PartenairesNewspaper WordPress Theme
Actu"Le parquet demande un procès suite aux insultes d'un policier après une...

“Le parquet demande un procès suite aux insultes d’un policier après une plainte pour agression sexuelle”

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Le parquet de Paris a requis un procès pour un policier accusé d’avoir insulté une plaignante pour agression sexuelle. En février 2022, la plaignante avait déposé une plainte pour “agression sexuelle en état d’ivresse” dans un commissariat parisien, entraînant l’ouverture d’une enquête. Un policier lui avait laissé un message sur son répondeur où il l’insultait de “pute”. Le parquet avait initialement classé la procédure car “les propos avaient été tenus sans volonté de les porter à la connaissance de la plaignante”. Cependant, après une nouvelle plainte, une juge d’instruction a mis le policier en examen pour “injure non publique en raison du sexe”. Le parquet demande maintenant un procès devant le tribunal de police. Cette affaire a suscité de nombreuses critiques sur la prise en charge des victimes de violences sexuelles par les forces de l’ordre. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, avait estimé que le policier n’avait “plus sa place” dans la profession. L’avocat de la plaignante a déclaré qu’il avait demandé qu’un juge d’instruction soit saisi pour l’affaire d’agression sexuelle elle-même.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Pourquoi le marché boursier a-t-il chuté ? Le Dow Jones termine avec une baisse de près de 1 000 points, la pire journée depuis octobre 2020.

—————————–Article Complet————————————————

Le parquet de Paris a demandé un procès pour un policier accusé d’avoir insulté une plaignante pour agression sexuelle en la traitant de « pute », après avoir initialement classé sa plainte. La plaignante avait déposé une première plainte pour « agression sexuelle en état d’ivresse » en février 2022, à la suite de laquelle un policier lui avait laissé un message insultant sur son répondeur. Le parquet avait d’abord classé la procédure, mais une juge d’instruction a mis le policier en examen en janvier. Dans ses réquisitions du 19 avril, le parquet renouvelle son appréciation selon lesquels le policier parlait « à titre confidentiel à ses collègues et sans intention de porter (ses propos) à la connaissance de la plaignante », mais estime que cette infraction relève du droit de la presse. Le parquet demande donc un procès devant le tribunal de police pour « injure non publique en raison du sexe ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les stars de la chanson française en haut de l'affiche

——————————Article à Propos—————————————————-

Lorsqu’on est victime d’une agression sexuelle, on a besoin de soutien et d’une écoute attentive de la part des autorités. Cependant, pour une jeune femme de 22 ans, le parcours pour obtenir justice n’a pas été facile.

En janvier 2020, cette jeune femme a été agressée sexuellement par un homme dans un bar de la ville de Toulouse. Choquée, elle s’est immédiatement rendue au poste de police pour déposer plainte. Malheureusement, au lieu de recevoir l’aide et l’écoute dont elle avait besoin, elle a été insultée par un policier.

Le policier en question aurait commencé par remettre en question la gravité de l’agression subie par la jeune femme. Il lui aurait ensuite demandé des détails intimes sur l’agression, de manière inappropriée et blessante.

Face à cette situation, la jeune femme a décidé de porter plainte contre le policier pour insultes et harcèlement moral. Malgré cela, son affaire a été classée sans suite par le parquet de Toulouse.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un scientifique révèle comment des gommes et des pilules à base de marijuana pourraient être lancées cette année pour traiter le Covid

Cependant, grâce à la persévérance de la jeune femme, son avocat a réussi à obtenir la réouverture de l’enquête. Après une nouvelle instruction, le parquet a finalement décidé de renvoyer le policier en question devant le tribunal correctionnel.

Cette décision est une avancée pour la jeune femme, qui a enfin l’espoir de voir sa plainte reconnue et de recevoir justice. Il est aussi important de souligner que cette décision est un signal fort envoyé aux auteurs d’agressions sexuelles, mais aussi aux personnes en charge de leur traitement. Aucune victime ne devrait être rejetée ou maltraitée lorsqu’elle décide de dénoncer une agression sexuelle.

Enfin, cette histoire souligne l’importance de la formation des policiers en matière de violences sexuelles et la nécessité d’une prise en charge correcte des victimes. Les autorités doivent être exemplaires en matière de traitement des victimes et il est essentiel que toutes les voix soient entendues.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles