PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuUn nouveau conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan : le Premier ministre arménien...

Un nouveau conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan : le Premier ministre arménien considère cette possibilité comme «très probable»

——————————Article Journaliste—————————————————-

**Une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ? Le Premier ministre arménien juge ce scénario « très probable »**

*Une tension grandissante dans le Caucase du Sud*

Dans une région déjà marquée par des conflits territoriaux, une nouvelle crise semble se profiler entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a récemment déclaré que la possibilité d’une guerre entre les deux pays était « très probable ».

**Des années de rivalité et de revendications territoriales**

Depuis des décennies, l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont engagés dans un différend territorial portant sur la région du Haut-Karabakh. Le Haut-Karabakh, majoritairement peuplé d’Arméniens, est géographiquement situé en Azerbaïdjan, et la question de son appartenance a été source de tensions et de violences par le passé.

**La situation se dégrade**

Ces derniers mois, la situation dans la région s’est rapidement dégradée. Des affrontements sporadiques ont éclaté entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises, faisant craindre une reprise des hostilités à grande échelle. Les civils sont pris entre deux feux, avec des pertes humaines et des déplacements forcés qui surviennent des deux côtés de la frontière.

**L’appel à la diplomatie et à la médiation internationale**

Le Premier ministre arménien, conscients des enjeux et des conséquences d’une escalade des confrontations, a appelé à la diplomatie et à une intervention internationale pour résoudre pacifiquement le différend. Nikol Pachinian a souligné la nécessité d’une médiation pour trouver une solution politique et durable à ce conflit.

**L’inquiétude de la communauté internationale**

La communauté internationale suit attentivement l’évolution de la situation dans le Caucase du Sud. Les Nations Unies et l’Union européenne ont exprimé leur préoccupation face à l’escalade des tensions, appelant les deux parties à faire preuve de retenue et à rechercher une solution pacifique.

**Les conséquences régionales et internationales**

Une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan aurait des conséquences régionales et internationales désastreuses. Outre les pertes humaines et les déplacements forcés, un tel conflit aurait un impact économique significatif sur la région et pourrait entraîner des répercussions politiques et sécuritaires à l’échelle mondiale.

**L’urgence d’une résolution pacifique**

Il est crucial que les dirigeants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan trouvent rapidement un terrain d’entente et parviennent à une résolution pacifique de leurs différends. La diplomatie et la médiation internationale joueront un rôle crucial dans la recherche d’une solution durable, évitant ainsi une nouvelle guerre dévastatrice et une détérioration des relations entre les deux pays.

*Suivez de près l’évolution de cette situation préoccupante, qui risque de mettre à mal la stabilité déjà fragile de la région du Caucase du Sud.*

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a déclaré que la possibilité d’une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan était très probable. Il accuse Bakou de mener un génocide des Arméniens dans l’enclave du Nagorny Karabakh. Les deux pays ont déjà connu deux guerres pour le contrôle de ce territoire montagneux et les tentatives de normalisation des relations menées par l’Union européenne, les États-Unis et la Russie n’ont pas abouti.

Le Premier ministre affirme que le génocide est en cours et décrit la situation humanitaire dans l’enclave avec des pénuries de nourriture, de médicaments et des coupures de courant fréquentes.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Suivez avec nous la fin du 3ème tour alors que Ruud se rétablit et que Elena Rybakina déclare forfait.

La dernière guerre en 2020 s’est soldée par une défaite de l’Arménie, qui a dû céder des territoires à l’Azerbaïdjan, et le processus de paix est au point mort. Nikol Pachinian met en garde contre une nouvelle guerre tant qu’un traité de paix n’aura pas été signé et ratifié par les parlements des deux pays.

La Russie, qui déploie des soldats de la paix sur place, a du mal à contenir la crise et est accusée d’inaction par l’Arménie et de manquement à ses obligations par l’Azerbaïdjan. Les négociations sont entravées par la rhétorique agressive et le discours de haine de l’Azerbaïdjan envers les Arméniens, accusé de mener une politique de nettoyage ethnique.

Malgré un cessez-le-feu en 2020, les échauffourées armées meurtrières restent régulières tant au Nagorny-Karabakh qu’à la frontière entre les deux pays. L’Arménie accuse même l’Azerbaïdjan de grignoter progressivement du territoire arménien.

L’enclave a été le théâtre d’une guerre meurtrière dans les années 1990, coûtant la vie à 30 000 personnes. Le conflit plus récent, en 2020, a fait 6 500 morts. Le Nagorny-Karabakh est considéré par la communauté internationale comme faisant partie de l’Azerbaïdjan, mais Erevan accepte de le reconnaître comme tel à condition de garanties internationales pour protéger les droits et la sécurité de la population arménienne. Bakou rejette tout format international et insiste sur des garanties nationales.

Nikol Pachinian appelle à la pression de l’Occident et de la Russie sur Bakou pour lever le blocus. Il souligne également la nécessité d’un dialogue entre l’Azerbaïdjan et les autorités du Karabakh, avec la communauté internationale comme témoin.

—————————–Article Complet————————————————

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a déclaré dans une interview accordée à l’AFP que la probabilité d’une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est élevée. Il accuse également Bakou de commettre un « génocide » des Arméniens dans le Nagorny-Karabakh. Les tentatives de normalisation des relations menées par l’Union européenne, les États-Unis et la Russie n’ont pas réussi à résoudre la crise. Le blocus azerbaïdjanais a créé une grave crise humanitaire dans l’enclave, avec des pénuries de nourriture et de médicaments. Nikol Pachinian affirme que le génocide est en cours et que la guerre est probable tant qu’un traité de paix n’a pas été signé et ratifié. Les négociations de paix sont entravées par la rhétorique agressive de l’Azerbaïdjan envers les Arméniens. Les violences armées sont régulières et Erevan accuse Bakou de grignoter progressivement le territoire arménien. Le Nagorny-Karabakh a déjà été le théâtre d’une guerre dans les années 1990 qui a coûté la vie à 30 000 personnes. Le conflit en 2020 a fait 6 500 morts. Le Nagorny-Karabakh est reconnu comme faisant partie de l’Azerbaïdjan, mais Erevan demande des mécanismes internationaux pour protéger les droits de la population arménienne de la région. Bakou insiste sur le fait que ces garanties doivent être fournies au niveau national.

——————————Article à Propos—————————————————-

Une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ? Le Premier ministre arménien juge ce scénario « très probable »

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Occupation des locaux administratifs de Pau : Les éleveurs protestent contre la gestion de l'état.

Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, a récemment déclaré que la possibilité d’une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan était « très probable ». Cette déclaration inquiétante ravive les tensions dans la région, ravivées par les récentes provocations des deux parties.

La région du Haut-Karabakh est au cœur de ce conflit qui dure depuis des décennies. Cette enclave montagneuse, majoritairement peuplée d’Arméniens, a déclaré son indépendance de l’Azerbaïdjan en 1991, ce qui a conduit à une guerre sanglante entre les deux pays. Le cessez-le-feu de 1994 a freiné les combats, mais n’a jamais résolu le conflit de manière définitive.

Depuis lors, les affrontements sporadiques et les négociations infructueuses se sont succédé. Les deux parties ont régulièrement accusé l’autre de provocations et de violations du cessez-le-feu, ce qui a maintenu une atmosphère de tension constante.

Cependant, ces derniers mois, les affrontements dans la région se sont intensifiés. En juillet 2020, des combats ont éclaté à la frontière entre les deux pays, faisant des dizaines de morts. Cette escalade inquiétante a été suivie par des attaques continues sur le Haut-Karabakh, mettant en péril des milliers de civils.

Le Premier ministre arménien estime que les provocations azerbaïdjanaises ne laissent guère de doutes quant à la possibilité d’une nouvelle guerre. Le soutien sans faille de la Turquie à l’Azerbaïdjan et ses récentes déclarations belliqueuses ne font qu’aggraver les craintes d’une escalade militaire.

Il est essentiel que la communauté internationale intervienne rapidement et fermement pour empêcher une nouvelle guerre dans la région. Une médiation diplomatique est nécessaire pour rétablir la confiance entre les parties et éviter un conflit armé à grande échelle.

Cependant, il n’y a pas de solution facile à ce conflit complexe. Les revendications territoriales, les différends historiques et les intérêts géopolitiques rendent les négociations extrêmement difficiles. Les processus de médiation menés par le groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) n’ont jusqu’à présent pas réussi à garantir un règlement durable et juste.

Il est également crucial que les parties impliquées dans ce conflit respectent le cessez-le-feu en vigueur et s’abstiennent de tout acte de provocation. Tout écart de conduite pourrait entraîner une escalade incontrôlée, mettant en danger de nombreuses vies innocentes.

Il est temps que l’Arménie et l’Azerbaïdjan se concentrent sur la voie de la paix et de la réconciliation. Les deux pays ont tout à gagner de la résolution de ce conflit figé, avec des possibilités économiques et de développement régional inexplorées.

La situation actuelle dans la région est préoccupante et nécessite une attention internationale accrue. Une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan aurait des conséquences désastreuses pour la population déjà durement touchée. Espérons que les dirigeants des deux pays reconsidèrent leur approche et que la communauté internationale aide à trouver une solution pacifique et durable à ce conflit.

——————————Article en rapport avec le sujet —————————————————-

Une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ? Le Premier ministre arménien juge ce scénario « très probable »

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Netanyahou déclare que les forces armées israéliennes avancent "de manière méthodique" dans la bande de Gaza : Conflit Hamas-Israël

L’Arménie et l’Azerbaïdjan, deux pays situés dans le Caucase, connaissent depuis des décennies des tensions concernant la région du Haut-Karabakh, un territoire majoritairement peuplé d’Arméniens mais revendiqué par l’Azerbaïdjan. Les conflits entre ces deux pays ont déjà causé des milliers de morts et ont créé des problèmes économiques et politiques dans la région. Aujourd’hui, le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, déclare que la probabilité d’une nouvelle guerre entre les deux pays est « très probable ».

Des tensions persistantes

Les tensions entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne sont pas nouvelles. Depuis la chute de l’URSS en 1991, les deux pays se disputent le contrôle de la région du Haut-Karabakh. Des affrontements violents ont éclaté à plusieurs reprises, notamment en 1994 et en 2016, causant de nombreuses victimes.

La situation s’est aggravée ces derniers mois, avec des affrontements de plus en plus fréquents entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises. Les deux parties s’accusent mutuellement de provocation et de violation des accords de cessez-le-feu. Dans ce contexte tendu, le Premier ministre arménien a récemment déclaré que la probabilité d’une nouvelle guerre est « très probable ».

Les enjeux régionaux

Le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne concerne pas seulement ces deux pays, mais a des conséquences régionales importantes. La Turquie, alliée de l’Azerbaïdjan, soutient activement ce dernier dans ce conflit et fournit une assistance militaire. De son côté, la Russie, alliée de l’Arménie, suit attentivement la situation et a déployé des troupes dans la région pour maintenir la paix.

De nombreuses puissances mondiales, telles que les États-Unis, l’Union européenne et l’ONU, appellent à un règlement pacifique de ce conflit et à un dialogue entre les parties concernées. Néanmoins, la situation reste préoccupante et la possibilité d’une nouvelle guerre semble de plus en plus réelle.

Les conséquences d’une nouvelle guerre

Une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan aurait des conséquences désastreuses pour les deux pays, mais aussi pour la région dans son ensemble. Les combats pourraient causer de nombreux morts et blessés, mais aussi détruire des infrastructures et provoquer des déplacements massifs de populations.

Sur le plan économique, cette nouvelle guerre entraverait le développement des deux pays. L’Azerbaïdjan est un important producteur de pétrole et de gaz, et une guerre entraînerait une interruption des exportations énergétiques, ce qui aurait un impact sur l’économie mondiale. De plus, le tourisme dans la région serait également gravement affecté, ce qui aurait des conséquences négatives sur les revenus des populations locales.

Malgré les appels à la paix et aux négociations diplomatiques, la perspective d’une nouvelle guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan semble de plus en plus réelle. Les conséquences d’un tel conflit seraient désastreuses, non seulement pour ces deux pays, mais aussi pour la région dans son ensemble. Il est donc primordial que les dirigeants des deux parties mènent des efforts diplomatiques pour éviter une escalade des tensions et trouver une solution pacifique à ce conflit territorial en suspend depuis trop longtemps.

—————————–FIN—————————————————————————-

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles