FinanceGagner de l'argentUn changement législatif vise à contourner l'impôt sur les donations

Un changement législatif vise à contourner l’impôt sur les donations

L’introduction d’une nouvelle section dans la loi sur l’impôt sur le revenu vise à étouffer dans l’œuf un système permettant aux contribuables de contourner le paiement de l’impôt sur les donations.

Le renforcement de la loi fait suite aux efforts continus du South African Revenue Service (Sars) pour restaurer la culture de la conformité fiscale qui a été érodée pendant l’ère de la capture de l’État.

Diane Seccombe, responsable de la formation et des séminaires fiscaux chez Mazars, affirme que l’une des sections les plus “dangereuses” et “puissantes” de la loi se trouve dans la définition “ennuyeuse” du revenu brut.

L’une des inclusions spéciales de la définition prévoit qu’un contribuable peut inclure dans son revenu brut “toute somme reçue ou accumulée au titre de services rendus, à rendre ou au titre d’un emploi ou de l’exercice d’une fonction”.

Le “revenu” ne se limite pas à l’argent liquide

M. Seccombe a déclaré lors d’un webinaire de mise à jour sur la fiscalité et le budget organisé par The Tax Faculty que le montant ne doit pas nécessairement être en espèces.

Le rapport de la Commission d’enquête Zondo contient plusieurs allégations selon lesquelles des personnes haut placées en Afrique du Sud ont rendu un service en facilitant l’attribution de contrats dans un sens et pas dans un autre.

En échange de leur “service”, ils ont reçu des améliorations de la sécurité de leurs résidences privées ou des sacs à main de luxe et des voyages à l’étranger.

Ces sommes étaient versées soit à un conjoint, soit à un tiers pour éviter de payer des impôts.

Lire :

Le régime

Selon la Trésorerie nationale, le régime mis en place prévoit qu’un prestataire de services (employé ou entrepreneur indépendant) cède le droit de recevoir ou d’utiliser un bien reçu de la personne à laquelle les services sont rendus ou à rendre. Le droit de recevoir ou d’utiliser le bien est généralement cédé à un trust familial avant que les services ne soient rendus.

“Dans ce cas, le prestataire de services peut être en mesure de contourner l’impôt sur les donations, car le droit de recevoir un actif a été cédé à la fiducie avant que les services ne soient rendus et qu’une valeur peut y être attachée”, explique le Trésor.

M. Seccombe donne l’exemple d’un actif d’une valeur marchande de R5 millions qui ne reviendra à un prestataire de services qu’une fois le service rendu.

Le droit à l’actif existe, mais n’a aucune valeur tant que le service n’est pas rendu. En vertu du régime, ce droit sans valeur est cédé à la fiducie familiale avant que le service ne soit rendu et, comme le droit n’a pas de valeur, aucun impôt sur les donations n’est prélevé.

Toutefois, la modification proposée prévoit qu’à la date à laquelle le service est rendu, le montant dû pour le service doit être inclus dans le revenu brut du prestataire de services.

Si le droit à l’actif a été cédé, il y aura une “cession présumée” sur laquelle un impôt sur les donations de 20% sera prélevé.

Lire : Commission Zondo : rapport final, il faut se concentrer sur la mise en œuvre des recommandations

La date d’entrée en vigueur de l’amendement est le 1er mars 2022 et s’applique à la cession du droit de recevoir un actif à partir de cette date.

Seccombe dit qu’il est maintenant compréhensible que le Sars travaille si étroitement avec les organismes d’exécution et les rapports sur les services rendus et les montants reçus.

Renforcement de l’application de la loi

Selon elle, à la fin de l’année fiscale 2021, le nombre de contribuables dans la tranche d’imposition supérieure des tables d’imposition individuelles a augmenté de 20 000.

Les recettes fiscales provenant des 133 000 personnes gagnant le plus d’argent ont augmenté de 50 milliards de rands.

“Les contribuables supplémentaires sont issus de l’augmentation de la capacité d’exécution du Sars, qui a permis une plus grande divulgation. Cela a donné une image beaucoup plus précise de ce que les contribuables gagnent réellement en revenu imposable par an.”

Lire : La campagne de mise en conformité du fisc rapporte 172 milliards de rands au fisc.

Le commissaire du Sars, Edward Kieswetter, affirme que les niveaux de conformité restent faibles. “Vous pouvez nous critiquer autant que vous voulez et dire que nous ne travaillons pas assez vite, mais nous devons trouver un équilibre entre le risque pour le Sars et le fisc et la fourniture d’un service au contribuable.”

Kieswetter a répondu aux critiques sévères selon lesquelles le Sars ne respecte pas les délais et qu’il continue à retenir les remboursements légitimes.

Réclamations illégales

Le Sars a reçu des demandes de remboursement de la taxe sur la valeur ajoutée pour un montant de 266 milliards de rands et a déjà payé 212 milliards de rands dans un délai de 21 jours (à la fin du mois de février). La valeur des remboursements qui ont été demandés de manière incorrecte ou illégale s’élève à 30 milliards de rands.

Selon les chiffres du Sars, 60 % des cas qui ont été choisis pour vérification en ce qui concerne les demandes de remboursement de frais de bureau à domicile de R334 millions étaient incorrects ou illégaux.

“Nous vivons dans un pays où la culture de la conformité [has] a décliné. Il est devenu à la mode de tricher avec le système. Les Sud-Africains ne peuvent pas s’attendre à ce que le Sars reste les bras croisés et soit complice de ce crime.”

L’Office of the Tax Ombud dit avoir connaissance de plaintes concernant des retards dans le paiement des remboursements. Suite à son rapport et ses recommandations de 2017 sur les remboursements, il continue de surveiller les problèmes qui n’ont pas encore été réglés par le Sars.

Kieswetter ajoute que rien ne justifie un mauvais service. Il admet que même si le Sars doublait le nombre actuel d’agents du centre d’appels, il ne serait jamais en mesure de fournir le niveau de service qu’il souhaiterait offrir aux contribuables.

“Le prix ultime n’est pas [to] d’améliorer les délais d’attente ou d’exécution pour qu’une requête soit résolue, mais de faire disparaître la requête de service”, dit-il.

“Nous ne voulons pas avoir un meilleur système de gestion des files d’attente. Nous voulons éliminer le besoin de files d’attente.”

Retour à l’accueil Worldnet

Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles

%d blogueurs aiment cette page :