PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentPoutine rencontre les dirigeants africains pour discuter de leur plan de paix...

Poutine rencontre les dirigeants africains pour discuter de leur plan de paix pour l’Ukraine

Une délégation de chefs d’État et de hauts fonctionnaires africains a rencontré le président Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg samedi. Il s’agit de la dernière rencontre d’une série d’efforts de médiation visant à mettre fin à la guerre en Ukraine.

Les présidents de l’Afrique du Sud, du Sénégal, de la Zambie et des Comores ainsi que le premier ministre égyptien ont participé à la réunion, de même que des représentants de l’Ouganda et de la République du Congo, selon un communiqué du Kremlin. La réunion faisait suite aux entretiens de vendredi à Kiev avec le président ukrainien Voldymyr Zelenskiy.

« Nous sommes convaincus que le moment est venu pour les deux parties d’entamer des négociations et de mettre fin à cette guerre », a déclaré le président sud-africain Cyril Ramaphosa lors de la rencontre avec le président ukrainien. pourparlers samedi.

M. Ramaphosa a présenté dix points principaux, dont une désescalade du conflit par les deux parties, des négociations diplomatiques et la reconnaissance de la souveraineté des États conformément à la Charte des Nations unies. Il a également appelé à la réouverture de la mer Noire pour permettre l’exportation de céréales, à l’échange de prisonniers de guerre et à la reconstruction d’après-guerre.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Mode de vie FIRE qui s'épuise pour un couple de retraités anticipés avec 4,3 millions de dollars

Les dirigeants africains auront fort à faire pour convaincre les belligérants de déposer les armes. Zelenskiy a rejeté tout accord qui impliquerait que l’Ukraine cède des territoires à la Russie, et il est peu probable que Poutine accepte les conditions d’un retrait des troupes.

« L’Ukraine veut la paix plus que quiconque, mais nous ne parviendrons pas à une diplomatie avec la Russie tant qu’elle sera sur notre territoire », a déclaré M. Zelenskiy vendredi après avoir rencontré les dirigeants africains.

En réponse, le président sénégalais Macky Sall a déclaré que « lorsque vous vous battez, vous avez probablement encore besoin d’un espace de dialogue ».

A la recherche de la neutralité

La mission a été annoncée en mai par M. Ramaphosa. Les États africains rejoignent la France et la Chine parmi les pays qui mènent des interventions distinctes pour tenter de mettre un terme à la guerre, qui atteindra bientôt le cap des 16 mois.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  HMRC blâmé pour avoir mis plus de TROIS ans à traiter une demande de renseignements de base

Un peu plus de la moitié des 55 pays africains ont voté en faveur des résolutions des Nations Unies condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, tandis que la plupart des autres se sont abstenus afin de rester neutres face au plus grand conflit européen depuis la Seconde Guerre mondiale.

L’Afrique, ainsi que le reste du monde en développement, a été sévèrement touchée par le conflit, qui a perturbé le commerce et fait grimper les prix des céréales et des engrais.

Cette semaine, Poutine a laissé entendre que la Russie pourrait renoncer à un accord négocié l’été dernier par la Turquie et les Nations Unies, qui permet à l’Ukraine d’expédier en toute sécurité des céréales à partir des ports de la mer Noire. L’accord et les millions de tonnes de blé, de maïs et d’autres denrées alimentaires expédiées depuis le mois d’août ont contribué à stabiliser le marché mondial des céréales.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Tesla bat le record de livraisons après les baisses de prix d'Elon Musk

Moscou a prolongé l’accord à la mi-mai pour deux mois supplémentaires, mais a menacé à plusieurs reprises de se retirer du pacte. La décision de la Russie concernant l’accord sur les céréales sera annoncée en temps voulu, a déclaré samedi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, selon l’agence Tass.

La guerre a placé l’Afrique du Sud dans une position particulièrement difficile. Elle doit accueillir une réunion des chefs d’État des pays du Brics en août, mais en tant que membre de la Cour pénale internationale (CPI), elle serait obligée d’exécuter un mandat d’arrêt émis par le tribunal à l’encontre de Poutine, s’il se présentait. Pretoria envisage désormais de déplacer la réunion en Chine, qui n’est pas membre de la CPI.

2023 Bloomberg

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles