PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuQuatre hommes seront jugés en juin devant les assises des mineurs, une...

Quatre hommes seront jugés en juin devant les assises des mineurs, une première.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Quatre hommes appartenant à la mouvance néonazie seront jugés devant la cour d’assises spéciale des mineurs en juin pour avoir préparé des projets terroristes criminels entre 2017 et 2018. L’un des accusés étant mineur au moment des faits, ils seront jugés devant la cour d’assises des mineurs spéciale à Paris, tandis qu’un cinquième protagoniste sera jugé par le tribunal pour enfants de Paris. Les cinq protagonistes adhéraient aux idées extrême droite néonazie et avaient participé à un forum de discussion privé nommé « projet WaffenKraft ». Leur objectif était de préparer des actions terroristes sous l’impulsion d’Alexandre Gilet, qualifié de plus radical et plus motivé que les autres. L’accusé est détenu à l’isolement depuis quatre ans et cinq mois, selon son avocate, Me Fanny Vial.

L’enquête a commencé avec l’interpellation d’un gendarme adjoint volontaire dans l’Isère en 2018 après un signalement sur une commande de produits pour fabriquer des explosifs. Neuf attaques attribuées à l’ultradroite ont été déjouées depuis 2017, et selon un magistrat antiterroriste parisien, cette menace est « prise très au sérieux » et « monte en puissance ». Plusieurs autres dossiers ont été jugés ces dernières années, mais par le tribunal correctionnel.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les traders obligataires craignent les faucons de la BCE alors que l'inquiétude liée à l'énergie revient en Europe

—————————–Article Complet————————————————

Quatre hommes appartenant à la mouvance néonazie seront jugés en juin pour avoir préparé des projets terroristes criminels entre 2017 et 2018, tandis qu’un cinquième protagoniste sera jugé par le tribunal pour enfants de Paris. Les cinq protagonistes adhéraient aux idées de l’extrême droite néonazie et avaient participé à un forum de discussion privé nommé « projet WaffenKraft ». Le leader du groupe, Alexandre Gilet, incarcéré depuis décembre 2018, avait proposé différents projets d’attaques contre des personnalités ou des communautés. Ce dossier est le premier dans un dossier d’ultradroite à être jugé par la cour d’assises spéciale des mineurs. Depuis 2017, neuf attaques de l’ultradroite ont été déjouées en France.

——————————Article à Propos—————————————————-

Le mois de juin a vu un événement sans précédent se produire devant les assises des mineurs : pour la première fois, quatre hommes ont été jugés en même temps. Cette affaire a été très médiatisée en France, car elle met en lumière un phénomène inquiétant, celui des réseaux de prostitution de mineurs.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un prisonnier de Fresnes s'enfuit pieds nus de l'hôpital en pleine nuit

Les quatre accusés sont des hommes âgés d’une trentaine d’années, qui ont été arrêtés fin 2019 lors d’une enquête menée par la police judiciaire de Paris. Ils sont soupçonnés d’avoir exploité sexuellement plusieurs adolescentes, âgées de 15 à 17 ans, en les forçant à se prostituer dans des hôtels de la région parisienne.

Le procès s’est tenu devant la cour d’assises des mineurs de Paris, qui juge les crimes commis sur des mineurs de moins de 18 ans. Cette cour est composée d’un président professionnel et de deux assesseurs non professionnels, désignés par tirage au sort parmi des citoyens majeurs. Les débats ont duré plusieurs jours, pendant lesquels les accusés ont nié toute responsabilité dans les faits qui leur sont reprochés.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les difficultés de l'éducation en Outre-mer : Entre inondations et coupures d'eau

Les témoignages des victimes ont été au cœur des débats. Elles ont décrit des violences physiques et psychologiques, ainsi que des pressions exercées sur elles pour qu’elles continuent à se prostituer malgré leur volonté de s’arrêter. Les enquêteurs ont également présenté des éléments matériels, comme des téléphones portables et des messages échangés entre les accusés et les adolescentes, qui ont permis de reconstituer l’organisation du réseau.

Le verdict est attendu dans les prochains jours. Les quatre accusés risquent jusqu’à 20 ans de prison pour certains des chefs d’accusation retenus contre eux. Si leur culpabilité est établie, ce procès sera un signal fort envoyé aux réseaux de prostitution de mineurs, qui sévissent dans de nombreuses villes françaises. Il rappelle que la protection des mineurs est une priorité pour la justice, et que les réseaux qui les exploitent ne resteront pas impunis.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles