PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentUn coup dur pour l'industrie britannique du saumon : le programme d'essai...

Un coup dur pour l’industrie britannique du saumon : le programme d’essai d’exportation post-Brexit est annulé

L’essai d’un système destiné à réduire les formalités administratives pour les exportateurs de poisson après le Brexit va prendre fin sans remplacement immédiat, provoquant la consternation dans l’industrie du saumon.

La numérisation des certificats sanitaires papier requis pour tous les poissons et aliments réfrigérés exportés vers l’Europe devait permettre aux opérateurs de gagner du temps et d’économiser jusqu’à 3 millions de livres sterling sur la paperasserie post-Brexit.

Mais le ministère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (Defra) a informé les entreprises impliquées dans un projet pilote, en place depuis septembre 2021, que ce projet prendrait fin. Il n’a pas mentionné de remplacement. « Bien que le passage à un service entièrement numérique pour les certificats sanitaires à l’exportation reste notre ambition, nous prévoyons de mettre un terme à l’exercice actuel », leur a écrit un fonctionnaire.

Le secteur a vu dans la certification électronique un moyen bienvenu de réduire la paperasserie pour les exportations, nécessaire depuis le Brexit. Les camions de poisson réfrigéré doivent passer par des contrôles de pays tiers à Boulogne-sur-Mer, en France, qui est le principal centre de traitement du poisson frais pour la vente aux supermarchés et aux restaurants.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Quelle est la cause du décès d'un jeune pompier de 24 ans cette nuit ?

On espère que le nouveau système de certification électronique pourra être introduit au Royaume-Uni, puis dans d’autres ports européens, notamment en Irlande, aux Pays-Bas et en Scandinavie.

Tavish Scott, directeur général de Salmon Scotland, a déclaré : « Nous avons été informés d’un nouveau retard dans l’introduction d’un système de paperasserie d’exportation numérisé de bout en bout, ce qui laisse les entreprises de saumon avec des coûts de paperasserie qui s’accumulent déjà depuis plus de deux ans et demi ».

L’organisation exhorte le gouvernement à agir rapidement, compte tenu de l’impact de la paperasserie supplémentaire et des retards potentiels sur les denrées périssables. Elle affirme que l’industrie du saumon représente 760 millions de livres sterling pour l’économie, mais que d’autres secteurs vendant des aliments réfrigérés, notamment les producteurs de volaille et de fromage, auraient également pu bénéficier de la certification numérique.

Les retards du projet de numérisation surviennent quelques jours seulement après qu’il est apparu que le gouvernement allait retarder, pour la cinquième fois, la première phase des formalités administratives requises pour les producteurs de denrées alimentaires fraîches de l’UE qui exportent vers le Royaume-Uni.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La confiance des entreprises britanniques diminue et les embauches chutent, selon une enquête de BDO

Le Royaume-Uni a également récemment reporté indéfiniment les plans visant à introduire une alternative au label de sécurité CE avec son propre logo UKCA, dans une autre tentative d’apaisement liée au Brexit.

Alors que les produits alimentaires agricoles britanniques sont soumis à des contrôles de santé publique depuis 2021 à Calais et ailleurs, leurs homologues de l’UE ont en fait bénéficié d’un laissez-passer, les contrôles équivalents au Royaume-Uni n’étant désormais pas introduits avant l’année prochaine.

Le secteur craint que la certification en ligne ne soit pas mise en place avant au moins trois ans après l’entrée en vigueur du Brexit en janvier 2021. « Même s’ils ont l’ambition de faire quelque chose à l’avenir, nous ne sommes pas convaincus que cela se produira avant les prochaines élections générales », a déclaré un connaisseur du secteur.

Scott a déclaré : « Le saumon d’élevage est la plus grande exportation alimentaire du Royaume-Uni, et nous avons besoin que les gouvernements réduisent le fardeau qui pèse sur notre secteur afin que nous puissions nous développer de manière durable, produire des aliments plus nutritifs, créer des emplois hautement qualifiés et stimuler les économies écossaise et britannique.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Cathie Wood, d'ARK Invest, déclare que Nvidia est "très chère" et "très évidente" - Voici deux jeux d'IA moins évidents sur lesquels elle mise

Il a déclaré que ses membres étaient déçus du temps nécessaire au développement du système en ligne et qu’ils étaient prêts à se porter volontaires pour aider le gouvernement à tester tout nouveau système qu’il développerait.

Un porte-parole du Defra a déclaré que le gouvernement n’abandonnait pas le projet de numérisation. « Comme cela a toujours été le cas, le premier projet pilote se termine avec l’intention de passer à une deuxième phase de certification entièrement numérisée pour les exportations.

« Nous commencerons à tester ce nouveau service amélioré dès le début de l’année 2024, et nous nous appuierons sur les retours d’expérience et les enseignements tirés des projets pilotes. Cela nous permettra d’envoyer des certificats numériques à l’Union européenne et à d’autres pays, et d’aller plus loin que le programme d’essai initial. »

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles