PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentSelon un responsable américain, quarante pays vont dévoiler leurs plans de lutte...

Selon un responsable américain, quarante pays vont dévoiler leurs plans de lutte contre le méthane lors du sommet de l’ONU sur le climat

Contenu de l’article

WASHINGTON – Une quarantaine des 119 pays qui se sont engagés l’an dernier à réduire leurs émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre, dévoileront leurs plans à cet effet lors du sommet des Nations Unies sur le climat la semaine prochaine, selon un haut fonctionnaire américain.

Ces perspectives reflètent les progrès modestes réalisés dans le cadre de l’engagement mondial en faveur du méthane, un accord international conclu en marge des négociations climatiques de l’ONU, dans lequel les pays ont promis de réduire les émissions de méthane de 30 % d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2020, afin de s’attaquer à l’un des principaux facteurs contribuant au réchauffement planétaire à court terme.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Les États-Unis, le Canada et le Vietnam font partie des pays qui proposeront des détails, selon le responsable de l’administration du président américain Joe Biden, qui a demandé à ne pas être nommé.

En dehors des États-Unis, il n’était pas clair si l’un des dix autres principaux émetteurs de méthane au monde présenterait des plans lors du sommet, qui se tiendra en Égypte du 6 au 18 novembre.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Binance affirme qu'elle respecte les sanctions occidentales en Russie. Au moins cinq prêteurs figurant sur la liste noire continuent de traiter des paiements pour la bourse.

Les deux plus grands émetteurs de méthane au monde, la Chine et l’Inde, ne sont pas signataires de l’engagement, et d’autres grands émetteurs comme le Brésil ne devraient pas avoir de plans à temps pour les discussions.

Les plans décriront les réglementations, les normes et les investissements des pays en matière de réduction du méthane, ainsi que la manière dont ces stratégies s’intègrent dans les objectifs climatiques plus larges qu’ils se sont fixés dans le cadre de l’accord de Paris de 2015 visant à limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, a déclaré le responsable américain.

Publicité 3

Contenu de l’article

Les États-Unis, par exemple, devraient vanter leur proposition de réglementation de 2021 visant à obliger les foreurs de pétrole et de gaz à trouver et à réparer les fuites de méthane, et publier de nouveaux détails sur la manière dont ils entendent s’attaquer aux émissions provenant des petits puits de pétrole et du torchage.

À ce jour, seuls 15 pays ont publié des objectifs spécifiques ou des stratégies nationales détaillées pour réduire leurs émissions de méthane depuis qu’ils ont signé l’engagement mondial sur le méthane lors du sommet des Nations unies sur le climat de 2021 à Glasgow. Ces pays feront partie des 40 pays qui devraient présenter des détails lors de la conférence, a déclaré le responsable.

Les scientifiques affirment que des réductions importantes des émissions de méthane provenant de l’extraction du pétrole et du gaz, de l’agriculture et de la gestion des déchets seront un levier essentiel dans la lutte contre le changement climatique, car le méthane est plus de 80 fois plus puissant que le dioxyde de carbone à court terme.

Publicité 4

Contenu de l’article

L’Organisation météorologique mondiale a déclaré le mois dernier que le bond des concentrations de méthane de l’année dernière était le plus élevé depuis le début des relevés en 1983 et qu’il faisait suite à une autre année record en 2020.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Le client doit rembourser à Discovery 1,64 million d'euros

Pendant ce temps, le monde a vu au moins deux rejets massifs de méthane provenant d’infrastructures pétrolières et gazières depuis décembre dernier, notamment à la suite de ruptures sur le réseau de gazoducs Nord Stream sous la mer Baltique et d’une fuite importante provenant de champs pétroliers et gaziers offshore dans les eaux mexicaines du golfe du Mexique.

L’ŒIL SUR LA CHINE

Tous les regards seront tournés vers le plus grand émetteur de méthane au monde, la Chine, qui a accepté l’an dernier, dans une déclaration commune avec les États-Unis, d’élaborer un plan national global de contrôle et de réduction des émissions, même si elle n’est pas partie à l’Engagement mondial pour le méthane.

Annonce 5

Contenu de l’article

Les documents officiels et les plans d’action pour le climat des gouvernements locaux comprennent désormais la phrase suivante : « renforcer la surveillance statistique et le contrôle des émissions de méthane et d’autres gaz à effet de serre autres que le CO2 ». Les grandes entreprises énergétiques chinoises participent à des programmes pilotes visant à améliorer la surveillance.

« Le plan national sur le méthane est effectivement essentiel à surveiller. Mais les autorités chinoises sont assez énigmatiques quant à savoir si et quand il sera publié à l’approche de la conférence de Copenhague. [the COP]a déclaré Li Shuo, spécialiste de la Chine à Greenpeace.

Les experts du climat craignent également que les tensions croissantes entre Washington et Pékin au sujet de Taïwan et de l’invasion de l’Ukraine par la Russie ne compromettent la coopération conjointe sur le changement climatique.

Entre-temps, trois nouveaux pays – l’Australie, la Mongolie et le Bangladesh – ont annoncé le mois dernier qu’ils rejoignaient le Global Methane Pledge, et chacun d’entre eux pourrait donner plus de détails sur ses plans en Égypte.

Publicité 6

Contenu de l’article

Le Mexique pourrait également donner plus de détails sur sa stratégie en matière de méthane. La société pétrolière d’État Pemex a récemment présenté au gouvernement un plan visant à réduire le méthane émis par le secteur pétrolier et gazier.

Jonathan Banks, directeur mondial du méthane au sein de la Clean Air Task Force, qui suit de près les engagements des pays, a déclaré que les détails qui émergent des pays constituent une étape cruciale dans la lutte contre le réchauffement climatique.

« Nous devons passer des promesses aux actions, qu’il s’agisse d’actions sectorielles ou d’actions plus larges », a-t-il déclaré.

Les pays devraient également demander davantage de financement international lors de la conférence pour les aider à lutter contre les émissions de méthane, ont déclaré le fonctionnaire américain et M. Banks. Moins de 2 % des investissements actuels en matière d’atténuation du changement climatique portent sur le méthane, alors qu’il s’agit d’un facteur important du changement climatique, a déclaré le fonctionnaire. (Reportage de Valerie Volcovici ; reportages supplémentaires de Cassandra Garrison à Mexico et David Stanway à Shanghai, édition de Deepa Babington)

Publicité

Commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion animé mais civilisé et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Visitez notre Directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon de régler votre e-mail paramètres.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles