PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentSunak quitte les États-Unis avec quelques accords, mais pas le grand prix...

Sunak quitte les États-Unis avec quelques accords, mais pas le grand prix commercial

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak quitte Washington après une visite de deux jours, fort du soutien du Président Joe Biden pour ses efforts dans le domaine de l’intelligence artificielle et d’accords pour une coopération économique plus étroite afin de renforcer les industries vertes et les chaînes d’approvisionnement.

Les deux dirigeants ont décidé de commencer à travailler sur un accord qui pourrait, à terme, permettre aux fabricants britanniques d’accéder au vaste ensemble de subventions et d’allègements fiscaux américains inscrits dans la loi sur la réduction de l’inflation (Inflation Reduction Act) signée par M. Biden. Le Royaume-Uni sera désigné comme « source nationale » pour les entreprises de défense, ce qui permettra aux entreprises britanniques d’accéder aux investissements américains.

Les deux nations ont également convenu de reconnaître le régime de protection des données de l’autre, un changement qui, selon le Royaume-Uni, profitera à 55 000 entreprises pour un montant de 115 millions de livres sterling (144 millions de dollars). Les deux pays ont également convenu de coopérer plus étroitement dans le domaine de l’énergie nucléaire civile, en renforçant les chaînes d’approvisionnement et en coordonnant le contrôle des exportations de technologies sensibles.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Des chants homophobes inédits scandés par les supporters lillois lors du derby contre Lens

Pourtant, l’ensemble des initiatives de collaboration, regroupées sous le nom de « Déclaration atlantique », est loin de constituer l’accord de libre-échange global que les administrations conservatrices successives ont présenté comme le principal enjeu du Brexit, la séparation du Royaume-Uni d’avec l’Union européenne.

M. Sunak a tenté d’écarter l’accusation selon laquelle la déclaration de jeudi marquait un échec parce qu’elle ne remplissait pas la promesse des conservateurs d’un accord de libre-échange, déclarant aux journalistes à Washington qu’elle était « ambitieuse dans ce qu’elle cherche à réaliser » et qu’elle « apportera des avantages réels aux gens aussi rapidement que possible ».

Un outil du XXe siècle

Le Royaume-Uni avait organisé cinq cycles de discussions commerciales avec les États-Unis sous l’administration Trump. Mais Joe Biden les a mis en veilleuse et son administration n’a montré aucun signe de vouloir les ressusciter, qualifiant ces accords d' »outil du XXe siècle ».

Interrogé lors d’une conférence de presse conjointe de la Maison Blanche jeudi sur les raisons pour lesquelles il n’accepterait pas un accord de libre-échange avec le Royaume-Uni, M. Biden n’a pas répondu, se contentant d’énumérer les domaines dans lesquels les deux pays collaborent.

Malgré cela, l’interaction entre les deux dirigeants a été intense : la visite de cette semaine a marqué la quatrième fois qu’ils se sont rencontrés en autant de mois, et la cinquième fois en tant que dirigeants de leurs nations respectives. En ce qui concerne l’intelligence artificielle, M. Biden a semblé donner à M. Sunak ce qu’il voulait.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les vacances des ministres : entre cinéma sur la Côte d'Azur et vélo dans le Sud-Ouest

Le Premier ministre britannique fait pression pour que le Royaume-Uni joue un rôle de premier plan dans la réglementation de l’intelligence artificielle. Lors de sa visite à Washington, il a annoncé que la Grande-Bretagne organiserait un sommet sur l’intelligence artificielle à l’automne. M. Biden a déclaré qu' »il n’y a pas de pays en qui nous ayons plus confiance » que le Royaume-Uni pour parler de l’IA.

M. Sunak, qui a fait ses études à Stanford, s’est exprimé à plusieurs reprises sur l’esprit d’innovation qu’il a rencontré lors de son séjour dans la Silicon Valley, en Californie, et a déclaré qu’il souhaitait que la Grande-Bretagne s’en inspire. Le premier ministre a rencontré sa femme, Akshata Murty, à Stanford, possède une maison en Californie et détenait jusqu’à récemment une carte verte américaine, même lorsqu’il était chancelier de l’Échiquier.

En revanche, Joe Biden a semblé adopter une approche plus neutre en ce qui concerne le Royaume-Uni. Lors d’un voyage à Belfast et Dublin en avril, censé marquer le 25e anniversaire de l’accord de paix en Irlande du Nord, M. Biden a passé beaucoup plus de temps au sud de la frontière, en Irlande, à la découverte de l’héritage de sa famille. En plus de mettre de côté les négociations commerciales, il a refusé d’assister au couronnement du roi Charles III, alors qu’aucun président américain ne s’est jamais rendu à un tel événement.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Importance de l'apprentissage par l'expérience dans l'enseignement de l'hôtellerie et du luxe

Dans le passé, le président a mal prononcé le nom de M. Sunak et, jeudi, il l’a appelé « président » à un moment donné.

Les deux hommes, cependant, s’entendent bien – et cela peut être dû en partie aux alternatives potentielles. M. Biden a dû travailler avec deux premiers ministres avant M. Sunak – Liz Truss, dont le mandat a été très bref, et Boris Johnson, dont les remarques passées sur l’héritage du président Barack Obama ont contrarié M. Biden. M. Sunak est sans doute au courant des relations tendues qu’entretenait Theresa May avec Donald Trump lorsqu’elle était premier ministre, alors que l’éventualité d’une nouvelle présidence Trump se rapproche.

Lors de sa conférence de presse conjointe avec M. Biden, M. Sunak a déclaré que lui et M. Biden se sont rencontrés si souvent ces derniers mois que leurs épouses ont commencé à prendre des cours de spinning ensemble. Le Premier ministre devra lui-même faire un peu de spinning pour persuader le public britannique que les Etats-Unis lui donnent tout ce que son parti conservateur a promis.

2023 Bloomberg



Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles