PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentÀ bout de souffle, les parents disposent d'un large éventail d'options pour...

À bout de souffle, les parents disposent d’un large éventail d’options pour épargner en vue de l’éducation de leurs enfants

Contenu de l’article

MONTRÉAL – Les parents trouvent plus difficile que jamais d’épargner pour les études postsecondaires de leurs enfants, alors que la hausse du coût de la vie accentue les pressions financières.

Mais les piliers de l’épargne postsecondaire – les REEE, en particulier – demeurent des outils clés, tout comme des objectifs clairs et une bonne dose de planification.

Contenu de l’article

Julie Petrera, stratège senior pour les besoins des clients chez Edward Jones, explique que la première étape consiste à obtenir une estimation des coûts, qui peuvent aller de milliers à des centaines de milliers de dollars, en fonction du type et de la durée de l’enseignement et du fait que l’enfant quitte ou non le domicile familial.

Annonce 2

Contenu de l’article

D’autres éléments entrent en ligne de compte, comme la participation éventuelle de membres de la famille, tels que les grands-parents ou l’enfant lui-même, et la place qu’occupe l’éducation dans la liste des priorités des parents en matière d’épargne.

“Les parents paient-ils leurs études post-secondaires, épargnent-ils pour leur propre retraite et financent-ils d’autres dépenses, comme les rénovations et les vacances ? a demandé M. Petrera.

Selon un sondage en ligne réalisé par Embark, une société spécialisée dans l’épargne-études, auprès de 1 000 parents ayant au moins un enfant de moins de 18 ans, quelque 73 % des parents ont déclaré qu’il était plus difficile d’épargner pour le collège et l’université ces derniers temps.

L’enquête a également révélé qu’un peu plus de la moitié des personnes interrogées ont déclaré qu’elles s’endetteraient pour payer les études de leur enfant.

Le régime enregistré d’épargne-études (REEE) est un compte d’investissement à imposition différée utilisé par des millions de personnes. Plus de 481 000 étudiants ont retiré des fonds d’un REEE en 2021, selon Emploi et Développement social Canada.

Contenu de l’article

Annonce 3

Contenu de l’article

Ottawa verse une subvention équivalente à 20 % de la première tranche de 2 500 $ versée chaque année dans un REEE, par l’intermédiaire de la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE), pour un total de 500 $ par an, avec des taux plus élevés pour les familles à faible revenu. Le montant maximal à vie de la subvention est plafonné à 7 200 $, tandis que le total des cotisations aux comptes REEE est limité à 50 000 $ par bénéficiaire.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un groupe de réflexion propose de taxer les voitures en fonction de leur poids

Les familles à faible revenu peuvent également être admissibles au Bon d’études canadien, qui ne nécessite pas de cotisations à un REEE.

Les bénéficiaires d’un REEE en Colombie-Britannique peuvent avoir droit à une subvention supplémentaire unique de 1 200 $, tandis que ceux du Québec peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt remboursable d’un montant maximal à vie de 3 600 $.

“Le REEE est excellent. Il est conçu pour aider à payer les frais de scolarité”, a déclaré M. Petrera. “Mais d’un autre côté, ces plans sont soumis à certaines restrictions, notamment en ce qui concerne les personnes qui peuvent retirer les fonds, le moment où elles peuvent le faire et les raisons pour lesquelles elles peuvent le faire.

Annonce 4

Contenu de l’article

Les REEE peuvent représenter une part importante du financement des études d’une famille, mais ils ne doivent pas être considérés comme un régime “autonome”, a déclaré M. Petrera. Les comptes de placement non enregistrés offrent une option supplémentaire.

“Il n’y a pas de subventions associées, ils sont entièrement imposables, mais il n’y a pas de restrictions. Vous pouvez y placer de l’argent jusqu’à n’importe quel montant et le retirer à tout moment pour n’importe quelle raison”, a-t-elle déclaré.

Un compte d’épargne non imposable constitue un autre moyen. Les étudiants eux-mêmes ne peuvent pas en ouvrir un avant d’avoir 18 ans, mais les parents ou les grands-parents peuvent utiliser leurs comptes pour les aider à épargner.

“Mon conseil serait de travailler avec un conseiller ou un professionnel qui comprend les avantages et les inconvénients, les tenants et les aboutissants de tous ces plans afin de déterminer quelle est la meilleure combinaison pour maximiser l’objectif du client”, a déclaré M. Petrera.

Annonce 5

Contenu de l’article

Les cotisations automatiques à un plan sont un moyen simple et efficace de se constituer un pécule.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le bénéfice avant impôts du quatrième trimestre de Reliance Retail atteint 3 705 millions de roupies ; le chiffre d'affaires brut de l'exercice 22 approche les 2 milliards de roupies.

“Nous pensons que si chaque couple peut cotiser 50 dollars par mois (par personne), il obtiendra 37 000 dollars au moment où ses enfants atteindront l’âge de 18 ans et feront des études postsecondaires”, a déclaré Andrew Lo, PDG d’Embark.

Il a insisté sur le fait que les parents devraient s’informer sur l’éducation. Une personne sur trois interrogée par la société n’en savait “pas assez pour ne serait-ce que deviner” le coût des études post-secondaires.

Erika Shaker, directrice du bureau national du Centre canadien de politiques alternatives, a déclaré que les coûts augmentent et que tout devient plus cher.

Elle a évoqué le changement de mode de financement de l’éducation opéré par Ottawa il y a une vingtaine d’années, qui a incité la plupart des provinces à répercuter une plus grande partie des coûts sur les étudiants ou, dans le cas du Québec, à établir un “double niveau” entre les élèves de la province et ceux de l’extérieur.

Le labyrinthe des programmes et des règles de financement constitue parfois plus un obstacle qu’un soulagement, a-t-elle ajouté.

“Les programmes d’aide aux étudiants sont disparates, désordonnés et opaques. Il est en fait assez difficile de s’y retrouver et ils peuvent changer à mi-parcours de l’obtention d’un diplôme”, a déclaré Mme Shaker.

“Nous sommes passés à un modèle d’utilisateur-payeur qui a un impact disproportionné – négatif – sur les étudiants qui doivent malheureusement emprunter pour payer leur éducation post-secondaire.

Ce rapport de la Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 8 juin 2023.

Contenu de l’article

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de faire en sorte que vos commentaires soient pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par courrier électronique : vous recevrez désormais un courrier électronique si vous recevez une réponse à votre commentaire, si une mise à jour est apportée à un fil de discussion que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos lignes directrices pour la communauté pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Participez à la conversation

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles