PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentSir Keir Starmer cherchera "un accord bien meilleur" sur le Brexit avec...

Sir Keir Starmer cherchera « un accord bien meilleur » sur le Brexit avec l’UE si le Parti travailliste remporte les prochaines élections générales.

Sir Keir Starmer a déclaré qu’il chercherait un « meilleur » accord sur le Brexit avec l’UE si le Parti travailliste remporte les prochaines élections générales.

Le chef de l’opposition a déclaré au Financial Times que l’accord actuel, qui doit être révisé en 2025, est « trop mince ».

Sir Keir s’exprimait lors d’une conférence de dirigeants de centre-gauche à Montréal, au Canada.

Mais il a exclu de rejoindre à nouveau l’union douanière, le marché unique ou l’UE.

Il reste cependant incertain de savoir si Bruxelles serait disposée à apporter des changements majeurs à l’accord, conclu par l’ancien Premier ministre conservateur Boris Johnson en 2021.

Un porte-parole conservateur a accusé le chef travailliste de changer de position, en déclarant : « Il y a trois ans, il a promis de ne pas chercher de changements majeurs dans la nouvelle relation du Royaume-Uni avec l’UE, mais maintenant sa dernière position à court terme est qu’il le fera.

« Quel prix Keir Starmer serait-il prêt à payer à l’UE pour renégocier notre relation ? »

Sir Keir a répété à plusieurs reprises qu’il ne chercherait pas à rejoindre l’UE si son parti arrive au pouvoir, promettant de « faire fonctionner le Brexit ».

Son parti détient constamment des avantages à deux chiffres dans les sondages d’opinion politique, et des élections générales devraient avoir lieu en 2024.

« Presque tout le monde reconnaît que l’accord conclu par Johnson n’est pas un bon accord – il est beaucoup trop mince », a-t-il déclaré au Financial Times.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Des idées fructueuses pour alimenter les hippodromes toute l'année

« Alors que nous entrons dans 2025, nous tenterons d’obtenir un bien meilleur accord pour le Royaume-Uni », a-t-il déclaré, sans préciser quelles parties de l’accord il chercherait à améliorer.

Il a ajouté qu’il était confiant dans la possibilité de négocier un meilleur accord avec Bruxelles, ainsi qu’une « relation commerciale plus étroite ».

« Nous devons le rendre fonctionnel. Ce n’est pas une question de retour en arrière, mais je refuse d’accepter que nous ne puissions pas le rendre fonctionnel », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il pensait aux « générations futures ».

« Je le dis en tant que père. J’ai un garçon de 15 ans et une fille de 12 ans. Je ne les laisserai pas grandir dans un monde où tout ce que j’ai à leur dire sur leur avenir, c’est que ça sera pire que ce que ça aurait pu être autrement.

« J’ai une détermination totale à faire fonctionner cela. »

C’est une position politique importante de la part de Sir Keir. Il a passé une grande partie de son mandat à rassurer les électeurs qu’il ne ramènerait pas le Royaume-Uni dans l’UE, ni ne chercherait à adhérer au marché unique ou à l’union douanière.

Cette position n’a pas changé. Mais les proches du chef travailliste estiment qu’après avoir réussi à transmettre le message qu’il ne souhaite pas annuler le Brexit, il a maintenant acquis le droit de parler de modifier les termes de l’accord.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Opportunités d'investissement dans les infrastructures mondiales cotées en bourse

L’accord de commerce et de coopération signé par M. Johnson prévoit déjà un examen en 2025. La pensée actuelle à Bruxelles est que cela n’inclurait que des ajustements mineurs, bien que Sir Keir puisse avoir des changements plus profonds en tête, notamment des accords sur des liens commerciaux plus étroits, plus d’échanges pour les jeunes et les étudiants, et des règles plus flexibles pour les musiciens et les artistes en tournée.

La volonté de placer des relations améliorées avec l’UE au cœur de son offre politique est un signe de confiance politique croissante de Sir Keir. Cela a également été mis en évidence la semaine dernière lorsque Sir Keir s’est rendu à La Haye, aux Pays-Bas, pour discuter de la façon dont une meilleure coopération avec l’UE pourrait contribuer à lutter contre les petites embarcations traversant la Manche.

Les conservateurs ont déjà saisi les commentaires de Sir Keir sur le Brexit. Ils estiment que sa position pourrait pousser les partisans du Brexit qui ont soutenu les conservateurs en 2019 à se tourner vers Rishi Sunak. Un porte-parole conservateur a déclaré que Sir Keir « voulait ramener la Grande-Bretagne à la case départ sur le Brexit, rouvrant ainsi les débats du passé ».

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le guide complet pour les entreprises en 2023

Sir Keir a passé le week-end à rencontrer d’autres dirigeants de centre-gauche au Canada, dont le Premier ministre Justin Trudeau.

Il devrait également se rendre à Paris pour rencontrer le président français Emmanuel Macron plus tard cette semaine, où les relations post-Brexit devraient être largement abordées.

Son visite à La Haye la semaine dernière pour rencontrer l’agence de coopération policière de l’UE Europol, afin de rechercher un accord visant à empêcher les gangs de passeurs de faire traverser la Manche aux personnes à bord de petites embarcations, a conduit à des accusations du Premier ministre Rishi Sunak et de la secrétaire d’État à l’Intérieur Suella Braverman selon lesquelles son parti prévoyait de laisser le Royaume-Uni devenir un « lieu de déversement » pour 100 000 migrants du continent chaque année, des affirmations qu’il a qualifiées de « complètement fausses ».

Il y a une certaine inquiétude au sein du Parti travailliste concernant la dispute dans laquelle Sir Keir s’est retrouvé impliqué concernant la question de savoir si le Parti travailliste accepterait un quota de demandeurs d’asile de l’UE dans le cadre d’un accord de migration de « partage du fardeau ». Le chef travailliste a exclu cela dimanche après plusieurs jours de débats.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles