PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuRoquefort, pruneaux d’Agen… Devrait-on éviter les taxes sur nos produits du terroir...

Roquefort, pruneaux d’Agen… Devrait-on éviter les taxes sur nos produits du terroir ?

—————————–Résumé de l’Article————————————————

La présidente de la région Occitanie, Carole Delga, des élus et des producteurs souhaitent l’exclusion des produits AOP et IGP de la notation Nutri-Score. Des produits labellisés français tels que le Roquefort ou les pruneaux d’Agen obtiennent des notes allant de D à E, alors que des sodas ou des produits ultra-transformés s’en sortent avec de jolis A ou B. Le Nutri-Score est un outil de santé publique qui permet d’apposer un logo informant sur la qualité nutritionnelle des produits, avec des notes allant de A à E. Certains pointent du doigt la pertinence de cette notation et l’algorithme utilisé « prend en compte une portion fixe de 100 g ou 100 ml » selon Carole Delga, ce qui conduit à de mauvaises notes pour les fromages qui ne sont souvent pas consommés en grande quantité. Des élus et l’Institut régional qualité agroalimentaire d’Occitanie dénoncent « le fait de comparer l’incomparable », car selon eux il manque de logique : par exemple, des frites notées A et un Roquefort noté E. Les critiques veulent que le Nutri-Score s’attaque aux produits ultra-transformés et non aux aliments du terroir et ancestraux. En revanche, l’épidémiologiste et nutritionniste Serge Hercberg, ancien président du Programme National Santé Nutrition qui a conduit au Nutri-Score, soutient cet outil et indique qu’il ne condamne aucun produit, c’est juste une indication sur la composition des aliments. Hercberg précise qu’il faut privilégier un produit AOP ou IGP plutôt qu’un produit ultra-transformé et que le Nutri-Score traduit la réalité de composition des aliments. La bataille se joue donc entre la définition d’un produit sain en valeur nutritive et un produit de bonne qualité. En attendant, ce Nutri-Score n’est pas obligatoire. Mais il pourrait le devenir si la Commission européenne légifère en ce sens.

—————————–Article Complet————————————————

La présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, ainsi que des producteurs et des élus, souhaiteraient une exclusion des produits AOP et IGP du Nutri-Score, un logo informa sur la qualité nutritionnelle des produits. Des produits français labellisés obtiennent des notes allant de D à E, tandis que des boissons ultra-transformées sont notées A ou B. Le directeur de l’Irqualim, Pierre Ginebre, estime que le Nutri-Score n’est pas adapté et que certains produits de bonne qualité sont notés mal. L’épidémiologiste et nutritionniste Serge Hercberg affirme que le Nutri-Score ne condamne aucun produit et qu’il ne faut pas faire la confusion entre donner une information à un consommateur et pointer du doigt un produit.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les prix des voitures neuves sont choquants. Les occasions sont pires. Qu'est-ce que cela signifie pour les stocks des concessionnaires ?

——————————Article à Propos—————————————————-

Le patrimoine culinaire français est riche et varié, avec des spécialités régionales de renommée mondiale. Parmi elles, on peut citer le fromage Roquefort et les pruneaux d’Agen, deux produits emblématiques du Sud-Ouest de la France. Mais ces produits sont-ils soumis à une taxation trop lourde, qui pourrait nuire à leur compétitivité sur le marché international ? Faut-il exonérer nos bons produits du terroir ?

Le Roquefort est un fromage à pâte persillée fabriqué dans les caves du village éponyme, situé dans l’Aveyron. Il est protégé par une appellation d’origine contrôlée (AOC) depuis 1925, ce qui garantit son origine et sa qualité. Les producteurs de Roquefort doivent respecter un cahier des charges strict, qui fixe les règles de fabrication et d’affinage du fromage. Mais cette qualité a un prix, et le Roquefort est relativement cher comparé à d’autres fromages. De plus, les exportations vers les États-Unis ont été soumises à des droits de douane prohibitifs ces dernières années, ce qui a fortement impacté les ventes. Faut-il exonérer le Roquefort de ces taxes pour lui permettre de mieux concurrencer les autres fromages sur le marché international ?

Les pruneaux d’Agen, quant à eux, sont des fruits séchés de la variété d’Ente, cultivée dans le Lot-et-Garonne et les départements voisins. Ils bénéficient également d’une AOC depuis 2002, qui garantit leur origine et leur qualité. Les pruneaux d’Agen sont appréciés pour leur goût sucré et leur texture fondante, ainsi que pour leurs bienfaits sur la santé. Cependant, la production de pruneaux d’Agen est confrontée à des défis tels que la concurrence des pruneaux importés d’autres pays et la diminution des surfaces cultivées. Faut-il exonérer les pruneaux d’Agen de certaines taxes pour leur permettre de mieux se positionner sur le marché national et international ?

La question de l’exonération des bons produits du terroir est complexe. D’un côté, il est important de protéger les filières locales et les savoir-faire traditionnels, qui participent à la diversité et à la richesse de notre patrimoine culinaire. D’un autre côté, il est nécessaire de mettre en place des règles justes et équitables pour tous les acteurs du marché, qu’ils soient producteurs, transformateurs ou distributeurs. Il est également fondamental de tenir compte des enjeux environnementaux, sociaux et économiques liés à la production et à la consommation des produits alimentaires.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  La France écrase l'Écosse et continue sa quête du Grand Chelem.

En conclusion, il convient de trouver un juste équilibre entre la protection des bons produits du terroir et les exigences du marché international. Les taxes et les réglementations doivent être adaptées aux spécificités de chaque produit, en tenant compte des enjeux de qualité, de durabilité et d’accessibilité. Les bons produits du terroir ont un rôle important à jouer dans la promotion de notre gastronomie et de notre culture, mais cela ne doit pas se faire au détriment des consommateurs, des producteurs et de l’environnement.

——————————Article en rapport avec le sujet —————————————————-

Titre: Roquefort, pruneaux d’Agen… Faut-il exonérer nos bons produits du terroir?

Introduction:
Les produits du terroir sont l’une des fiertés de la gastronomie française. Cependant, beaucoup de ces produits sont soumis à des taxes et des réglementations qui entravent leur développement. Dans cet article, nous allons nous intéresser à deux produits emblématiques de notre patrimoine culinaire, le Roquefort et les pruneaux d’Agen, et nous poser la question de savoir s’il est nécessaire de les exonérer de certaines taxes.

I. Le Roquefort :
A. La réglementation actuelle :
– Le Roquefort est soumis à une taxe douanière de 8% à l’importation aux États-Unis
– Les producteurs sont soumis à des normes strictes de qualité et d’hygiène
B. Les arguments pour exonérer le Roquefort :
– Le Roquefort est un produit emblématique de la gastronomie française qui participe à la renommée de notre pays à travers le monde
– Les taxes douanières pénalisent les exportations de ce produit et freinent son développement à l’international
C. Les arguments contre l’exonération du Roquefort :
– Les normes d’hygiène sont nécessaires pour garantir la qualité du produit et éviter les risques sanitaires

II. Les pruneaux d’Agen :
A. La réglementation actuelle :
– Les producteurs de pruneaux d’Agen sont soumis à une taxe sur la récolte de leurs fruits
– Ils doivent également respecter des normes de qualité et de provenance pour bénéficier de l’appellation d’origine contrôlée (AOC)
B. Les arguments pour exonérer les pruneaux d’Agen :
– Les taxes sur la récolte pénalisent les producteurs et freinent leur développement économique
– Les pruneaux d’Agen sont un produit typique de notre région qui mérite une exonération au même titre que d’autres produits locaux
C. Les arguments contre l’exonération des pruneaux d’Agen :
– Les normes de qualité et de provenance sont nécessaires pour garantir l’authenticité du produit et protéger le consommateur contre les imitations

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les 7 meilleurs aliments à consommer pour lutter contre l'anémie

III. Conclusion :
Les produits du terroir sont des symboles de notre patrimoine culinaire, mais leur développement est souvent freiné par des taxes et des réglementations contraignantes. Dans le cas du Roquefort et des pruneaux d’Agen, l’exonération de certaines taxes pourrait aider à leur développement à l’étranger, mais il est important de veiller à ce que les normes de qualité et d’hygiène soient respectées pour garantir la qualité et l’authenticité de ces produits. Il appartient donc aux pouvoirs publics de trouver un équilibre entre la protection de ces produits et leur développement économique.

——————————Article Journaliste—————————————————-

En tant que journalistes, nous sommes souvent confrontés à des questions difficiles. L’une de ces questions est celle de savoir si nous devons exonérer nos bons produits du terroir. Roquefort et pruneaux d’Agen sont deux exemples de produits français renommés dans le monde entier. Mais pourquoi devraient-ils être exonérés ?

Tout d’abord, il est important de comprendre que les produits du terroir sont des produits uniques, élaborés dans des régions spécifiques et avec des ingrédients locaux. Ils ont une histoire et une culture qui leur sont propres. Ces produits doivent donc être protégés et valorisés.

Cependant, les producteurs de ces produits sont souvent confrontés à des obstacles qui rendent leur travail difficile. Les politiques fiscales et les règlementations peuvent être lourdes et décourageantes pour eux. Exonérer ces produits du terroir pourrait aider à renforcer leur position sur les marchés domestiques et internationaux.

Cette exonération pourrait également avoir des avantages économiques plus larges. En effet, les produits du terroir peuvent contribuer au développement économique des régions et des communautés locales. En exonérant ces produits, nous favorisons la croissance des petites et moyennes entreprises, ainsi que la création d’emplois.

Enfin, il est important de souligner que l’exonération ne signifie pas qu’il n’y aura pas de contrôles ou de règles à respecter. Les produits du terroir devraient être soumis à des normes strictes en matière de qualité et de sécurité alimentaire, comme tous les produits.

En conclusion, l’exonération des produits du terroir comme le Roquefort et les pruneaux d’Agen pourrait avoir des avantages économiques et culturels. Il est donc important de prendre en compte leur contribution à notre patrimoine culinaire et de les protéger autant que possible.

—————————–FIN—————————————————————————-

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles