PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentLa dérive de la politique britannique après le Brexit inquiète les dirigeants...

La dérive de la politique britannique après le Brexit inquiète les dirigeants du monde entier

Les plaintes de certaines des plus grandes entreprises mondiales mettent en évidence la détérioration du climat d’investissement au Royaume-Uni.

Article content

(Bloomberg) — When Dan Vahdat set out to build a healthcare startup, the UK was an ideal launchpad. That was 2011 and the nation’s deep network of medical research centers and vast National Health Service patient data sets helped him expand the software platform, Huma Therapeutics, into a $1 billion company. For the next billion dollars he is looking elsewhere.

Advertisement 2

Contenu de l’article

Huma, qui aide les médecins à surveiller et à analyser les données des patients, recoupe plusieurs secteurs que le gouvernement britannique s’était engagé à privilégier après avoir quitté l’Union européenne il y a trois ans. Mais au lieu de créer des opportunités, le Brexit et le chaos politique qui l’a accompagné ont favorisé un environnement avec lequel les entreprises disent qu’il est de plus en plus difficile de travailler.

Contenu de l’article

Les options de Vahdat comprennent le déplacement des investissements vers l’Allemagne ou la France, où l’équipe du président Emmanuel Macron l’a contacté tous les quelques mois pour discuter d’opportunités d’affaires. Le fondateur de l’Huma envisage une éventuelle cotation à New York, où les capitaux sont plus abondants.

“Nous n’avons vu aucun progrès au Royaume-Uni depuis trois ou quatre ans, a déclaré M. Vahdat. “On espérait qu’avec le Brexit, quelque chose aurait changé, car l’idée était que nous allions avoir plus d’autonomie, mais rien ne s’est produit. Mais rien ne s’est produit.”

Publicité 3

Contenu de l’article

Les commentaires de M. Vahdat seraient faciles à ignorer s’il s’agissait d’un cas isolé. Mais ils font suite à une vague de plaintes émanant de dirigeants de certaines des entreprises les plus connues au monde, concernant le déclin de l’attrait de la sixième économie mondiale en matière d’investissement. Dans l’ensemble, elles brossent le tableau d’un pays à la dérive, à une époque où le programme de subventions vertes de 370 milliards de dollars mis en place aux États-Unis a déclenché une course aux armements économiques.

Le FTSE 100 n’a progressé que de 1,5 % cette année, à la traîne des autres indices américains et européens. Les investisseurs ne semblent pas convaincus que les projets du Premier ministre britannique Rishi Sunak suffiront à relancer la croissance, créant ainsi une opportunité pour le leader du parti travailliste de l’opposition, Keir Starmer, avant les élections prévues l’année prochaine. Son discours aux grandes entreprises comprend une ambition d’emprunter jusqu’à 28 milliards de livres par an pour accélérer la transition verte de la Grande-Bretagne en construisant des parcs éoliens, en isolant les maisons, en fournissant une nouvelle capacité nucléaire et en développant les industries vertes naissantes.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les députés ont informé les PME britanniques confrontées à des difficultés de fonds de roulement.

Contenu de l’article

Annonce 4

Contenu de l’article

Le géant pharmaceutique américain Eli Lilly & Co. a invoqué un “environnement commercial étouffant” qui n’incite pas à l’investissement pour suspendre ses projets d’expansion au Royaume-Uni en mai. Brad Smith, le président de Microsoft Corp. a déclaré que la décision du Royaume-Uni de bloquer son acquisition d’Activision Blizzard Inc. montrait que l’UE était “meilleure pour les affaires”. James Dyson, le fondateur du fabricant éponyme d’aspirateurs et de ventilateurs haut de gamme, favorable au Brexit, a récemment accusé le gouvernement de “négligence scandaleuse” à l’égard du secteur scientifique.

Le producteur de vaccins Covid-19 AstraZeneca Plc et le constructeur automobile Stellantis NV ont reproché aux politiques gouvernementales de les obliger à chercher des sites d’usines à l’étranger. En mars, un coup particulièrement dur a été porté au concepteur de puces Arm Ltd. qui a choisi New York plutôt que Londres pour ce qui sera probablement la plus grande introduction en bourse de l’année. La semaine dernière, un groupe de près de 1 000 entreprises technologiques, dont Alphabet Inc. et Apple Inc., a averti que le Royaume-Uni était à la traîne dans des secteurs tels que l’intelligence artificielle et les semi-conducteurs.

Publicité 5

Contenu de l’article

Les frustrations ne se limitent pas au secteur des hautes technologies.

“Le gouvernement doit montrer qu’il n’est pas à l’écoute d’un seul secteur d’activité”, a déclaré Martha Lane Fox, présidente de la Chambre de commerce britannique et entrepreneuse dans le domaine de la technologie, “mais de l’ensemble du pays, et qu’il répond réellement aux besoins des entreprises dans de nombreux secteurs différents”.

Extraordinairement bureaucratique

Les chefs d’entreprise estiment que le gouvernement n’a pas réussi à définir une stratégie à l’échelle nécessaire pour surmonter la perte d’accès au marché unique européen et contester la course à l’armement économique lancée par la loi sur la réduction de l’inflation aux Etats-Unis l’année dernière. Les plaintes à l’encontre du Royaume-Uni portent essentiellement sur la lourdeur de la charge fiscale, les réglementations obsolètes et le manque de soutien du gouvernement. Selon les dirigeants, le service de santé a besoin d’être sauvé, les réglementations doivent être réduites et mises à jour, et les incitations fiscales doivent être ciblées.

Annonce 6

Contenu de l’article

“Nous sommes un pays extraordinairement bureaucratique”, a déclaré Guy Hands, président de la société de capital-investissement Terra Firma, à Bloomberg TV en mai. “L’UE a été accusée de bureaucratie. En réalité, nous avons quitté l’UE et nous n’avons rien perdu de cette bureaucratie. Au contraire, nous l’avons augmentée”.

Les troubles politiques n’ont rien arrangé. L’inaction et l’incertitude ont marqué la politique depuis que les Britanniques ont voté pour quitter l’UE, alors que cinq premiers ministres ont franchi à vélo la porte noire de Downing Street, dont l’ancien premier ministre Boris Johnson qui, en 2018, a fait la fameuse proclamation “f**k business”.

Les chefs d’entreprise reconnaissent à Sunak le mérite d’avoir rétabli la stabilité et concèdent que, sans accès au marché unique de l’UE, le Royaume-Uni conserve les avantages qui en ont fait la destination préférée des investisseurs en Europe : les meilleures universités et écoles, le droit anglais, la langue anglaise, Londres et une main-d’œuvre flexible. Le pays est peut-être en retard sur la France en ce qui concerne les nouveaux projets, mais il a adopté une stratégie axée sur la valeur plutôt que sur le volume. Sur ce plan, il est loin devant en termes d’emplois créés par projet et d’intensité de la R&D, selon l’enquête d’attractivité d’EY. Malgré le ralentissement économique et l’instabilité politique à Westminster, la Grande-Bretagne a encore obtenu 26 % de tous les projets d’investissement direct étranger dans le secteur des services financiers en Europe en 2022.

Annonce 7

Contenu de l’article

“Il est très facile de voir les domaines qui pourraient être fructueux au Royaume-Uni dans les 10 à 20 prochaines années”, a déclaré Charlie Nunn, directeur général du Lloyds Banking Group, à Bloomberg le 30 mai. “La transition vers une consommation nette zéro, l’énergie, le logement et les infrastructures. Il existe une demande massive d’investissements dans ces domaines, mais nous avons besoin d’un cadre et de politiques solides pour permettre la création d’un marché et le financement de ces projets.

La planification est un problème persistant. Selon l’organisme professionnel RenewableUK, il faut cinq ans pour obtenir l’autorisation de construire un parc éolien, et le réseau électrique n’a peut-être même pas la capacité d’absorber l’énergie. Les réformes visant à accélérer la construction de logements ont été édulcorées l’année dernière, ce qui a aggravé la pénurie de logements que certains estiment à plusieurs millions. Dans le domaine de la santé, l’effondrement de 41 %, entre 2017 et 2021, du nombre d’essais cliniques lancés au Royaume-Uni menace l’innovation dans le secteur des sciences de la vie.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Equinox va gérer un hôtel en Arabie Saoudite, et d'autres nouvelles sur le luxe au Moyen-Orient

Annonce 8

Contenu de l’article

Le contexte réglementaire général n’est pas meilleur. Les chefs d’entreprise affirment que le pendule s’est tellement déplacé vers la protection des consommateurs qu’il étouffe la croissance. Le gouvernement s’est battu avec les régulateurs financiers pour assouplir les règles bancaires afin d’augmenter la prise de risque. Les lobbyistes du secteur technologique avertissent que, si les géants comme Microsoft se verront inévitablement couper les ailes, le blocage des liens entre les acteurs plus petits, comme les sociétés d’investissement technologique Seedrs Ltd et Crowdcube Ltd, ne fera qu’encourager les fondateurs à quitter le Royaume-Uni.

Plus d’informations ici : Le parti travailliste gagne le vote des entreprises

Le budget présenté en mars par le chancelier Jeremy Hunt a de nouveau déçu de nombreux chefs d’entreprise. L’impôt sur les sociétés est passé de 19 % à 25 %, accompagné d’un généreux abattement de 100 % sur trois ans pour les dépenses d’investissement, censé contribuer à combler le fossé avec l’Allemagne et la France en matière d’investissement. Mais l’organisme de prévision du gouvernement lui-même a déclaré que la limitation dans le temps de cette incitation signifiait qu’elle n’aurait aucun effet sur la croissance à long terme.

Publicité 9

Contenu de l’article

“Peu importe qu’il s’agisse d’une stratégie de croissance ou de compétitivité, il doit y avoir un point de vue profond sur la manière dont la Grande-Bretagne va être compétitive”, a déclaré Archie Norman, président du détaillant Marks & Spencer et ancien député conservateur. “Une économie compétitive est une économie où le secteur public et le secteur privé travaillent ensemble sur la réglementation, le commerce, l’investissement dans les compétences, la manière dont le gouvernement soutient les entrepreneurs, la manière dont nous façonnons le système fiscal. Pour l’instant, tout cela est légèrement à la dérive après le Brexit.”

Le manque apparent d’ambition du gouvernement est visible dans sa réponse au plan vert américain, qu’il a d’abord rejeté comme dangereux. “Il s’agit d’un acte sismique de stratégie concurrentielle. Et nous ne pouvons pas dire ‘oh, nous ne faisons pas cela’. On ne peut pas rester à l’écart”, a ajouté M. Norman.

Annonce 10

Contenu de l’article

Les annonces faites cette année, notamment un engagement d’un milliard de livres sterling (1,2 milliard de dollars) pour la recherche sur les semi-conducteurs, une éventuelle garantie de prêt de 500 millions de livres sterling pour le constructeur automobile Jaguar Land Rover en vue de la construction d’une gigantesque usine, ainsi qu’un ensemble de plans de relance de l’énergie verte, ont été éclipsés par les dizaines de milliards de dollars promis par les États-Unis et l’Europe.

Le Royaume-Uni entame également la nouvelle course mondiale avec un handicap. De tous les pays du Groupe des Sept, c’est l’économie britannique qui a été la plus lente à se remettre de Covid et c’est la seule dont la main-d’œuvre est moins nombreuse qu’avant la pandémie. La pression fiscale est la plus forte depuis la Seconde Guerre mondiale, mais les services publics restent désespérément sous-financés, et l’inflation de 8,7 % est l’une des plus élevées du monde développé. Cette inflation persistante signifie que les obligations d’État britanniques sont parmi les moins performantes des principales économies développées cette année. Le rendement des titres à 10 ans a grimpé de plus de 120 points de base depuis son niveau le plus bas en février, pour atteindre plus de 4,20 % la semaine dernière – des niveaux atteints lors de la crise des gilts de l’année dernière.

Annonce 11

Contenu de l’article

“Les États-Unis ont changé les règles d’engagement”, a déclaré Raoul Ruparel, ancien conseiller spécial de l’ex-Premier ministre Theresa May, aujourd’hui directeur du Centre for Growth du Boston Consulting Group. “Nous n’avons pas l’impression d’apporter le type de réponse nécessaire.

Réveillez-vous

La réaction des chefs d’entreprise montre à quel point la réputation du Parti conservateur s’est dégradée. Entre 2010 et 2016, le Royaume-Uni était la capitale incontestée de l’Europe en matière d’IDE, le gouvernement de David Cameron ayant mis en place des permanences téléphoniques au ministère de l’intérieur pour accélérer les demandes de visa, fait sortir la famille royale pour flatter les egos et réduit l’impôt sur les sociétés et l’impôt sur les entrepreneurs.

En France, Macron a pris les leçons à cœur, établissant un régime fiscal généreux pour les travailleurs étrangers talentueux et organisant de somptueux rassemblements pour les patrons au château de Versailles. En 2019, le coût des dommages subis par le Royaume-Uni était évident. Selon l’étude d’EY, la France a dépassé la Grande-Bretagne en termes de nouveaux projets d’IDE pour la première fois en 20 ans. Selon l’OCDE, la part de l’IDE au Royaume-Uni dans le produit intérieur brut a chuté à 0,5 % en 2022, contre 1,3 % en 2015. Il a également diminué en France, passant de 1,9 % en 2015 à 1,5 % en 2022, mais reste élevé.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Disney va perdre son statut fiscal spécial pour s'être opposé au projet de loi sur l'interdiction de dire "gay" en Floride.

Publicité 12

Contenu de l’article

Pour le parti travailliste, qui dispose d’une avance à deux chiffres dans les sondages d’opinion et qui s’est assuré des gains importants aux dépens de Sunak lors des élections locales de mai, les critiques sont un cadeau. Starmer a gagné le soutien des entreprises dans une campagne similaire à l'”offensive cocktail de crevettes” de l’ancien Premier ministre Tony Blair avant sa victoire aux élections de 1997.

“Réveillez-vous”, a lancé Starmer à Sunak le mois dernier à la Chambre des communes, l’accusant de se contenter d’un “déclin géré”. “Nous ne sommes plus dans les années 1980. Une course s’est engagée. Nous devons y participer.

Rachel Reeves, choisie par M. Starmer pour devenir chancelier de l’échiquier si les travaillistes remportent les prochaines élections, a promis une approche plus interventionniste de la part du gouvernement, en ciblant la croissance dans des secteurs clés tels que les sciences de la vie. Elle s’est également engagée à mettre en place une feuille de route pour la fiscalité des entreprises afin de leur donner une vision claire au-delà de la durée de vie d’un seul parlement.

Publicité 13

Contenu de l’article

Pour tenter de contrer ce discours, M. Sunak a accueilli des dizaines de chefs d’entreprise britanniques lors d’un événement organisé en avril, au cours duquel il a arpenté la scène à la manière d’un dirigeant de la Silicon Valley. “Ce gouvernement est ouvertement favorable aux entreprises”, a déclaré le premier ministre, affirmant que le Royaume-Uni était “l’endroit le plus attrayant au monde pour investir”.

Les choses se sont rapidement gâtées. Gerry Murphy, le président de Burberry Group Plc, la plus grande entreprise britannique de mode de luxe, a remis en question la décision “perverse” prise par M. Sunak en tant que chancelier de supprimer l’exemption de TVA pour les touristes, faisant du Royaume-Uni la “destination shopping la moins attrayante d’Europe”.

Ce n’était peut-être pas le début le plus prometteur, mais au moins Sunak essayait-il de rétablir les relations. Howard Davies, président de NatWest, a exprimé une certaine sympathie pour Sunak et Hunt. “Leur héritage était très peu attrayant”, a-t-il déclaré. Même Murphy, de Burberry, a déclaré que le gouvernement actuel était “manifestement plus favorable aux entreprises que certains gouvernements précédents”.

Publicité 14

Contenu de l’article

Sunak se fait également le champion du numérique, des sciences de la vie et des industries vertes pour créer “les Silicon Valleys du 21ème siècle”, mais il n’a engagé que très peu d’argent. Il espère libérer des capitaux privés pour les investissements de croissance grâce à une série de réformes des retraites, mais Richard Buxton, gestionnaire de fonds chevronné chez Jupiter Asset Management, craint que le gouvernement n’ait pas le courage de procéder aux changements législatifs nécessaires.

Vahdat, l’entrepreneur en logiciels de santé, affirme que sous les gouvernements britanniques précédents, il était en contact régulier avec des fonctionnaires et des ministres, et qu’il a même été invité à participer à une délégation commerciale en Chine en 2018. Aujourd’hui, dit-il, chaque fois qu’il s’adresse à des contacts au sein du gouvernement et d’autres départements, il a l’impression qu’ils sont trop occupés pour traiter ses demandes et ses suggestions.

“La France a été très, très persuasive avec les avantages fiscaux, en essayant vraiment d’ouvrir des portes et des opportunités. Il en va de même aux États-Unis”, a-t-il déclaré. “Au Royaume-Uni, personne ne propose quoi que ce soit. Au contraire, ils enlèvent des choses.

-Avec l’aide d’Andrew Atkinson, Stephanie Davidson et Simon Kennedy.

Contenu de l’article

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de faire en sorte que vos commentaires soient pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par courriel : vous recevrez désormais un courriel si vous recevez une réponse à votre commentaire, si une mise à jour est apportée à un fil de discussion que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos lignes directrices pour la communauté pour plus d’informations et pour savoir comment régler vos paramètres de messagerie.

Participez à la conversation

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles