Wilko s’excuse d’avoir dit que les employés pouvaient venir travailler s’ils avaient un Covid.

0
0
Wilko s'excuse d'avoir dit que les employés pouvaient venir travailler s'ils avaient un Covid.

Wilko a admis s’être ” trompé ” en disant à ses employés qu’ils pouvaient venir travailler s’ils étaient testés positifs au Covid-19, et s’est excusé après avoir été critiqué pour avoir émis des directives ” imprudentes ” dans le cadre d’une nouvelle vague d’infections et d’hospitalisations dues au coronavirus.

La chaîne de magasins d’articles pour la maison, qui compte 414 magasins et 16 000 employés au Royaume-Uni, a envoyé un mémo au personnel pour l’informer de sa politique sur le lieu de travail après l’assouplissement des règles par le gouvernement dans le cadre de son plan “Vivre avec Covid” publié le mois dernier.

“Si votre test de dépistage du Covid-19 est positif et que vous vous sentez bien, vous pouvez continuer à venir travailler”, indique le mémo au personnel, qui s’applique depuis le 1er mars. Elle ajoutait : “Si vous vous sentez trop mal, vous pouvez suivre la politique d’absence.”

Le gouvernement a levé l’obligation légale de s’auto-isoler après un test positif en Angleterre, où se trouvent la plupart des magasins et du personnel de Wilko, à partir du 24 février. Depuis ce changement de règle, le nombre de cas et d’hospitalisations a bondi.

Les conseils de Wilko ont suscité des critiques de la part du GMB, le syndicat représentant les employés de la chaîne, qui a déclaré qu’il s’agissait de conseils imprudents qui pourraient créer un précédent que d’autres entreprises pourraient suivre.

Mardi, le directeur général de Wilko, Jérôme Saint-Marc, a présenté ses excuses sur Twitter et a précisé que la position de l’entreprise était que les personnes testées positives devaient “rester chez elles et éviter tout contact avec les autres”.

“Lorsque nous faisons une erreur, nous levons les mains, nous l’admettons et nous nous efforçons de corriger la situation”, a-t-il déclaré. “Les nouvelles d’aujourd’hui ont mis en évidence un certain manque de communication au sein de nos politiques Covid-19, et je voulais rassurer tous nos clients et les membres de notre équipe. La sécurité et le bien-être de nos clients et de nos équipes sont au cœur de notre activité et nous sommes vraiment désolés pour les inquiétudes compréhensibles que nos communications ont pu susciter.”

La politique du gouvernement diffère au Pays de Galles, en Écosse et en Irlande du Nord, où les règles d’auto-isolement restent en place et où les employés doivent rester en quarantaine pendant au moins cinq jours s’ils développent des symptômes de Covid-19, et rester en arrêt de travail jusqu’à ce qu’ils aient deux tests de flux latéral négatifs.

Lundi, Frances O’Grady, la secrétaire générale du syndicat TUC, a écrit au secrétaire d’Etat aux affaires, Kwasi Kwarteng, en disant : “Les ministres sèment une confusion dangereuse sur la sécurité des Covid au travail”.

Le TUC a déclaré que les gens ne devraient pas être contraints de faire un “choix terrible” entre aller au travail avec un coronavirus ou risquer de perdre des revenus en s’auto-isolant à la maison.

A partir du 1er avril, les employeurs ne seront plus tenus de prendre explicitement en compte le Covid-19 dans l’évaluation des risques sur le lieu de travail.

“Nous appliquons une politique d’entreprise améliorée en matière de congés maladie et soutenons les membres de l’équipe qui en ont le plus besoin, y compris ceux qui sont atteints de Covid-19”, a déclaré Saint-Marc. “Nous continuerons à nous occuper des membres de notre équipe au mieux de nos capacités”.



Retour à l’accueil Worldnet