PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentVille et État en désaccord sur les sans-abri vivant au Château de...

Ville et État en désaccord sur les sans-abri vivant au Château de la Bonne Espérance

Depuis les confinements liés au Covid-19, des personnes sans-abri vivent à l’extérieur du Château de la Bonne Espérance, le plus ancien bâtiment du Cap, une destination touristique populaire et un site emblématique de la ville.

Leur avenir est incertain en raison des tensions entre la ville et le gouvernement national, propriétaire du terrain.

L’année dernière, la ville du Cap a réalisé une « opération de nettoyage » sur le site. À l’époque, les personnes qui y vivaient ont accusé les responsables municipaux de confisquer des objets tels que des matériaux d’abri et des documents importants.

Cela a conduit le groupe de défense du logement Ndifuna Ukwazi à obtenir une ordonnance du tribunal en juin 2022, demandant à la ville de restituer les objets confisqués.

Occupation illégale

Le 5 juin, le maire Geordin Hill-Lewis a déclaré que la ville apportait son soutien total au ministère national des Travaux publics pour résoudre « l’occupation illégale de terrains appartenant à l’État autour du Château ».

Il a déclaré que sans intervention, le statut du Château en tant qu’attraction touristique majeure serait affecté.

Hill-Lewis a déclaré que la ville était prête à engager une procédure d’expulsion au nom des Travaux publics « afin de garantir le relogement des occupants et la restauration de l’accès public au site ».

« Si aucune réponse n’est reçue d’ici le 16 juin, la ville devra considérer que le gouvernement national ne dispose ni de la capacité ni de la volonté d’agir dans l’intérêt public de manière urgente et en temps voulu », a déclaré Hill-Lewis, ajoutant que si les Travaux publics ne respectaient pas le délai, la ville n’aurait « d’autre choix » que de saisir la justice.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Opendoor subit de lourdes pertes après avoir perdu de l'argent sur les ventes de maisons

Effet de manche

Le ministre des Travaux publics, Sihle Zikalala, a répondu en accusant Hill-Lewis de faire de l’effet de manche.

Le porte-parole des Travaux publics, Lennox Mabaso, a déclaré à GroundUp qu’il était regrettable que la lettre de Hill-Lewis se soit retrouvée dans les médias.

« Cela porte atteinte à l’esprit de gouvernance coopérative », a-t-il déclaré.

Mabaso a déclaré que Zikalala serait disposé à rencontrer le maire « si une demande était formulée ».

Il a déclaré que le ministère avait mis en œuvre l' »opération Bring Back » qui consiste à « identifier les propriétés volées ou détournées » appartenant aux gouvernements provinciaux ou national.

Consultations approfondies

Mais le porte-parole de la ville du Cap, Luthando Tyhalibongo, a déclaré à GroundUp que des consultations approfondies sur les personnes sans-abri vivant à l’extérieur du Château avaient eu lieu avant la lettre publique de Hill-Lewis à Zikalala.

Il a déclaré que la ville recevait quotidiennement des « questions et des plaintes » concernant le Château et qu’elle avait « toujours été transparente sur les efforts déployés pour résoudre le problème ». Malgré l’absence de réponse officielle d’ici la date limite du 16 juin, la ville se dit optimiste quant à une réunion pour résoudre la situation.

La ville affirme avoir envoyé il y a près de six mois des courriers à l’ancienne ministre des Travaux publics, Patricia De Lille, ainsi qu’au président Cyril Ramaphosa avant le discours de l’État de la Nation. La ville affirme également avoir consulté le conseil d’administration du Château.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le rand s'effondre, les rendements atteignent des sommets, alors que SA Inc est en perte de vitesse

Tyhalibongo a déclaré que la ville essaierait d’engager le dialogue avec le ministre.

« En l’absence de réponse et de mesures prises pour résoudre la situation, la ville sera contrainte de demander une action en justice conformément à la loi sur la prévention de l’expulsion illégale et de l’occupation illégale des terres, afin de garantir l’obtention d’une réparation juste et équitable. »

Tyhalibongo a indiqué que la ville s’engageait à collaborer avec le gouvernement national et « nous ferons un suivi auprès des Travaux publics cette semaine ».

Méfiance

Lors de la visite du site ce mois-ci, bon nombre des personnes présentes l’année dernière semblaient avoir déménagé, remplacées par de nouvelles personnes.

Nous avons constaté que de nombreuses personnes faisaient cuire leur petit-déjeuner sur de petits feux ouverts. La plupart étaient réticentes à s’exprimer devant les journalistes concernant une éventuelle ordonnance d’expulsion.

Shermonay Velix a déclaré qu’elle vivait dans la rue depuis quatre ans.

« Je n’avais pas de travail et ma mère est décédée. J’avais un petit ami ici, donc j’ai commencé à rester ici », nous a-t-elle dit.

Elle est disposée à être relogée dans un abri, a-t-elle dit, mais il existe une méfiance entre les personnes qui y vivent et les responsables municipaux.

Calvyn Gilfellan, directeur général du Château, a déclaré à GroundUp qu’il n’était pas opposé à ce que les personnes qui y vivent soient relogées, mais a insisté sur le fait que cela devait être fait correctement.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Jusqu'à quel niveau les taux d'intérêt des CD atteindront-ils cette année ?

« Il faut apporter un soutien aux personnes vivant dans des conditions inhumaines. Cette idée d’expulsions est choquante. »

Afflux de touristes

Il a déclaré que le nombre de touristes visitant le Château au cours de l’année écoulée avait en fait augmenté, passant de 33 000 à 67 000 personnes.

« Nous devons respecter les droits des pauvres et des marginalisés car ils ne connaissent pas la loi », a déclaré Gilfellan.

« Ils n’ont pas de réseau de soutien et de ressources pour faire face à la situation. Les trois sphères du gouvernement devraient travailler ensemble et résoudre ce problème. »

Stephen Underwood, porte-parole du Centre de services aux sans-abri U-Turn, a déclaré que la situation au Château mettait en évidence la complexité de la résolution du problème des sans-abri.

« Les ordonnances d’expulsion, les amendes et la prison ne contribuent pas à une solution à long terme du problème des sans-abri. Au contraire, ils peuvent aggraver le problème et coûter cher au contribuable. »

Il est probable que la ville propose le Safe Space de Culemborg, un abri, aux occupants.

Jonty Cogger, avocat chez Ndifuna Ukwazi, a déclaré que la ville devait penser différemment aux mesures de logement.

« Ce que nous craignons vraiment, c’est que les abris pour les sans-abri, en l’absence d’alternatives viables de logements abordables à long terme, ne contribuent à un cycle vicieux de l’itinérance », a déclaré Cogger.

© 2023 GroundUp. Cet article a été publié pour la première fois ici.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles