Plus de 600 comptes de médias sociaux du gouvernement ont été piratés depuis 2017, déclare le gouvernement au Parlement.

0
1
Plus de 600 comptes de médias sociaux du gouvernement ont été piratés depuis 2017, déclare le gouvernement au Parlement.

Plus de 600 comptes de médias sociaux du gouvernement central ont été piratés au cours des cinq dernières années, a déclaré mardi le ministre de l’Information et de la Radiodiffusion, Anurag Thakur, à la Lok Sabha. Répondant à une question sur le piratage des poignées Twitter et des comptes e-mail du gouvernement, le ministre a déclaré que depuis 2017, 641 de ces comptes ont été piratés.
Au total, 175 comptes ont été piratés en 2017, 114 en 2018, 61 en 2019, 77 en 2020, 186 en 2021 et 28 jusqu’à présent cette année, a-t-il déclaré dans une réponse écrite.

Thakur a déclaré que l’information a été mise à disposition par l’équipe indienne de réponse aux urgences informatiques (CERT-In) au ministère de l’électronique et des technologies de l’information (MeitY).

En réponse à la question sur les mesures prises par le gouvernement pour prévenir de telles intrusions à l’avenir, le ministre a déclaré que le CERT-In a été mis en place afin d’améliorer la cybersécurité. Il émet régulièrement des alertes et des conseils sur les dernières cybermenaces et les contre-mesures afin de garantir une utilisation sûre des technologies numériques.

“Le CERT-In a émis 68 avis à l’intention des organisations et des utilisateurs pour la sécurité des données et l’atténuation des activités frauduleuses. “En cas de compromission de sites Web, de courriels ou de comptes Twitter, le CERT-In informe les entités concernées et leur indique les mesures correctives à prendre. Le CERT-In coordonne les mesures de réponse aux incidents avec les entités concernées, les fournisseurs de services, les équipes sectorielles de réponse aux incidents de sécurité informatique (CSIRT) ainsi que les agences d’application de la loi”, a déclaré le ministre.

Le CERT-In exploite une plateforme d’échange automatisée de cybermenaces pour collecter, analyser et partager de manière proactive des alertes personnalisées avec des organisations de tous les secteurs afin qu’elles prennent des mesures proactives pour atténuer les menaces. Il a déclaré que des conseils de sécurité ont été publiés pour les utilisateurs afin de sécuriser leur ordinateur de bureau, leur téléphone mobile/intelligent et de prévenir les attaques de phishing.

“Le CERT-In a mis en place le Centre national de coordination cybernétique (NCCC) afin de générer la conscience situationnelle nécessaire des menaces de cybersécurité existantes et potentielles. La phase I du NCCC est opérationnelle”, a déclaré le ministre.

Retour à l’accueil Worldnet