. Il suggère aux personnes choisies d’utiliser une boîte postale et précise qu’Andiami détruira ensuite ces informations afin de préserver l’anonymat.

Les cubes, et le kit qui les accompagne, seront vendus sur une échelle mobile allant de 300 à 5 000 dollars, les moins chers étant destinés aux participants à faible revenu. Cela fait partie du plan de M. Di Iorio visant à éliminer les sociétés de capital-risque qui, selon lui, ont largement contribué à la centralisation dans le domaine de la blockchain.

Des jetons, un jeu de quête, un long déploiement

Di Iorio, comme beaucoup dans la communauté cryptographique, est un fan de longue date de jeux et d’énigmes, il n’est donc pas surprenant qu’Andiami ait un élément de jeu lourd. Ceux qui s’inscrivent d’abord pour un Cube recevront un kit “Quest for Liberty” qui leur demandera de résoudre une série d’énigmes physiques et numériques afin de recevoir des “Digital Life Tokens”.

Les jetons seront utilisés dans l’économie d’un futur protocole de partage de nœuds qu’Andiami est en train de construire, permettant aux détenteurs de participer à un marché pour l’allocation de ressources à diverses opérations de la blockchain. Les propriétaires de cubes, qui se connecteront les uns aux autres via le futur protocole, recevront éventuellement les jetons comme récompense pour l’hébergement et le partage des données des nœuds.

Di Iorio a dit Fortune qu’Andiami n’a pas décidé de la nature des jetons mais qu’ils se présenteront sous la forme d’une couche 2 construite sur Ethereum.

Lire aussi :   Vedanta est en pourparlers pour lever jusqu'à 3 milliards de dollars de dette dans le cadre d'un projet de semi-conducteurs.

Les propriétaires de cube recevront également une puce d’authentification physique qui, avec leur téléphone, servira de preuve de propriété et d’identité – une fonctionnalité qu’Andiami appelle “NFP” pour Non-Fungible Phygitals.

Comme indiqué, il s’agit d’une entreprise extrêmement ambitieuse, même pour les projets de blockchain. Pour cette raison, Di Iorio s’est donné un long calendrier, les jetons devant être distribués à la fin de 2023 et les cubes devant arriver à la fin de 2024.

Il est trop tôt, bien sûr, pour savoir si tout cela – ou n’importe quoi – se concrétisera, mais M. Di Iorio a certainement les ressources nécessaires pour tenter sa chance. Il convient également de noter que les projets lancés par ses compatriotes des premiers jours d’Ethereum, Hoskinson et Wood, sont aujourd’hui évalués à plusieurs milliards de dollars. Il n’est pas exclu qu’Andiami puisse un jour en faire autant.

Inscrivez-vous à la Caractéristiques de Fortune pour ne pas manquer nos articles les plus importants, nos interviews exclusives et nos enquêtes.

Retour à l’accueil Worldnet

Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles

%d blogueurs aiment cette page :