PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentUne travailleuse sur cinq suivant un traitement de fertilité a quitté son...

Une travailleuse sur cinq suivant un traitement de fertilité a quitté son emploi en raison de la façon dont elle a été traitée

Une travailleuse sur cinq ayant subi un traitement de fertilité a quitté son emploi en raison de la manière dont elle a été traitée pendant le processus, selon une nouvelle étude.

Avec 3,5 millions de personnes au Royaume-Uni touchées par l’infertilité, Totaljobsen partenariat avec le Société Fawcetta mené une nouvelle étude sur la manière dont les employeurs peuvent mieux soutenir les carrières des femmes et créer un lieu de travail favorable à la fertilité.

L’étude, qui a porté sur 2 000 personnes au Royaume-Uni ayant subi un traitement de fertilité au cours des cinq dernières années, a révélé qu’un tiers d’entre elles avaient envisagé de quitter leur lieu de travail en raison de la manière dont elles avaient été traitées par leur employeur pendant cette période.

Les défis du traitement de la fertilité

L’étude a mis en lumière les nombreux défis auxquels sont confrontées les personnes confrontées à des problèmes de fertilité au travail. Une personne sur six a déclaré que sa santé mentale avait été affectée pendant cette période. L’étude a également révélé que les femmes étaient plus susceptibles d’être touchées que les hommes, 15% d’entre elles faisant état d’un impact négatif sur leur bien-être émotionnel, contre 12% des hommes. Ces chiffres atteignent 24 % chez les femmes à faibles revenus et les femmes célibataires.

Plus de deux cinquièmes des travailleurs ayant suivi un traitement de fertilité au cours des cinq dernières années ont trouvé difficile de jongler entre le traitement et les engagements professionnels. Par ailleurs, 42 % ont déclaré que le traitement de la stérilité avait temporairement ralenti leur développement professionnel.

Ces difficultés sont également aggravées par le manque de soutien au travail, 43 % d’entre elles déclarant avoir été confrontées à des commentaires et attitudes négatifs de la part de leurs collègues. 11 % sont allés jusqu’à dire que leur traitement contre la stérilité avait eu un impact négatif sur leurs relations avec leurs collègues.

La stigmatisation et le manque de sensibilisation restent élevés

L’étude révèle un niveau élevé de stigmatisation lorsqu’il s’agit de questions de fertilité. 59 % des personnes interrogées n’ont pas parlé de leur traitement à leur supérieur et plus des deux tiers n’en ont pas parlé aux ressources humaines. Et ce, en dépit du fait qu’une écrasante majorité (92 %) a dû s’absenter du travail en raison du traitement – dont 39 % ont été enregistrés comme des congés de maladie et 23 % comme des congés non rémunérés.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les centrales électriques ne peuvent pas suivre le rythme ? Pas à Lethabo.

Avantages de la création d’un lieu de travail intégrant la fertilité

Des recherches menées auprès de l’ensemble de la main-d’œuvre britannique ont montré que la création d’une culture plus favorable à l’intégration de la fécondité présente des avantages significatifs pour une organisation.

60 % des adultes britanniques déclarent que les avantages liés à la fécondité rendent un employeur plus attrayant. Ce chiffre atteint 66 % des femmes et 70 % des personnes âgées de 18 à 34 ans. En soulignant leur soutien dans ce domaine, les employeurs peuvent envoyer les bons signaux aux candidats qui recherchent des lieux de travail dotés des bonnes valeurs et de la bonne culture.

Les employeurs agissent, mais se heurtent encore à des obstacles

Les avantages de l’inclusion de la fertilité sont évidents, et d’ailleurs reconnus par les responsables des ressources humaines. Un quart d’entre eux ont déclaré que l’affichage d’avantages liés à la fertilité, tels que le travail flexible, dans les offres d’emploi permet d’atteindre un plus grand nombre de talents et de bénéficier d’un avantage concurrentiel.

Cependant, si 4 entreprises sur 5 déclarent offrir une forme ou une autre de soutien en matière de fertilité, seules 40 % d’entre elles ont mis en place des politiques spécifiques à cet effet.

Plus des trois quarts des entreprises disent avoir rencontré des difficultés pour mettre en place un soutien à la fertilité sur le lieu de travail, notamment une sensibilisation insuffisante au sein de l’entreprise, des ressources limitées ou un manque d’engagement de la part de la direction.

Les employés demandent plus de soutien et la fin de la stigmatisation

Le manque de sensibilisation est la principale cause de l’absence de progrès des entreprises dans ce domaine, ce qui a des répercussions sur les personnes qui suivent un traitement contre la stérilité.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le chef de la technologie de Spar perd son poste après une erreur avec SAP

L’étude a révélé que les trois principales raisons pour lesquelles les personnes gardent le secret sur leur traitement de fertilité sont les suivantes : le traitement leur semble trop personnel, elles craignent qu’il ne fonctionne pas et elles ont peur d’être jugées ou mal comprises par leurs collègues et leurs supérieurs.

C’est pourquoi près d’un tiers des personnes interrogées demandent des conversations ouvertes sur les traitements de fertilité et des réseaux de soutien par les pairs dirigés par les employés, afin d’éliminer la stigmatisation et le secret qui entourent les parcours de fertilité. Quatre-vingt-trois pour cent des répondants sont allés jusqu’à dire qu’il est important que les lieux de travail apportent le même soutien à ceux qui essaient d’avoir un bébé qu’à ceux qui attendent un enfant ou qui en ont déjà un.

L’étude montre que les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’affirmer qu’il est important que les lieux de travail facilitent des conversations ouvertes et sûres sur la fertilité. À l’heure actuelle, l’étude révèle que les hommes ont plus facilement accès à des documents sur l’aide à la fertilité disponible sur leur lieu de travail que leurs collègues féminines.

Jemima Olchawski, directrice générale de la Fawcett Society, commente les résultats : À la Fawcett Society, nous croyons en des lieux de travail qui conviennent à toutes les femmes, à chaque étape de leur carrière et de leur vie. Ce rapport montre sans équivoque que les femmes, et en particulier les femmes issues de minorités, ressentent l’impact des traitements de fertilité sur leur capacité à progresser au travail, mais que les lieux de travail qui les soutiennent peuvent faire une énorme différence en veillant à ce que les femmes n’aient pas à choisir entre leur travail et leur désir d’enfant. La création d’un environnement qui soutient les travailleuses qui suivent un traitement de fertilité se traduira par un personnel plus heureux, une meilleure rétention et une meilleure progression des femmes talentueuses, ce qui, en fin de compte, se traduira par une réduction de l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes et par un personnel plus épanoui.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les données sur l'inflation aux États-Unis pourraient apporter un certain réconfort à la Fed.

« Lorsque la moitié des femmes choisissent de ne dire à personne au travail qu’elles suivent un traitement de fertilité, contre seulement 8 % des hommes, comme le montre ce rapport, il est clair qu’il existe un écart important dans la façon dont les hommes et les femmes sont perçus sur le chemin de la parentalité. Nous demandons aux entreprises et aux gouvernements de veiller à ce que les femmes ne soient pas laissées pour compte au travail en raison d’un traitement de la stérilité, en adoptant des politiques qui privilégient la flexibilité et la compassion.

Jane Lorigan, directrice générale du groupe Totaljobs, a ajouté : « Se faire traiter pour des problèmes de fertilité a un impact sur tous les aspects de la vie d’une personne. Il peut être délicat d’aborder le sujet au travail, mais les employeurs qui offrent un soutien complet et compatissant peuvent non seulement rendre le processus plus facile à gérer, mais aussi favoriser un meilleur lieu de travail pour tout le monde.

« Le sujet de l’infertilité reste sensible et la recherche nous montre que le manque de sensibilisation est l’une des causes profondes du fait que les employeurs ne prennent pas de mesures ou n’offrent pas plus de soutien. Grâce à notre collaboration avec la Fawcett Society, nous voulons donner aux employeurs les moyens de fournir une assistance optimale à leur personnel, en les aidant à créer un environnement favorable à la fertilité qui non seulement attire les meilleurs talents, mais favorise également leur réussite. »

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles