La CBI enquête sur les irrégularités présumées dans la cession de Hindustan Zinc, le gouvernement le dit à la Cour suprême.

0
0
CBI

Le gouvernement a informé vendredi la Cour suprême qu’il a enregistré une affaire pour enquêter sur d’éventuelles irrégularités et sous-évaluations dans le désinvestissement de Hindustan Zinc en 2002, lorsque le gouvernement NDA dirigé par Atal Bihari Vajpayee a cédé sa participation majoritaire de 26% dans la société.

Le Solicitor General Tushar Mehta, qui représentait le gouvernement, a déclaré à un banc dirigé par le juge DY Chandrachud que le CBI avait enregistré le FIR comme l’avait ordonné la Cour suprême en novembre de l’année dernière. Il a également déclaré qu’un rapport sur l’état d’avancement de l’enquête sera déposé dans un mois. La Cour suprême a renvoyé l’affaire pour une nouvelle audience en juillet.

Le 18 novembre, la Cour suprême avait autorisé le Centre à désinvestir sa participation résiduelle de 29,5% dans HZL sur le marché libre, HZL ayant cessé d’être une entreprise publique depuis la vente de sa participation majoritaire en 2002.

Cependant, elle s’est opposée à la clôture de l’enquête préliminaire (PE) par le CBI dans le désinvestissement de HZL entre 1997 et 2003 et a ordonné l’enregistrement d’une affaire régulière par le CBI et une enquête complète sur la décision du gouvernement NDA en 2002 de désinvestir sa participation majoritaire dans HZL.

Le ministère des finances avait demandé le rappel/modification des directives de la Cour suprême au motif que des informations erronées s’étaient glissées dans le dossier, le CBI ayant soumis des informations incomplètes qui étaient contraires au dossier et la Cour suprême ayant obtenu satisfaction sur la base des seules notes du dossier.

Cependant, le juge Chandrachud, tout en rejetant la demande du gouvernement, a dit au Solicitor General que son jugement de novembre était basé principalement sur les soumissions du CBI et non sur les allégations des pétitionnaires (la National Confederation of Officer’s Association). Et le CBI avait soumis l’ensemble des dossiers avec des notes et pas seulement des affidavits, avait dit le juge, tout en permettant au gouvernement de retirer sa demande de rappel et en l’autorisant à poursuivre le recours juridique, y compris le dépôt d’une pétition de révision.

Le gouvernement avait prévu, au cours de l’exercice 2014, de lever au moins 15 000 milliards de roupies grâce à la participation résiduelle qu’il détenait dans HZL et Balco. Vedanta Ltd (anciennement Sesa Sterlite) avait acquis la majorité des parts des deux sociétés sous le précédent régime NDA en 2003. Alors que le cabinet de l’Union avait approuvé la vente de la participation dans Hindustan Zinc en 2014, le syndicat des employés s’est adressé à la Cour suprême en alléguant que Sterlite avait acquis une participation majoritaire dans l’unité publique de production à un prix sous-évalué, ce qui a entraîné des pertes estimées à plusieurs centaines de crores pour le Trésor public.

Retour à l’accueil Worldnet