La Russie affirme que les sanctions garanties par les États-Unis n’entraveront pas le commerce avec l’Iran.

0
2
Image: Marlene Awaad/Bloomberg

Les États-Unis ont donné à la Russie des “garanties écrites” que les sanctions imposées à la suite de l’invasion de l’Ukraine n’affecteront pas ses accords d’approvisionnement nucléaire avec l’Iran, ouvrant la voie à une reprise des discussions pour relancer l’accord atomique de 2015. Les prix du pétrole ont chuté.

Les puissances mondiales et l’Iran ont suspendu vendredi leurs efforts pour restaurer le pacte nucléaire, dans un contexte de tensions accrues entre le Kremlin et la Maison Blanche.

Lire : Le pétrole Brent passe sous la barre des 100 $ et le repli s’accélère

Des responsables américains ont confirmé qu’ils envisageaient d’imposer des sanctions à l’encontre de la société russe Rosatom, le plus grand fabricant de combustible nucléaire au monde, quelques jours après que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, ait demandé des garanties que de telles sanctions ne seraient pas autorisées à torpiller l’accord sur l’Iran.

“Nous avons reçu des garanties écrites”, a déclaré M. Lavrov mardi après avoir rencontré son homologue iranien à Moscou. Ces garanties “offrent une protection fiable pour tous les projets et activités envisagés” dans l’accord nucléaire, a-t-il ajouté.

Il n’y a pas eu de confirmation immédiate de la part des Etats-Unis qui ont rappelé leur équipe de négociation de Vienne pour des consultations après la dernière rupture des négociations.

Percée potentielle

Cette percée potentielle permet d’envisager la conclusion d’un accord visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions qui ramènerait le pétrole iranien sur les marchés mondiaux perturbés par la guerre en Ukraine.

Après les commentaires de M. Lavrov, les contrats à terme sur le pétrole brut Brent ont chuté de 9,46 dollars pour s’échanger à 97,44 dollars à Londres. Ils s’étaient négociés au-dessus de 100 dollars pendant la majeure partie du mois de mars.

Avant la demande russe, les diplomates de toutes les parties avaient dit qu’ils étaient très proches d’un accord pour rétablir l’accord de 2015 abandonné par le président de l’époque, Donald Trump, il y a quatre ans.

Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré lundi qu’il appartenait à Moscou et à Téhéran de décider si un accord pour relancer le JCPOA était à portée de main dans les prochains jours.

“La Russie n’a fait aucune obstruction concernant la question de l’Ukraine”, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, à l’issue de la réunion avec M. Lavrov. L’Iran avait imputé les derniers retards aux États-Unis.

Rosatom en ligne de mire

Alors que l’administration Biden n’a pas encore décidé de sanctionner ou non Rosatom, ses affaires avec l’Iran montrent le potentiel de conséquences involontaires. La société est le plus grand fournisseur mondial de réacteurs et de combustible nucléaires, avec des projets qui s’étendent en Afrique, en Eurasie et en Amérique latine.

Le gourou américain des sanctions, Richard Nephew, qui a fait partie des négociateurs américains du JCPOA jusqu’en décembre, a averti cette semaine que de telles mesures risquaient fort de se retourner contre ceux qui les appliquent.

Au cœur du problème se trouve la seule centrale nucléaire iranienne en activité, située dans la ville portuaire de Bushehr, dans le golfe Persique. Ce réacteur de fabrication russe repose toujours sur des assemblages de combustible fournis par Rosatom, qui construit également une deuxième unité sur le site, qui devrait être prête au cours de cette décennie.

Le JCPOA stipule que la Russie peut continuer à fournir le réacteur iranien de Bushehr, même si la République islamique réduit son stock d’uranium enrichi à moins de 300 kilogrammes (661 kilogrammes).

L’Iran a toutefois prévenu l’année dernière que les sanctions américaines risquaient de forcer l’arrêt des opérations à Bushehr parce que les paiements ne pouvaient pas être transférés aux fournisseurs russes. De nouvelles sanctions contre Moscou risqueraient de compromettre davantage le partenariat entre les deux pays, même dans le cadre d’un accord rétabli qui lève les sanctions américaines contre l’Iran.

Empêcher Rosatom de remplir les contrats d’approvisionnement en combustible pourrait encourager davantage de pays à suivre l’exemple de l’Iran et à enrichir directement l’uranium, a écrit M. Nephew. L’enrichissement est une technologie à double usage vieille de 75 ans, nécessaire à la fois pour alimenter les armes nucléaires et les réacteurs.

© 2022 Bloomberg



Retour à l’accueil Worldnet