PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentTwitter rejoint la longue liste des entreprises technologiques "non préparées" à affronter...

Twitter rejoint la longue liste des entreprises technologiques « non préparées » à affronter les nouvelles règles numériques strictes de l’Union Européenne.

Twitter fait partie des entreprises technologiques qui feront face au niveau de surveillance le plus strict dans le cadre du nouveau régime réglementaire de l’Union européenne pour la surveillance des plateformes numériques, après des avertissements de Bruxelles selon lesquels la plateforme appartenant à Elon Musk n’est pas prête pour les nouvelles règles.

La société, que Musk a achetée en octobre 2022, a été désignée comme « une très grande plateforme en ligne » en vertu de Digital Services Act de l’UE, ce qui signifie qu’elle doit se conformer à des mesures telles que la publication d’un audit indépendant de sa conformité à la législation.

Elle sera rejointe par 16 autres grandes entreprises telles que YouTube, Facebook, Instagram, Wikipedia, Snapchat et TikTok.

Twitter a été averti à plusieurs reprises qu’il n’était pas prêt pour les nouvelles règles, avec des violations risquant une amende de 6% du chiffre d’affaires mondial et, dans les cas les plus extrêmes, une suspension temporaire du service. Sous la propriété de Musk, Twitter a réduit son effectif de 7 500 personnes à environ 1 500, ce qui a soulevé des craintes quant aux normes de modération et à sa capacité à se conformer à la législation.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Découvrez les nouvelles sommes pour 2024

En novembre de l’année dernière, le commissaire de l’UE pour le marché intérieur, Thierry Breton, a laissé entendre que Twitter risquait de ne pas se conformer à la loi, en disant à Musk que l’entreprise devait redoubler d’efforts pour « réussir ». Breton a ajouté que Musk avait « énormément de travail » à faire pour se conformer à la DSA. Cependant, le compte rendu de la réunion de novembre avec Musk ajoutait que le PDG de Tesla s’était « engagé à se conformer » à la DSA.

En janvier, Breton a une fois de plus exhorté Musk à « progresser vers une pleine conformité à la DSA », et Musk a répondu que les objectifs de transparence, responsabilité et information exacte de la DSA étaient alignés sur ceux de Twitter.

Les grandes plateformes doivent effectuer des évaluations annuelles des risques pour identifier les contenus préjudiciables tels que la désinformation, la misogynie, les préjudices aux enfants et la manipulation des élections. Les systèmes et les mesures de modération mis en place pour atténuer ces risques seront également vérifiés par l’UE.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La Corée du Sud est le marché du whisky qui connaît la croissance la plus rapide au monde.

Les grandes plateformes devront également publier un audit indépendant de leur conformité à la DSA, ainsi que le nombre de personnes qu’elles emploient pour la modération du contenu. Elles doivent également fournir des détails sur leurs algorithmes et permettre aux chercheurs indépendants de surveiller la conformité avec la loi.

Les plateformes seront également interdites de créer des profils d’utilisateurs mineurs pour que les entreprises puissent les cibler avec des publicités. Les plateformes accessibles aux mineurs doivent également mettre en place des mesures pour protéger leur vie privée et les maintenir en sécurité. Les utilisateurs doivent également pouvoir signaler facilement le contenu illégal.

La Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE, a confirmé la désignation de Twitter en tant que « très grande plateforme en ligne » mardi, tandis que Google et Bing de Microsoft devront également se conformer à des réglementations tout aussi strictes après avoir été désignés comme de « très grands moteurs de recherche ». Les plateformes technologiques doivent atteindre au moins 45 millions d’utilisateurs mensuels actifs dans l’UE pour être désignées comme VLOP ou VLSE.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La chute de la Big Tech stimule les quants boursiers à Wall Street

Il y a également des règlements pour les plus petites plateformes, comme la publication de conditions transparentes.

Breton a déclaré mardi que le « compte à rebours commence » pour les entreprises désignées avec un statut spécial en vertu de la loi. « Aujourd’hui, c’est le jour de la réglementation numérique », a-t-il déclaré.

Guillaume Couneson, associé du cabinet d’avocats Linklaters, a déclaré que se conformer aux dispositions VLOP et VLSE était un « défi pour tout le monde », et pas seulement pour Twitter. Les entreprises désignées ont maintenant quatre mois pour se conformer aux obligations de la loi, notamment la première évaluation annuelle des risques.

« Ce n’est pas une période très longue pour mettre en place des obligations strictes et, dans certains cas, lourdes », a déclaré Couneson.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles