PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentTout le monde n'a pas l'estomac pour être un bon investisseur

Tout le monde n’a pas l’estomac pour être un bon investisseur

Vous pouvez également écouter ce podcast sur iono.fm ici.

RYK VAN NIEKERK : Bienvenue dans l’édition de cette semaine du podcast Be a Better Investor. Je m’appelle Ryk van Niekerk et dans cette série de podcasts, je parle à des investisseurs professionnels de leur parcours d’investissement et des raisons pour lesquelles ils ont choisi de faire carrière dans la gestion de l’argent d’autrui. Nous discutons également de la manière dont ils gèrent leur propre argent, qui diffère parfois de leur style professionnel. L’idée est de trouver quelques conseils et astuces pour aider les investisseurs particuliers amateurs à devenir de meilleurs investisseurs.

Mon invité aujourd’hui est Iain Power. Il est directeur des investissements et gestionnaire de fonds senior chez Truffle Asset Management. Il travaille chez Truffle depuis 2010, et avant de rejoindre Truffle, il a travaillé chez RMB Asset Management pendant 16 ans. Il travaille dans le secteur depuis près de trente ans. Iain, merci beaucoup pour le temps que vous nous avez accordé aujourd’hui.

Tout d’abord, parlez-nous un peu de vous. Où avez-vous grandi et quand avez-vous été exposé pour la première fois au monde de l’investissement ?

IAIN POWER : Merci Ryk, et merci à tous ceux qui nous écoutent. J’ai en quelque sorte grandi dans le West Rand. Beaucoup de vos auditeurs n’ont probablement jamais entendu parler de Krugersdorp. C’était une ville minière, et je suppose que l’on aurait vu ce que l’on voit généralement dans de nombreuses villes minières d’Afrique du Sud dans les années 70 à 80, lorsque l’industrie minière était à des niveaux bien meilleurs, certainement en termes d’investissements dans l’industrie minière et de revenus générés par l’ensemble du secteur. C’est donc de là que je viens.

Du point de vue de l’investissement, mon parcours a été intéressant. J’ai commencé à m’intéresser à l’investissement lorsque j’étais au lycée et que j’ai commencé à essayer d’en savoir plus sur ce qui était réellement impliqué et à spéculer, ou je suppose à m’exposer au marché boursier. J’ai visité la bourse de nombreuses fois et j’ai toujours été intrigué par les marchés de capitaux. C’est à partir de là que j’ai commencé à m’y intéresser.

Je suis allé à l’université et j’ai reçu une éducation formelle. Elle s’appelait alors RAU [Rand Afrikaans University]. Ils avaient un excellent département commercial, un département de comptabilité et d’investissement. C’est à partir de là que j’ai décroché mon premier emploi chez RMB. Depuis, je n’ai jamais regardé en arrière.

RYK VAN NIEKERK : Avez-vous investi alors que vous étiez encore à l’école ?

IAIN POWER : J’ai investi lorsque j’étais à l’école et j’ai participé à un concours organisé par notre école. Il y avait des concours où les écoles formaient des équipes et se mesuraient à d’autres écoles. Je ne pense pas que notre équipe ait gagné, mais nous nous sommes bien débrouillés et cela a éveillé mon intérêt. Je pense que la flamme a ensuite brûlé de plus en plus fort.

RYK VAN NIEKERK : Vous souvenez-vous de la toute première action que vous avez achetée ?

IAIN POWER : Oui. La première action que j’ai achetée était une société de platine appelée Lebowa Platinum. C’était l’une de ces pennystocks.

La chose la plus dangereuse pour un investisseur, c’est d’acheter quelque chose qui monte, puis de penser soudain qu’il est doué et de gagner un peu d’argent ; cela peut être dangereux.

Je pense que c’était un achat intéressant et qu’il a augmenté, puis qu’il a beaucoup baissé [laughing]. On apprend donc beaucoup et c’était à une époque où j’étais très, très jeune et où je voulais m’exposer à une histoire, et l’histoire était celle des convertisseurs catalytiques qui étaient nécessaires pour traiter les émissions. Il s’agit évidemment de sociétés cycliques. Mais oui, ce fut mon premier achat.

RYK VAN NIEKERK : Les premiers achats sont toujours intéressants parce qu’on s’en souvient. Je parie que vous ne pourrez pas vous souvenir de vos troisième, quatrième et cinquième investissements.

Mais pour en revenir à ce premier investissement, nous avons beaucoup, beaucoup d’auditeurs qui sont jeunes, qui gagnent de l’argent, qui reçoivent une prime et qui veulent parfois vraiment mettre cette prime à profit et entrer dans le monde de l’investissement. Ils ouvrent généralement un compte auprès d’un agent de change et sont très enthousiastes, mais ils doivent ensuite faire leur tout premier investissement.

Pouvez-vous nous donner quelques conseils sur la manière dont vous abordez la question, car c’est différent d’avoir déjà un portefeuille. Comment pensez-vous que les jeunes devraient aborder ce premier investissement ?

IAIN POWER : Je pense que la première chose qu’un jeune devrait faire est de vraiment, je suppose, comprendre la nécessité d’investir. Je pense que c’est probablement la chose la plus importante dont ils doivent se rendre compte – que plus tôt vous commencez à investir, plus tôt vous bénéficiez des avantages massifs que la capitalisation peut générer sur de très longues périodes de temps.

Je suppose donc que mon premier conseil ne porterait pas sur le choix des entreprises ou sur la manière de procéder, mais plutôt sur l’élaboration d’un plan d’investissement adéquat et sur la nécessité de commencer à investir le plus tôt possible.

Même la plus petite somme d’argent sur ces longues périodes de temps se compose et vous met vraiment dans une position où elle peut changer votre vie et vous donner moins de soucis et d’inquiétudes, et plus de flexibilité dans votre vie plus tard lorsque vous avez eu l’avantage de gagner des rendements sur vos rendements sur une longue période de temps.

Je dirais donc que la première chose à faire est d’essayer de mettre de côté 25 % de votre revenu, ou 20 %, ou tout ce que vous pouvez vous permettre.

Je dirais deux choses. La première est d’accéder à notre marché des fonds communs de placement. En règle générale, nous avons des marchés de fonds communs de placement très développés, avec d’excellents gestionnaires d’actifs, et les jeunes peuvent soit construire un portefeuille de différents gestionnaires d’actifs, soit même y inclure des indices passifs.

Ensuite, il faut vraiment s’en tenir à cela et ne pas dévier de son plan d’épargne ; il ne faut pas y toucher. Je dirais que c’est probablement le meilleur conseil que je puisse leur donner pour commencer à épargner.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Trois Français en lice pour les World Rugby Awards : Joueur de l'année, Révélation de l'année, Essai le plus spectaculaire

RYK VAN NIEKERK : Puis-je vous interrompre ? Beaucoup de jeunes gens diraient, écoutez, les fonds communs de placement, c’est pour les vieux. Je veux entrer directement dans le nouveau Capitec et le nouveau Naspers, et j’espère gagner beaucoup d’argent parce que je suis encore jeune et que je peux me permettre de faire des erreurs dès le début.

IAIN POWER : Bien sûr. Voici donc ce que je dirais. Prenez votre épargne – disons que vous économisez 100 roupies par mois – et prenez 80 roupies pour les placer dans un panier d’indices ou de fonds communs de placement gérés par des gestionnaires professionnels. Et ensuite [the other] Je mettrais 20 rands de côté.

C’est l’argent de l’apprentissage.

En d’autres termes, c’est l’argent que vous allez utiliser pour investir dans les entreprises que vous regardez, où vous pensez pouvoir faire la différence ou peut-être prendre un risque plus élevé en dehors d’un portefeuille plus diversifié, dans le but de mieux comprendre ce qu’est l’investissement.

Et deuxièmement, comme vous l’avez dit, [entertain] l’espoir d’acheter des sociétés qui offrent des rendements vraiment supérieurs à la moyenne, ou d’excellents rendements au fil du temps, comme vous l’avez dit, en espérant obtenir le ticket Capitec à R1,50 et qu’il passe à une sorte de R300/400.

RYK VAN NIEKERK : Je crois que le record absolu était de plus de R2 000. C’est probablement l’un des meilleurs investissements au monde.

Comment votre stratégie d’investissement a-t-elle évolué depuis vos débuts à la Rand Merchant Bank jusqu’à aujourd’hui, où vous êtes responsable, par exemple, de la gestion des fonds de retraite des gens ? A-t-elle changé de manière significative au fil des ans ?

IAIN POWER : Ryk, je pense que ce que vous faites – comme dans n’importe quel type de carrière ou de travail – c’est que vous apprenez beaucoup de choses.

J’ai eu l’avantage d’apprendre aux côtés de certains des plus grands investisseurs d’Afrique du Sud. Vous aviez beaucoup, beaucoup de connaissances, et j’ai pu apprendre beaucoup de ces leçons d’eux plutôt que de les expérimenter moi-même.

Je pense donc que l’objectif de construire un portefeuille diversifié d’entreprises qui se négocient à des prix inférieurs à ce qu’elles valent était vraiment ancré dans mon esprit dès le début.

Et puis, il faut essayer de maîtriser sa propre psychologie, ce qui est souvent l’un des plus grands défis auxquels les investisseurs sont confrontés.

Tout le monde n’a pas l’estomac pour être un bon investisseur parce que nous sommes tous humains. Les humains ne sont en vie aujourd’hui que parce qu’ils ne sont pas sortis de la grotte dans l’obscurité de la nuit ; ils se sont en quelque sorte regroupés.

Ainsi, lorsqu’il y a des signes ou des signaux de danger, nous avons tous tendance à réagir de la même manière. Souvent, cela va à l’encontre de ce qu’il faut faire lorsqu’on construit un portefeuille ou lorsqu’on cherche à déployer des capitaux, car les bonnes opportunités ne se présentent souvent que lorsqu’il y a de mauvaises nouvelles.

Vous n’obtenez pas de bonnes affaires lorsque les entreprises génèrent de bonnes nouvelles et, vous savez, lorsqu’il y a typiquement beaucoup d’optimisme à propos d’un secteur, d’une action ou d’un projet.

Les rendements associés sont généralement faibles, et les plus gros rendements sont normalement réalisés lorsque les temps sont durs et que l’on sait que tout le monde a presque perdu espoir dans une entreprise, un pays ou une action en particulier.

Je pense que c’est probablement l’élément le plus important qui est difficile à apprendre – la théorie et la compréhension de la façon dont on évalue une entreprise. Vous achetez dans cette machine à composer et vous obtenez cette série de flux de trésorerie au fil du temps. Je pense que tout cela est raisonnablement facile à comprendre.

Je pense que la difficulté survient lorsque vous êtes sur la sellette et qu’inévitablement le cycle se retourne ou que quelque chose de malheureux arrive à une entreprise et que les choses sont sous pression. Vous commencez à lutter contre votre psychologie, comme le font les investisseurs.

Au fil du temps, vous évoluez et vous commencez à mieux résister au bruit. Cela vous place également dans une meilleure position pour réagir à ces opportunités lorsque les choses sont bombardées ou, également, lorsque les nouvelles sont si bonnes et que les gens ne voient que les bonnes nouvelles se poursuivre, [and you are able] de réagir.

RYK VAN NIEKERK : Parlons de votre approche personnelle de l’investissement. Avez-vous un portefeuille d’investissement discrétionnaire ?

IAIN POWER : Non. J’ai quelques fonds communs de placement, tout un portefeuille de fonds communs de placement. Vous savez exactement ce que je vous ai dit : il s’agit de suivre le plan à long terme.

Cela nous permet également de nous concentrer sur la gestion de l’argent de nos clients, en sachant que les fonds que j’ai achetés ou les indices se comportent comme ils le font au fil du temps, et de continuer à acheter dans ces fonds pendant un certain temps. Les investissements seraient diversifiés et suivraient les mêmes principes que ceux que nous appliquons lorsque nous gérons l’argent de nos clients. Mais vous l’externalisez dans la mesure où vous donnez le capital à d’autres gestionnaires.

Il est évident que nous investissons également dans nos propres fonds ; certains de ces fonds seraient nos propres fonds – nous mangeons donc en quelque sorte notre propre cuisine. Mais il est évident que certains investisseurs sud-africains investissent également à l’étranger. Et, dans la mesure où je l’ai fait, j’ai des investissements dans des fonds communs de placement offshore.

RYK VAN NIEKERK : Dans cette série de podcasts, nous parlons beaucoup de la taille des portefeuilles, en particulier lorsqu’il s’agit d’actions. Je ne sais pas s’il y a un consensus, mais [there is] Je ne sais pas s’il y a un consensus, mais une ligne directrice selon laquelle un portefeuille devrait être composé d’environ huit à douze actions, et devrait être diversifié à travers de nombreux secteurs et zones géographiques. Mais comment aborder un portefeuille de fonds communs de placement ? Quel est, selon vous, le bon nombre d’actions à détenir dans votre portefeuille, et comment éviter de vous retrouver dans une situation où vous ne seriez pas en mesure d’acheter des actions. plus diversifié ?

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les employés qui ont demandé un allégement fiscal pour les bureaux à domicile pendant la pandémie pourraient payer plus d'impôts cette année.

IAIN POWER : Je pense que ce qu’il faut faire, c’est obtenir une diversité suffisante, mais aussi essayer d’obtenir une sélection d’idées dont les résultats sont presque indépendants les uns des autres.

Si vous pensez à un monde idéaliste, lorsque vous gérez de l’argent ou que vous construisez un portefeuille, si vous pouvez obtenir 20 à 30 idées qui ont toutes un prix très attractif, mais que les corrélations de ces résultats ne sont pas corrélées entre elles, c’est en quelque sorte votre premier prix – parce que souvent ce que vous trouverez, c’est que même si vous avez, disons, 20 ou 30 actions, un grand groupe d’entre elles se comporteront de la même manière et seront affectées au même degré dans certaines conditions.

Je pense que cela peut être un défi pour les personnes qui gèrent de l’argent – certainement les professionnels et les particuliers – en essayant de construire un portefeuille qui est réellement résistant et robuste et qui vous donne la diversification que vous attendez lorsque vous avez tous ces noms.

Vous savez, Ryk, que lorsqu’un choc survient ou que quelque chose se produit, la plupart de ces actions ont tendance à baisser en même temps.

Essayez d’envisager la diversification d’une manière différente et créez peut-être un portefeuille plus résistant lorsque ces risques se manifestent.

Je pense que le fait de dire que vous allez avoir entre, disons, 15 et 30 actions, ne vous donne pas en soi une diversification parce que ces actions pourraient toutes danser sur la même chanson.

Il s’agit de trouver des idées dont le prix est attractif mais qui ne sont pas corrélées les unes aux autres – et de construire un portefeuille de cette manière.

C’est beaucoup plus difficile à faire et je pense que c’est là que nous consacrons beaucoup de temps et d’énergie.

RYK VAN NIEKERK : Je pense que c’est un excellent point.

Comment aborder les investissements peu performants ? De nombreux gestionnaires d’actifs et investisseurs professionnels disent qu’il ne faut pas s’émouvoir, qu’il ne faut pas prendre de décisions émotionnelles. Mais comment aborder un investissement peu performant ?

IAIN POWER : Je pense que la première chose à faire est d’avoir l’honnêteté intellectuelle de reconnaître que l’on a commis une erreur. Tous les gestionnaires d’actifs font des erreurs, et je pense qu’il faut le reconnaître.

La réalité est que beaucoup de gestionnaires d’actifs ont des compétences, mais elles ne sont pas parfaites. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que si nous avions une compétence parfaite, j’achèterais l’action qui sera la plus performante sur le marché l’année suivante, et je n’aurais besoin que d’une seule action parce que j’ai cette compétence parfaite. Je trouve donc la meilleure action et j’y investis tout ce que j’ai.

Mais ce n’est pas possible, car nous ne sommes pas prévoyants. Il faut donc construire ce portefeuille et, inévitablement, il y aura, je l’espère, plus de bons que de mauvais choix, ce qui générera les rendements supérieurs ou certainement les rendements supérieurs à l’indice que nos clients recherchent.

Dans la mesure où vous n’êtes pas parfaitement compétent, lorsque vous vous trompez, vous devez réfléchir et, tout d’abord, reconnaître que vous vous êtes trompé.

Qu’est-ce que cela signifie de se tromper ?

Disons par exemple que vous achetez une action et que vous vous attendez à ce qu’elle se compose de 15 % par an ; l’action vous donne actuellement un rendement en dividendes de 5 % et ses bénéfices augmentent de 10 % par an. Si l’action ne fait rien – en d’autres termes, si le cours de l’action n’augmente pas, mais que les bénéfices continuent de croître – cela signifie qu’elle devient moins chère, que son PE [price-earnings ratio]ou le prix que vous payez pour accéder à ces flux de trésorerie, diminue chaque année.

Cela ne veut pas dire que vous vous êtes trompé, cela peut simplement signifier que tout le monde n’a pas reconnu que cette entreprise continue en fait d’accroître ses flux de trésorerie, qu’elle paie ses dividendes, mais que cela ne se reflète pas dans le multiple, en particulier si le multiple que vous avez payé n’était pas un prix élevé pour monter dans ce bus.

Vous pouvez donc examiner votre scénario de base et vos hypothèses et vous dire que l’entreprise continue d’afficher la croissance des bénéfices que je pensais. Et si vous avez acheté cette entreprise à un prix suffisamment bas, à un moment donné, le marché va être efficace et vous allez commencer à voir la cote remonter et vous devriez obtenir votre rendement, disons, le dividende de 5 % plus la croissance des bénéfices de 10 % au fil du temps, ce qui devrait vous donner une sorte de taux de croissance annuel composé de 15 %.

Il est donc difficile de déterminer si l’on s’est trompé, parce qu’il faut souvent du temps pour que les gens reconnaissent une partie de la valeur.

Mais lorsque vous pouvez admettre [that] que vous vous êtes trompé, c’est, par exemple, si vous attendez de cette même entreprise qu’elle augmente ses bénéfices de 10 % par an et que, depuis 18 mois ou deux ans, elle n’a pas été capable de le faire. Elle a du mal à le faire et le résultat – ou la base sur laquelle vous avez investi dans cette entreprise ou les moteurs de profit pour générer la croissance des bénéfices – semblent ne pas être là, alors vous devez réfléchir et être capable de dire, écoutez, je me suis trompé.

La chose la plus importante que vous puissiez faire alors est de le reconnaître et de vous retirer de cet investissement, et plutôt de mettre ce capital au service de meilleures idées.

L’un des gros problèmes que rencontrent souvent les investisseurs est qu’ils achètent quelque chose qui ne marche pas bien et qu’ils se disent qu’ils ont perdu de l’argent ou qu’ils n’ont rien fait et qu’ils vont s’accrocher en espérant que ça marche. Mais ce n’est pas le cas [that’s] ne pas vraiment regarder les fondamentaux et reconnaître que la raison pour laquelle vous l’avez acheté était différente de ce que vous vivez aujourd’hui, et que vous devriez donc changer.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Découvrez les 10 pays en tête du classement des centenaires dans le monde francophone

RYK VAN NIEKERK : Les jeunes investisseurs me posent souvent la question de savoir s’ils commencent leur parcours d’investissement avec un objectif à dix ans, c’est-à-dire s’ils souhaitent se constituer un pécule en vue d’acheter leur première maison, par exemple. Supposons que vous n’ayez que deux investissements dans votre portefeuille, que l’un d’eux soit très performant et que l’autre soit très mauvais, qu’il ait vraiment sous-performé. Si vous souhaitez liquider une partie de votre portefeuille, devez-vous vendre le gagnant ou le perdant ?

IAIN POWER : Eh bien, je pense que vous revenez exactement à ce que j’ai dit. Je pense qu’il faut arriver à la conclusion suivante : la mauvaise performance ou le chien est simplement dû au fait que les actions sont moins chères sur le marché, ce qui ne reflète pas la valeur, ou bien s’agit-il d’un mauvais choix d’investissement ?

Si c’est un mauvais choix d’investissement, vous le vendez et vous passez à autre chose. Inévitablement, je pense qu’il y aura dans un portefeuille des titres pour lesquels vous aurez fait des erreurs et vous devrez être capable de le reconnaître et de passer à autre chose.

En fin de compte, imaginez toujours cette liste d’actions dans votre portefeuille et comparez la valeur intrinsèque de l’action au prix actuel de l’action – et cela vous donne un rendement attendu. Tant que les rendements attendus restent corrects, vous pouvez continuer à détenir ces actions et vous devriez les conserver au fil du temps.

Tout comme les investisseurs négligent souvent de se débarrasser de leurs perdants ou des erreurs qu’ils ont commises dans leurs portefeuilles, ils sont aussi souvent coupables de vendre trop tôt certains de leurs gagnants.

Vous avez pris l’exemple de Capitec. C’est un excellent exemple. Vous auriez pu faire 100 %, 200 %, 300 % sur votre argent, et vous auriez pu faire un multiple de cela si vous vous en étiez tenu à la raison pour laquelle vous avez acheté cette entreprise. Vous l’aimez, vous la comprenez, vous pensez qu’elle peut se développer, et vous la laissez courir, plutôt que de vous laisser entraîner dans des bruits à plus court terme.

RYK VAN NIEKERK : Enfin, quel a été votre meilleur investissement à titre personnel ? De quel investissement êtes-vous le plus fier ?

IAIN POWER : Il y en a eu beaucoup, et je suppose qu’il y a beaucoup d’actions qui, lorsque nous les avons achetées pour nos clients, nous ont rapporté 4X, 5X, 6X, 7X.

Je me souviens de la première. Je vais vous donner un exemple. Je me souviens qu’au moment de la première cotation de MTN, je gérais un portefeuille de petites capitalisations axé sur les petites entreprises émergentes. La société s’appelait M-Cell et elle est venue nous voir en nous disant : « Écoutez, voici une opportunité pour le marché des entreprises.

Nous pensons que la taille des marchés adressables pour les téléphones portables est probablement de 80 à 150 000 cadres d’entreprise » – et ils ont émis ces actions au prix de R1. C’était MTN.

Votre exemple d’une sorte de Capitec – il y a de nombreux exemples, et les investisseurs ont toujours l’espoir d’entrer dans une entreprise à croissance massive à un stade très précoce. Je pense qu’il y a des cycles où l’on peut le faire et le faire avec succès. J’en ai connu quelques-uns.

Et puis, dans le domaine des ressources, je pense aux actions du platine, à certaines actions de l’or, à certaines actions minières, qui ont été multipliées par 10 sur une période donnée. Ce sont donc d’excellents investissements qui offrent un rendement élevé.

Mais je pense que, plus important encore, comme votre exemple de Capitec ou peut-être quelque chose qui se développe et prend une part beaucoup plus importante du marché au fil des décennies. Je pense que cela peut être très, très gratifiant.

Mais il faut de la patience, Ryk, et il faut être capable de mettre de l’argent de côté, de le regarder de temps en temps, de s’assurer que tout est sur la bonne voie et de le laisser s’accumuler au fil du temps. C’est probablement ce qui est le plus gratifiant, je dirais.

RYK VAN NIEKERK : Et le pire investissement que vous ayez jamais fait ?

IAIN POWER : Le pire investissement ? Nous avions une certaine exposition à Steinhoff.

Avec le recul, même si je suppose qu’il y a eu des fraudes et tout ce genre de choses, cela m’a juste rappelé que [despite] Si vous faites de votre mieux pour essayer d’évaluer la valeur et d’avoir une idée de ce que vous pouvez espérer, il y a toujours un risque de fraude, de fausse déclaration.

Cela nous ramène à ce que nous avons dit au début de la discussion, à savoir que vous avez besoin d’un portefeuille diversifié.

Donc, oui, cela n’a pas été une catastrophe pour nos clients, mais nous avons été exposés à cette situation et ce fut certainement une période difficile, je pense, pour la communauté des investisseurs sud-africains.

Mais cela nous rappelle que tout ce que l’on voit n’est pas toujours ce qu’il est.

Nous devons être circonspects, nous devons être cyniques et nous devons être vigilants. Je pense donc que, oui, c’est probablement ce qui m’a le plus déçu.

RYK VAN NIEKERK : Je pense que de nombreux investisseurs professionnels étaient dans le même bateau, parce que c’était une action très populaire et que le conseil d’administration parlait bien. Mais quoi qu’il en soit.

Iain, nous allons devoir en rester là. Merci beaucoup de nous avoir consacré du temps aujourd’hui et d’avoir partagé vos idées.

IAIN POWER : Cent pour cent, Ryk, et merci pour l’invitation. Et merci à tous ceux qui ont écouté l’appel.

RYK VAN NIEKERK : C’était Iain Power. Il est directeur des investissements chez Truffle Asset Management.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles