PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLe financement du climat en Afrique - Moneyweb

Le financement du climat en Afrique – Moneyweb

Le changement climatique constitue une menace importante pour le développement de l’Afrique. Des secteurs importants, tels que l’agriculture, la santé et l’eau, subiront un impact négatif considérable d’un réchauffement de la planète de 1,5⁰C à 2⁰C, selon une étude de l’OCDE. rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Dans le secteur agricole, les effets négatifs du changement climatique se feront sentir sur les cultures, la pêche et le bétail. La production et la sécurité alimentaires seront menacées. Pertes de récoltes céréalières au sud du Sahara pourraient aller de 2 % pour le sorgho à 35 % pour le blé d’ici 2050. Un autre site étude conclut que les pertes de production de millet seront de l’ordre de 48% à 55% d’ici le milieu du siècle.

Pour la santé, plusieurs études, dont l rapport de la CIPVprévoit que le changement climatique augmentera le fardeau des maladies humaines sur le continent. Exposition à la chaleur létale touchera des centaines de millions de personnes dans de nombreuses villes africaines.

La disponibilité de l’eau pour le bétail et la pêche est également menacée. Plus de 50% des espèces de poissons d’eau douce commercialement importantes pourraient disparaître. disparaître. L’impact des risques climatiques s’accroît à un rythme alarmant. Par exemple, les inondations et la sécheresse ont représenté 1,5 milliard d’euros de pertes. 80% et 16% des impacts observés sur les établissements humains au cours de la dernière décennie. Les deux sites risques climatiques ont touché près de 340 millions de personnes en Afrique. Les décès dus aux inondations ont augmenté, la pauvreté s’est aggravée et les services d’éducation et de santé ont été entravés.

Face à tous ces défis, le débat s’est concentré sur les risques climatiques, leur impact et l’augmentation de la résilience des groupes vulnérables. Mais la communauté internationale et les organisations bilatérales ont surtout évité de se demander qui devait être responsable de ces questions.

Mes collègues et moi avons mis en évidence des points importants qui sont pertinents pour la gestion des risques liés au changement climatique en Afrique. Cette étude a examiné ce qui empêche des réponses plus utiles au changement climatique en Afrique. Le financement est la clé.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La Russie signale son retrait dans le sud de l'Ukraine mais Kiev craint un piège.

Le débat mondial sur le climat n’a pas abordé la question des pertes et des dommages dans les pays en développement, y compris les pays d’Afrique. Le rapport du GIEC indique que sans une action mondiale, les impacts et les risques liés au climat pourraient compromettre le développement de l’Afrique.

Les pays développés ont une responsabilité historique dans les émissions mondiales mais sont évitent leur responsabilité envers le monde en développement. Ils n’ont pas réussi à remplir leur 100 milliards de dollars US d’aide climatique aux pays en développement d’ici 2020. Le délai de mobilisation des fonds a été prolongé jusqu’en 2025.

Mais dans quelle mesure cette promesse est-elle réaliste ?

Les défis à relever pour obtenir et dépenser des fonds pour le climat

Les pays africains sont confrontés à divers défis lorsqu’il s’agit du financement mondial du climat.

Le premier est la distinction entre atténuation et adaptation. Les projets d’atténuation comprennent le transport durable, les énergies renouvelables et les technologies d’efficacité énergétique. Quelques pays, comme le Maroc et l’Afrique du Sud, peuvent recevoir des fonds des donateurs pour mettre en œuvre des projets de ce type. Mais la majorité des pays africains sont laissés de côté pour les raisons suivantes d’une faible capacité institutionnelle.

Des projets d’adaptation dans des secteurs clés tels que l’agriculture, l’environnement, la santé et l’eau sont financés dans de nombreux pays africains. Pourtant, ces projets sont sous-financés, fragmentés et mal coordonnés.. Il existe toujours un décalage entre les projets d’atténuation et d’adaptation en Afrique, car les financements sont inaccessibles pour ces derniers.

L’absence d’une formule claire permettant de distinguer les fonds des donateurs destinés à l’adaptation et à l’atténuation a nui à l’efficacité des projets d’adaptation. la mise en œuvre de projets de lutte contre le changement climatique dans de nombreux pays africains. Les donateurs tels que la Banque mondiale, le Fonds pour l’environnement mondial et les pays européens préfèrent financer des projets d’atténuation plutôt que d’adaptation. Leur site argument pour financer les projets d’atténuation est qu’ils sont mesurables et que leur succès est visible. Pourtant, la communauté internationale croit que que la priorité doit être donnée à l’adaptation.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  10 indicateurs pour vous aider à développer votre chaîne (2023_)

En outre, environ 80 % des le financement de la recherche sur les questions climatiques affectant l’Afrique va aux pays développés, en particulier les États-Unis et l’Europe. Le Kenya et l’Afrique du Sud représentent respectivement 2,3% et 2,2%.

L’inégalité de la relation de financement n’affecte pas seulement la conception et la diffusion de la recherche. Elle réduit également La capacité de recherche africaine et l’expertise locale pour mettre en œuvre les résultats de la recherche.

De nombreux programmes de renforcement des capacités financés par les donateurs sont ponctuels et isolés des programmes nationaux de lutte contre le changement climatique. Cela affecte la capacité des pays africains à participer aux projets de transfert de technologies liées au changement climatique. En l’absence d’environnements propices ou de cadres institutionnels favorisant la réglementation, les fournisseurs de technologies seront réticents à créer de nouvelles technologies. accès à la technologie.

Cinq choses dont les pays africains ont besoin

Au cours des trois dernières décennies, plusieurs négociations internationales sur le changement climatique ont eu lieu dans le monde. Elles ont donné peu de résultats. Et l’Afrique continue de chercher des solutions à bon nombre de ses problèmes liés au changement climatique.

Les donateurs et la communauté internationale doivent prêter attention aux cinq points suivants.

  • Les agences bilatérales et multilatérales doivent aligner leur programme de lutte contre le changement climatique sur la planification du développement national en termes d’activités d’adaptation et d’atténuation.
  • Les bailleurs de fonds doivent garantir l’accès au financement climatique et mettre à disposition des fonds pour des recherches pertinentes sur le changement climatique, menées et diffusées par des chercheurs africains aux niveaux national et local.
  • Des institutions d’atténuation du changement climatique doivent être créées dans les cinq régions d’Afrique. Elles doivent fournir les capacités qui permettront aux différents gouvernements de former des experts, de faciliter le transfert de technologie et de mettre en œuvre des projets d’atténuation. Ce n’est qu’avec des institutions d’atténuation qu’une nouvelle initiative de marché du carbone africain pourra être mise en œuvre efficacement.
  • Les gouvernements nationaux doivent augmenter les investissements dans la recherche et les institutions académiques.
  • Les ministères et départements nationaux doivent coordonner les politiques relatives aux mesures d’adaptation. Un cadre d’adaptation intégré est nécessaire pour mettre en œuvre les clauses de la dette résistante au climat ou le Fonds africain pour les risques climatiques dans le cadre des stratégies et mesures d’adaptation globales visant à protéger les groupes vulnérables contre les risques et les impacts climatiques.
❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les coûts élevés freinent les projets d'énergies renouvelables en Afrique du Sud

Le succès de la COP27 sera largement déterminé par la manière dont les problèmes de changement climatique de l’Afrique seront hiérarchisés et négociés, et par le type de solutions réalisables qui seront fournies. Aucune option unique telle que l’adaptation n’est suffisante pour lutter contre le changement climatique en Afrique. Les mesures d’adaptation et d’atténuation doivent être encouragées par le biais de réponses intégrées liées aux objectifs de développement. Ces objectifs consistent à éradiquer la pauvreté et à assurer la sécurité énergétique, sanitaire et alimentaire, ainsi qu’à favoriser une croissance économique et une prospérité durables.

Ademola AdenleProfesseur invité en sciences du développement durable à l’Université technique du Danemark, Université d’État du Colorado

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire le article original.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles