Xénophobie en Afrique du Sud : comment les membres de la famille ont influencé les Nigérians à fuir ou à rester

0
1
Xenophobia in SA: how family members influenced Nigerians to flee or stay

Début septembre 2019, attaques xénophobes ont connu une escalade dramatique dans deux grandes villes sud-africaines, Johannesburg et Pretoria, ainsi que les régions avoisinantes.

Des entreprises appartenant à des immigrants africains ont été pillées, brûlées et détruites. Des personnes ont été agressées. Entre janvier et septembre 2019, l’Afrique du Sud a enregistré 68 attaques et 18 personnes sont mortes. Plus de 147 magasins ont été pillés. Les immigrants en Afrique du Sud sont généralement originaires de pays comme le Zimbabwe, le Nigeria, l’Angola, la Somalie et la République démocratique du Congo.

Pendant les attaques de 2019, les Nigérians – en particulier ceux qui avaient des membres de leur famille en Afrique du Sud – ont fait pression sur le gouvernement pour qu’il évacue les migrants nigérians.

Dans un étude J’ai entrepris d’établir dans quelle mesure ces proches ont contribué à la décision des migrants nigérians de rentrer chez eux. Et ce que ces stratégies de retour ont révélé sur l’importance des familles dans les décisions de migration.

L’étude

Mon étude a consisté en des entretiens en ligne avec des immigrants nigérians en Afrique du Sud qui sont restés sur place, ainsi qu’avec six personnes basées au Nigeria et ayant des membres de leur famille transnationale en Afrique du Sud.

Cette étude a été complétée par l’analyse d’entretiens secondaires avec des rapatriés menés par trois reporters du journal nigérian “The South Africa”. Vanguard, Punch, La Tribune du Nigéria et la Nation journaux. Les interviews ont été réalisées à l’aéroport international Murtala Muhammed, alors que les personnes rentraient chez elles à bord des avions fournis par l’État.

Les données obtenues à partir de ces sources sont limitées par le manque de contact direct avec les rapatriés. En outre, la taille de l’échantillon était trop petite pour permettre des généralisations.

Néanmoins, mon étude a pu donner un aperçu du rôle complexe que jouent les familles dans ces décisions de retour. Les résultats confirment le rôle central de la famille dans les décisions prises par les migrants, qu’ils choisissent de rester en Afrique du Sud ou de rentrer chez eux.

Ceux qui sont rentrés

Les migrants qui ont accepté l’offre d’aide du gouvernement nigérian pour rentrer chez eux se répartissent en trois catégories.

La première était les personnes qui avaient subi des pertes directes dans leurs entreprises et leurs moyens de subsistance. Deuxièmement, il y avait ceux qui craignaient de devenir des victimes. Troisièmement, ceux qui étaient bloqués en Afrique du Sud avant même la violence xénophobe.

Les stratégies de retour ont montré comment la famille jouait un rôle central dans la décision de savoir “qui”, “comment” et “quand” rentrer.

Dans certains cas, les familles nigérianes affectées en Afrique du Sud ont décidé de réduire la victimisation potentielle en envoyant leurs enfants dans leurs familles au Nigeria tandis que le père et la mère restaient en Afrique du Sud. Une femme de 12 ans, rapatriée de l’État d’Ogun, l’a exprimé comme suit :

La crise en ville et la discrimination dans mon école sont devenues insupportables. Mes parents ont donc décidé que ma sœur et moi devions revenir à la maison pour continuer nos études. Nous vivons à Johannesburg avec nos parents. Les gens meurent et leurs magasins sont brûlés. Nos parents sont toujours en Afrique du Sud. Ils vont bientôt nous rejoindre.

Chinasa, une Nigériane de 33 ans, vivait à Pretoria et est rentrée avec son enfant mais son mari est resté en Afrique du Sud temporairement. Elle a déclaré :

Je suis revenue avec mon enfant. Mon mari nous rejoindra plus tard. Je remercie Dieu d’être chez moi maintenant ; au moins, c’est mon pays. Je suis prête à relever les défis ici. Je sais que ce n’est pas facile de revenir chez soi sans rien, mais ma vie passe avant tout.

Ceux qui sont restés

Mais certaines familles ont empêché le retour de leurs membres. Dans certains cas, il s’agissait de maris refusant de donner à leur femme l’autorisation de fuir l’Afrique du Sud. Ou bien ils refusaient de donner la permission aux enfants de rentrer. Une personne interrogée a expliqué :

On a demandé à certaines femmes qui souhaitaient partir (retourner au Nigeria) avec leurs enfants de présenter des lettres de consentement de leurs maris. Beaucoup d’entre elles qui n’ont pas pu fournir ces lettres seraient également rentrées chez elles après avoir passé plusieurs heures à l’aéroport.

De nombreux Nigérians ont décidé de rester en Afrique du Sud. Cette décision a été influencée par une myriade de facteurs, dont les investissements dans le pays et le mariage. Comme l’a déclaré un migrant :

Ce n’est pas comme si je ne voulais pas rentrer chez moi. Mais j’ai déjà établi une entreprise ici. Je suis ici depuis 20 ans et j’ai sept succursales dans sept provinces. J’ai quatre enfants, tous diplômés. Deux d’entre eux sont mariés à des Sud-Africains. Je rentre chez moi chaque année en décembre pour passer Noël avec mes parents et ma famille. Dites-moi, si je pars d’ici, d’où est-ce que je repartirai ?

Au-delà de ces deux facteurs, les responsabilités familiales – la nécessité de gagner de l’argent en Afrique du Sud pour soutenir la famille – ont empêché beaucoup de personnes de décider de rentrer, même si elles le souhaitaient.

Ce que cela signifie

Les résultats soulignent l’importance de la famille dans les décisions que prennent les migrants. Dans certains cas, les familles ont facilité la décision de rentrer. Dans d’autres, elles ont contrarié les personnes qui souhaitaient rentrer chez elles.

L’étude montre le rôle important que joue la famille en influençant à la fois les intentions de migration et les pratiques réelles. Elle explique également comment les aspirations prédéterminées des migrants et de leur famille contribuent à leur compréhension des réalités sociales, voire de la violence xénophobe.

Oludayo Tade, chercheur, consultant en communication, évaluateur d’impact, spécialiste de la sauvegarde, Université d’Ibadan.

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire le article original.

Retour à l’accueil Worldnet