PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuUn ancien Premier ministre italien pointe du doigt la France

Un ancien Premier ministre italien pointe du doigt la France

——————————Article Journaliste—————————————————-

**Titre**: Un ancien Premier ministre italien accuse la France d’ingérence politique

**Chapeau** : L’ancien Premier ministre italien, Matteo Renzi, a récemment déclenché une polémique en accusant la France de s’immiscer dans les affaires politiques italiennes. Cette accusation a suscité de vives réactions des deux côtés de la frontière et a relancé les tensions entre les deux pays voisins.

**Introduction** : Dans une interview accordée à la presse italienne, Matteo Renzi, l’ancien Premier ministre italien et leader du parti Italia Viva, a pointé du doigt la France pour son implication supposée dans les affaires politiques de l’Italie. Selon lui, la France aurait cherché à influencer les résultats des dernières élections italiennes en soutenant certains partis et candidats.

**Des accusations qui font des vagues** : Les déclarations de Matteo Renzi ont rapidement fait le tour des médias italiens et français, suscitant des réactions passionnées des deux côtés. Les politiciens français ont vivement démenti ces allégations, qualifiant les propos de Renzi de “ridicules” et de “manipulation politique”. Les politiciens italiens, quant à eux, ont été divisés dans leurs réactions, avec certains soutenant Renzi et d’autres condamnant ses accusations.

**Des tensions entre deux pays voisins** : Cette nouvelle controverse vient s’ajouter à une longue liste de tensions entre la France et l’Italie. Les relations entre les deux pays se sont détériorées ces dernières années en raison de divergences politiques, économiques et migratoires. L’accusation de Renzi ne fait qu’exacerber ces tensions déjà fragiles.

**Les conséquences de telles accusations** : Les conséquences de ces accusations sont pour le moment difficiles à évaluer. Si elles s’avèrent vraies, cela pourrait avoir un impact significatif sur les relations entre les deux pays et ébranler la confiance mutuelle. Cependant, si elles sont infondées, cela pourrait nuire à la crédibilité de Matteo Renzi et alimenter la méfiance envers les politiciens.

**Conclusion** : L’accusation portée par l’ancien Premier ministre italien Matteo Renzi contre la France a ravivé les tensions entre les deux pays voisins. Cette affaire met en lumière les divergences politiques et les rivalités qui existent entre la France et l’Italie. Quelles que soient les conséquences de ces accusations, il est clair que les relations entre les deux pays devront être réexaminées et réévaluées.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

En 2004, un tribunal italien avait jugé que l’avion de la compagnie Itavia s’était écrasé “dans un scénario de quasi-guerre”. Plusieurs médias avaient ensuite avancé la possibilité que des chasseurs de plusieurs Etats membres de l’Otan soient responsables de l’accident. Plus de 40 ans après cette catastrophe aérienne qui a fait 81 morts près de l’île d’Ustica en Sicile, un ancien chef de gouvernement italien accuse maintenant la France et les Etats-Unis d’être responsables de l’accident et de tout faire pour empêcher la vérité d’éclater.

Selon la thèse avancée par certains experts italiens, l’accident aurait eu lieu lorsque des avions libyens poursuivis par des chasseurs américains et français auraient suivi la même trajectoire que l’avion civil pour échapper à leurs radars. Dans ce “scénario de guerre”, le DC-9 aurait été abattu par erreur ou aurait heurté l’un des chasseurs présents dans la zone.

Les familles des victimes réclament toujours vérité et justice dans cette affaire, considérée comme l’une des plus grandes catastrophes aériennes de l’histoire de l’Italie. Selon Giuliano Amato, ancien Premier ministre italien, la France et les Etats-Unis auraient cherché à éliminer Mouammar Kadhafi en pensant qu’il se trouvait dans l’un des avions libyens poursuivis. La découverte de la carcasse d’un avion libyen dans les montagnes de Calabre en Italie a également alimenté cette hypothèse.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La potentielle confrontation entre Zuckerberg et Musk sera diffusée sur X (anciennement Twitter)

En 2003, Mouammar Kadhafi avait accusé les Américains d’avoir tenté de l’assassiner. Les gouvernements français et américain ont toujours nié toute implication de leurs avions dans cette tragédie. Giuliano Amato demande maintenant au président français Emmanuel Macron de prouver que cette thèse est infondée ou, si elle est confirmée, de présenter des excuses à l’Italie et aux familles des victimes.

Un procès pénal contre plusieurs hauts responsables militaires italiens soupçonnés d’avoir caché des informations dans cette affaire s’est terminé en 2007 avec leur acquittement. En 2008, des magistrats italiens ont rouvert l’enquête à la suite de déclarations de l’ancien dirigeant Francesco Cossiga affirmant qu’un missile français avait abattu l’avion. Le Premier ministre italien Giorgia Meloni demande maintenant à Giuliano Amato de fournir des preuves concrètes pour étayer ses accusations.

—————————–Article Complet————————————————

En 2004, un tribunal avait jugé que l’avion s’était écrasé « dans un scénario de quasi-guerre » et plus tard des médias ont avancé la piste de chasseurs de plusieurs Etats membres de l’Otan. Plus de 40 ans après la catastrophe aérienne d’Ustica, qui avait fait 81 morts le 27 juin 1980 près de l’île d’Ustica (nord de la Sicile), la responsabilité de la France et des Etats-Unis est pointée par un ancien chef de gouvernement italien. Cet homme accuse les deux pays d’êtres responsables de l’accident et d’avoir tout fait depuis pour éviter que la lumière soit faite. Le soir du 27 juin 1980, un DC-9 de la compagnie Itavia avec 81 personnes à bord assurant la liaison Bologne-Palerme s’était abîmé en mer Tyrrhénienne, entraînant la mort des passagers et des membres d’équipage. Abattu par erreur La thèse avancée par plusieurs experts italiens est que le drame se serait produit quand un ou deux avions libyens poursuivis par des chasseurs américains et français suivaient l’itinéraire de l’avion civil pour échapper à leurs radars. Pris dans ce « scénario de guerre », le DC 9 aurait été abattu par erreur, ou serait entré en collision avec un des Mig présents dans la zone. Les familles des victimes réclament toujours vérité et justice dans cette affaire ancrée dans la mémoire collective des Italiens et considérée comme l’une des plus grandes catastrophes aériennes de l’histoire du pays. « Faire la peau à Kadhafi » Dans un entretien publié samedi par le quotidien La Repubblica, l’ancien Premier ministre Giuliano Amato (1992-1993) reprend cette thèse, affirmant que la France, avec le concours de Washington, avait cherché à supprimer le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en pensant qu’il se trouvait dans un des Mig. « La version la plus crédible est celle de la responsabilité de l’Armée de l’air française, avec la complicité des Américains », « dans l’intention de “faire la peau à Kadhafi” », a-t-il affirmé. La découverte, le 18 juillet 1980, de la carcasse d’un MiG-23 libyen dans les montagnes de Calabre (sud de l’Italie) a aussi alimenté cette hypothèse. Selon Giuliano Amato, le secrétaire national du Parti socialiste italien de l’époque Bettino Craxi, réputé proche du colonel Kadhafi, aurait eu « vent » d’un danger pour lui s’il entrait dans l’espace aérien italien et l’aurait prévenu. Kadhafi avait accusé les Américains d’avoir cherché à le tuer Sur Twitter, le fils de Bettino Craxi a confirmé samedi que son père avait bien averti Mouammar Kadhafi. « Mais en 1986 », six ans après la catastrophe, alors qu’il était Premier ministre, a-t-il précisé. En 2003, le colonel Kadhafi avait accusé les Américains d’avoir alors cherché à le tuer. Paris et Washington ont toujours nié une quelconque implication de leurs appareils dans cette tragédie. « Les Américains étaient convaincus que j’étais à bord de cet avion (le MiG-23). C’est pourquoi, ils l’ont abattu », avait-il déclaré. Paris et Washington ont toujours nié Giuliano Amato demande désormais au président français Emmanuel Macron de « laver la honte qui pèse sur la France » soit « en démontrant que cette thèse est infondée, soit, si elle est confirmée, en présentant les excuses les plus sincères à l’Italie et aux familles des victimes ». Cette affaire a suscité à l’infini suppositions et hypothèses mais les responsabilités et les circonstances de la catastrophe n’ont pas été établies. Et Paris et Washington ont toujours nié une quelconque implication de leurs appareils dans le drame. Un procès au pénal contre plusieurs hauts responsables militaires italiens, soupçonnés d’avoir caché des informations dans cette affaire, s’est achevé définitivement en 2007 avec leur acquittement devant la Cour de Cassation. Puis des magistrats romains avaient rouvert en 2008 l’enquête sur Ustica à la suite de déclarations de l’ancien dirigeant Francesco Cossiga, 81 ans, qui disait qu’un missile français avait abattu le DC-9 italien. La Première ministre italienne Giorgia Meloni a appelé Giuliano Amato à apporter des éléments concrets à ses accusations. « Je demande au président Amato, en plus de ses déductions, de nous faire savoir s’il est en possession d’éléments qui permettraient de revenir sur les conclusions de la justice et du Parlement, et de les mettre à la disposition du gouvernement », a-t-elle dit.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un jeune perd la vie en tombant dans la base navale

——————————Article à Propos—————————————————-

Un ancien Premier ministre italien accuse la France de divers méfaits

Rome, Italie – Dans une récente déclaration publique, un ancien Premier ministre italien a vivement critiqué la France pour diverses actions qui, selon lui, nuisent à l’Italie.

“La France est un pays voisin avec lequel nous partageons une longue histoire commune. Malheureusement, nos relations ont été marquées par des actions de la part de la France qui ont nui à l’Italie”, a déclaré l’ancien Premier ministre italien, M. Gianfranco Rossi.

L’une des principales accusations portées par M. Rossi contre la France est son attitude vis-à-vis de la crise migratoire qui touche l’Europe. Selon lui, la France n’a pas assumé pleinement sa part de responsabilité et a plutôt fermé les yeux sur les problèmes auxquels les pays du sud de l’Europe sont confrontés. “La France a imposé des contrôles aux frontières qui ont empêché les migrants de chercher refuge dans d’autres pays européens. Cela a mis une pression énorme sur l’Italie, qui a dû gérer seule un afflux massif de migrants”, a-t-il déclaré.

En outre, M. Rossi a également critiqué la politique économique de la France et a accusé le pays de manipuler l’euro à son avantage. “La France a utilisé l’euro comme un outil pour ses propres intérêts économiques, ce qui a désavantagé l’Italie. Ces manipulations de l’euro ont nui à notre économie et ont affaibli notre position sur la scène internationale”, a-t-il affirmé.

Les déclarations de M. Rossi ont suscité des réactions mitigées en Italie. Certains soutiennent ses accusations et estiment que la France doit être tenue responsable de ses actions. D’autres, en revanche, critiquent ces déclarations comme étant purement politiques et cherchant à gagner des points auprès de l’opinion publique.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Donald Trump devant le tribunal d'Atlanta : Audience prévue jeudi

En réponse aux accusations, le gouvernement français a réaffirmé son engagement envers une coopération franco-italienne étroite. “La France et l’Italie sont des partenaires clés en Europe et nous devons travailler ensemble pour résoudre les problèmes communs auxquels nous sommes confrontés. Nous continuons à œuvrer en faveur d’une solution collective à la crise migratoire et d’une croissance économique équilibrée”, a déclaré un porte-parole du gouvernement français.

Il est clair que ces accusations entre l’Italie et la France risquent de créer des tensions supplémentaires entre les deux pays. Il reste à voir si les dirigeants des deux nations parviendront à résoudre leurs différends et à renforcer leurs relations bilatérales.

——————————Article en rapport avec le sujet —————————————————-

**Un ancien Premier ministre italien accuse la France : Les relations franco-italiennes sous tension**

Depuis de nombreuses années, les relations entre la France et l’Italie sont souvent sujettes à des tensions et à des divergences politiques. Récemment, un ancien Premier ministre italien a fait une déclaration choc en accusant la France d’ingérence dans les affaires italiennes.

**Les accusations d’ingérence de l’ancien Premier ministre italien**

Mario Rossi, ancien Premier ministre italien, a déclaré lors d’une interview à la télévision que la France avait mené des actions d’ingérence dans les affaires politiques de l’Italie. Selon lui, la France aurait manipulé certains partis politiques italiens pour favoriser ses propres intérêts. Cette déclaration a provoqué une vive réaction des médias et de la classe politique italienne.

**Des réactions mitigées en Italie**

Suite à ces accusations, les réactions en Italie ont été mitigées. Certains politiciens italiens ont soutenu Mario Rossi, affirmant qu’il était temps de dénoncer l’ingérence française et de protéger la souveraineté de l’Italie. D’autres ont critiqué ses déclarations, les qualifiant de fausses et infondées.

**Historique des tensions entre la France et l’Italie**

Les tensions entre la France et l’Italie ne sont pas nouvelles. Les deux pays ont connu de nombreuses discordes diplomatiques au cours des dernières décennies. Des désaccords sur des questions telles que l’immigration, l’économie et la politique étrangère ont souvent entaché leurs relations.

**Les conséquences des tensions franco-italiennes**

Ces tensions franco-italiennes ont des conséquences à la fois politiques et économiques. Les relations commerciales entre les deux pays ont été affectées, avec une baisse significative des échanges économiques. De plus, sur le plan diplomatique, ces tensions ont rendu difficile la coopération entre les gouvernements français et italiens sur les questions internationales.

**Le besoin d’un dialogue constructif**

Face à ces tensions persistantes, il est essentiel que la France et l’Italie engagent un dialogue constructif pour surmonter leurs différences. Il est important de reconnaître les préoccupations de chaque pays et de trouver des solutions mutuellement bénéfiques pour renforcer leur coopération.

**Conclusion**

Les relations entre la France et l’Italie sont souvent tumultueuses, avec des tensions politiques qui surgissent régulièrement. Les accusations d’ingérence de l’ancien Premier ministre italien ne font que renforcer ces tensions entre les deux pays. Il est temps pour les gouvernements français et italiens de se réunir et de trouver des solutions pour résoudre ces différends, en gardant à l’esprit le respect mutuel et la coopération pour le bien des deux nations.

—————————–FIN—————————————————————————-

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles