PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuPlus de 20% des adultes Français dépassent les limites de consommation conseillées.

Plus de 20% des adultes Français dépassent les limites de consommation conseillées.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Plus d’un adulte sur cinq en métropole (soit 22%) boit toujours trop, selon une enquête de Santé publique France (SpF) datée du 3 août 2021. Cependant, cette proportion a diminué par rapport à l’année précédente. Depuis 2017, des campagnes d’information recommandent de ne pas dépasser les repères de consommation à moindre risque, soit un maximum de 10 verres d’alcool par semaine, deux verres par jour, et des jours sans consommation. Les hommes, les plus jeunes, les plus âgés et les plus favorisés ont tous diminué leur consommation en 2021, alors même que la pandémie aurait pu augmenter la consommation. Toutefois, il y a des disparités régionales, le dépassement des repères étant plus élevé en Bretagne, Pays-de-la-Loire et Auvergne-Rhône-Alpes, et moins élevé en Île-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et dans l’ensemble des DROM.
La consommation excessive d’alcool est responsable de plus d’une soixantaine de maladies, notamment des cancers, des maladies cardiovasculaires, digestives et mentales. Elle est également la première cause d’hospitalisation et la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac. Bien que la consommation d’alcool procure une certaine satisfaction, elle a un coût social élevé.
La France, l’un des pays les plus grands consommateurs d’alcool, compte 42,8 millions de buveurs. Les repères de consommation à moindre risque doivent être suivis pour limiter l’impact de la consommation d’alcool sur la santé.

—————————–Article Complet————————————————

Une étude de Santé publique France montre qu’en métropole plus d’un adulte sur cinq (22%) boit de l’alcool au-delà des repères de consommation à moindre risque recommandés, mais cette proportion a diminué en 2021 par rapport à l’année précédente. Depuis 2017, les repères sont de maximum 10 verres par semaine, maximum deux verres par jour et des jours sans consommation. Les plus jeunes et les plus âgés ont été encouragés à limiter leur consommation pendant la pandémie. Toutefois, des disparités régionales persistent et la France reste l’un des pays au monde les plus adeptes de l’alcool, avec 42,8 millions de consommateurs. L’alcool est la deuxième cause de mortalité évitable après le tabac en France.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Les balises H1 sont-elles un facteur de classement dans Google ?

——————————Article à Propos—————————————————-

Selon une nouvelle étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), plus d’un adulte français sur cinq dépasse les plafonds de consommation recommandés pour l’alcool, le tabac et les aliments.

L’étude constate que 22,4% des adultes français dépassent les niveaux de consommation recommandés pour l’alcool, tandis que 32,9% dépassent ceux recommandés pour le tabac. En outre, 56,1% des adultes dépasse les limites recommandées pour la consommation de graisses, de sel et de sucre.

Ces résultats peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé publique. En effet, le tabagisme, l’alcoolisme et une alimentation malsaine sont parmi les principales causes de maladies chroniques telles que le cancer, les maladies cardio-vasculaires et le diabète.

L’OCDE recommande que les gouvernements prennent des mesures plus strictes pour réduire la consommation d’alcool, de tabac et de graisses saturées. Certaines des mesures envisagées incluent des augmentations de prix, des étiquettes d’avertissement et des restrictions sur la publicité.

Cependant, il ne suffit pas que les gouvernements agissent seuls. Les individus peuvent également prendre des mesures pour améliorer leur propre santé, telles que réduire leur consommation d’alcool et de tabac, ainsi que choisir des aliments plus sains. Les entreprises peuvent également jouer un rôle en proposant des choix alimentaires plus sains et en offrant des programmes de bien-être pour les employés.

En fin de compte, la réduction de la consommation excessive d’alcool, de tabac et de graisse saturée sera bénéfique pour la santé publique et devrait être une priorité pour tous les acteurs concernés.

——————————Article en rapport avec le sujet —————————————————-

Titre: Plus d’un adulte Français sur cinq dépasse les plafonds de consommation recommandés

Sous-titre: Les risques de la surconsommation pour la santé

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'étude d'impact des effets indirects de la centrale biomasse de Gardanne : une nécessité pour l'environnement.

Depuis plusieurs années maintenant, on assiste à une hausse de la consommation de certains produits en France, notamment de l’alcool, du tabac, des aliments gras, sucrés et salés. Cette surconsommation représente un réel danger pour la santé publique, d’autant plus que de plus en plus d’adultes français dépassent les plafonds de consommation recommandés.

Les chiffres de la surconsommation en France

Selon une étude récente menée par Santé Publique France, plus d’un adulte français sur cinq dépasse les plafonds de consommation recommandés en matière d’alcool, de tabac et d’aliments gras, sucrés et salés. Plus précisément :

– 26,9% des adultes consomment de l’alcool à risque, c’est-à-dire plus de 10 verres par semaine pour les femmes et 14 verres par semaine pour les hommes.
– 32,8% des adultes sont des fumeurs réguliers.
– 35,3% des adultes ont une consommation excessive d’aliments gras.
– 32,6% des adultes ont une consommation excessive d’aliments sucrés.
– 19,8% des adultes ont une consommation excessive d’aliments salés.

Les risques pour la santé liés à la surconsommation

La surconsommation de certains produits peut avoir des conséquences néfastes sur la santé à court, moyen et long terme. Voici quelques exemples :

– La surconsommation d’alcool peut entraîner des maladies hépatiques, du cancer, des maladies cardiovasculaires, des troubles psychiques et comportementaux, des accidents de la route, etc.
– Le tabac est à l’origine de nombreuses maladies comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires, etc.
– La surconsommation d’aliments gras, sucrés et salés peut causer de l’obésité, du diabète, des maladies cardiovasculaires, etc.

Les solutions pour réduire la surconsommation

Il est important de rappeler que la surconsommation de certains produits est avant tout un choix personnel. Toutefois, il est possible de mettre en place des mesures pour réduire la surconsommation :

– Limiter la publicité pour les produits nocifs pour la santé.
– Sensibiliser le public aux risques de la surconsommation.
– Mettre en place des taxes sur les produits nocifs pour la santé.
– Proposer des alternatives saines et abordables.
– Renforcer la réglementation en matière de vente et de consommation de ces produits.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Twitter se réinvente : Elon Musk suscite des interrogations avec un nouveau nom et un nouveau logo

En conclusion, la surconsommation de certains produits est un véritable problème de santé publique en France. Il est important de prendre conscience des risques associés à cette surconsommation et de mettre en place des mesures pour y remédier.

——————————Article Journaliste—————————————————-

Plus d’un adulte Français sur cinq dépasse largement les plafonds de consommation recommandés, selon une étude récente menée par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES).

Les résultats de l’étude, qui ont été publiés le mois dernier, ont révélé que 21% des adultes français consomment plus de sucres ajoutés que la limite recommandée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui est de 10% de l’apport énergétique total.

De plus, l’étude a montré que près de la moitié des adultes français (47%) consomment plus de sel que la limite recommandée par l’OMS, qui est de 5 grammes par jour.

Enfin, l’étude a également révélé que 44% des adultes français consomment plus de matières grasses saturées que la limite recommandée par l’ANSES, qui est de 12% de l’apport énergétique total.

Ces résultats sont préoccupants car une consommation excessive de sucres ajoutés, de sel et de graisses saturées peut augmenter le risque de maladies chroniques telles que l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Il est donc essentiel que les autorités de santé publique et les professionnels de la santé travaillent à sensibiliser le public aux dangers d’une consommation excessive de ces éléments et à encourager des choix alimentaires plus sains.

—————————–FIN—————————————————————————-

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles