SA Canegrowers salue le report de 12 mois de l’augmentation de la taxe sur le sucre

0
0
SA Canegrowers hails 12-month delay in sugar tax increase

Selon SA Canegrowers, l’annonce faite lundi par le ministre des Finances Enoch Godongwana d’un report de 12 mois de l’augmentation de la taxe sur le sucre constitue un répit bienvenu pour les petits producteurs sud-africains.

L’augmentation, qui devait entrer en vigueur lundi, devait faire passer la taxe sur le sucre de 2,21 à 2,31 cents par gramme de sucre, comme annoncé par le ministre dans son discours du budget en février.

Selon l’association, cette augmentation aurait exacerbé les difficultés auxquelles le secteur est déjà confronté en raison de la hausse du coût des intrants. Non seulement le prix actuel du diesel est supérieur de 40 % à celui de mars 2021, mais il devrait encore augmenter, tandis que le coût des engrais a augmenté de plus de 160 % par rapport à l’année dernière.

“Alors que [the] Cette annonce apporte un certain soulagement à court terme aux producteurs, il est essentiel que le gouvernement se concentre sur l’évaluation des implications à long terme du maintien de la taxe en place”, a déclaré l’association dans un communiqué.

“SA Canegrowers continuera donc à engager le gouvernement à cet égard et continuera à demander des recherches supplémentaires sur l’impact de la taxe sur les niveaux d’obésité ainsi que sur les emplois et les revenus de 2018 à ce jour.”

Selon l’association, la première année de la taxe sur le sucre (2018) a coûté au pays plus de 16 000 emplois et R2,05 milliards, alors que le gouvernement n’a pas réussi à produire la moindre preuve (à ce jour) de son impact sur la réduction de l’obésité.

Lire :

“La modélisation commandée par SA Canegrowers avec le Bureau de la politique alimentaire et agricole montre que le maintien de la taxe sur le sucre au niveau actuel coûtera à l’industrie 15 984 emplois saisonniers et permanents supplémentaires et sera un facteur majeur contribuant à une diminution de 46 600 hectares de la superficie de canne à sucre au cours des dix prochaines années”, a ajouté SA Canegrowers.

“Cependant, il y aurait eu des pertes d’emplois et de revenus encore plus importantes si l’augmentation prévue avait eu lieu aujourd’hui (lundi)”.

Palesa Mofokeng est une stagiaire de Moneyweb.

Retour à l’accueil Worldnet