PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentPhala Phala : Le protecteur du public blanchit Ramaphosa

Phala Phala : Le protecteur du public blanchit Ramaphosa

Le président Cyril Ramaphosa a été blanchi de toute faute par le médiateur de la nation pour la corruption après une enquête sur le vol de devises étrangères sur sa ferme.

« Il n’y a aucune preuve que le président est impliqué dans des activités rémunérées et il n’y a aucune base pour conclure qu’il a contrevenu au Code d’éthique exécutif », a déclaré la protectrice du public par intérim, Kholeka Gcaleka, aux journalistes à Pretoria vendredi. « Cela signifie qu’il n’était pas exposé au risque d’un conflit d’intérêts. »

Lire : Le président Cyril Ramaphosa est conforme aux impôts, selon Sars

Le résultat de l’enquête du Protecteur du public survient plusieurs mois après que le comité parlementaire sur la question a conclu que Ramaphosa aurait peut-être enfreint la constitution dans la gestion du cambriolage de devises étrangères cachées dans un canapé à sa ferme de jeu de Phala Phala. Il a nié toute faute.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un Francilien à la tête de la musique au Stade de France, « essentielle pour captiver le public »

L’émoi suscité par le vol dans sa ferme a éclaté pour la première fois il y a un an, lorsque Arthur Fraser, l’ancien chef des services de renseignement nationaux de l’Afrique du Sud, a porté plainte contre Ramaphosa, alléguant qu’il avait cherché à dissimuler le vol de 2020, lors duquel au moins 580 000 dollars en espèces ont été volés.

Lire : Sars ne trouve aucun enregistrement de l’acheteur de Phala Phala avec 600 000 dollars

Le scandale a soulevé des inquiétudes selon lesquelles Ramaphosa pourrait devoir démissionner de son poste de président et se retirer de la direction du Congrès national africain au pouvoir s’il était reconnu coupable de discréditer l’organisation.

L’ANC n’a pas encore rendu public les conclusions de la commission d’éthique de son propre comité d’éthique sur cette affaire. Les partis d’opposition se demandent si Ramaphosa a enfreint les lois sur le contrôle des changes et les impôts.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Gill Whitehead, ancien cadre de Google, dirigera l'équipe chargée de la sécurité en ligne au sein de l'autorité de régulation.

Lire : De nombreuses questions de conformité subsistent dans l’affaire Phala Phala dollar

L’autorité fiscale de l’Afrique du Sud a conclu, en mars, que Ramaphosa et les entités qui gèrent son entreprise de bétail sont conformes au niveau fiscal. La banque centrale enquête toujours sur d’éventuelles infractions aux lois de contrôle des changes.

© 2023 Bloomberg

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles