PartenairesNewspaper WordPress Theme
ActuNon, l'ONU ne propose pas de légaliser les relations sexuelles avec les...

Non, l’ONU ne propose pas de légaliser les relations sexuelles avec les mineurs.

—————————–Résumé de l’Article————————————————

Depuis quelques jours, des internautes accusent l’Organisation des Nations unies (ONU) de préconiser la dépénalisation de la pédocriminalité. En réalité, les internautes ont mal interprété les Principes du 8 mars, un ensemble de principes juridiques élaborés par des juristes pour une approche fondée sur les droits de l’homme dans les lois pénales. Ce document est le fruit d’un travail lancé en 2018 à la suite d’une première réunion d’experts de juristes par la Commission internationale de juristes (CIJ), en collaboration avec le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (Onusida) et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH). Dans ce document, il est précisé que les relations sexuelles consenties « ne peuvent en aucun cas être criminalisées », quel que soit le type d’activité sexuelle, le genre, l’orientation sexuelle ou le statut marital des personnes. Le principe n°16 de ce texte précise également que « tout âge minimum légal de consentement doit être appliqué de façon non discriminatoire. L’application ne peut être liée au sexe/genre des personnes impliquées ou à l’âge de consentement au mariage ». Mais à aucun moment on ne peut lire qu’il faudrait dépénaliser la pédocriminalité. La CIJ a déclaré que le contenu des Principes du 8 mars a été gravement déformé sur un certain nombre de réseaux sociaux et de sites Internet. Elle a donc précisé que les Principes du 8 mars n’appellent pas à la dépénalisation des relations sexuelles avec des enfants, ni à l’abolition de l’âge minimum du consentement aux relations sexuelles prescrit par les États. La CIJ a rappelé que les États ont une obligation claire en vertu du droit international de protéger les enfants de toute forme d’abus. En France, l’âge légal du consentement sexuel est établi à 15 ans, et à 18 ans en cas d’inceste. Toutefois, à partir de 13 ans, les mineurs peuvent consentir si l’écart d’âge avec leur partenaire est inférieur à cinq ans.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Lagardère annonce un accord et la fin de la grève - Un nouveau chapitre s'ouvre

—————————–Article Complet————————————————

Depuis quelques jours, des internautes accusent l’Organisation des Nations Unies (ONU) de préconiser la dépénalisation de la pédocriminalité. En réalité, il s’agit d’une mauvaise interprétation des Principes du 8 mars, un ensemble de principes juridiques élaborés par la Commission internationale de juristes en collaboration avec l’Onusida et le HCDH. Les principes ne préconisent pas la dépénalisation de la pédocriminalité, mais avancent que les relations sexuelles consenties ne peuvent être criminalisées. Cependant, l’utilisation de ce texte a été gravement déformée sur les réseaux sociaux. La CIJ a tenu à préciser que les États ont une obligation claire en vertu du droit international de protéger les enfants de toute forme d’abus. En France, l’âge légal du consentement sexuel est établi à 15 ans.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Un spectacle époustouflant pour ravir les fans de Taylor Swift

——————————Article à Propos—————————————————-

Récemment, une rumeur a circulé sur les réseaux sociaux affirmant que l’Organisation des Nations unies (ONU) aurait suggéré de dépénaliser les relations sexuelles avec des mineurs. Cette information est complètement fausse et sans fondement.

En effet, l’ONU a toujours été engagée dans la protection des droits de l’enfant et de leur bien-être. Elle a ainsi contribué à l’élaboration de plusieurs instruments juridiques internationaux, tels que la Convention relative aux droits de l’enfant, qui interdit toute forme de violence et d’exploitation à l’encontre des enfants, y compris les abus sexuels.

L’ONU a également mis en place plusieurs programmes et initiatives visant à prévenir et à combattre les violences sexuelles contre les enfants, ainsi qu’à protéger et à réhabiliter les victimes. Elle travaille en collaboration avec les gouvernements, les organisations de la société civile et les autres partenaires pour renforcer les systèmes juridiques et les services de protection de l’enfance.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Des signes de confiance reviennent dans les 5,5 millions de PME britanniques

En conséquence, il est important de souligner que l’ONU n’a jamais suggéré de dépénaliser les relations sexuelles avec des mineurs. Au contraire, elle a clairement condamné cette pratique et appelle tous les États membres à mettre en place des lois strictes pour la protéger les enfants contre toutes formes d’abus.

Il est impératif de ne pas propager de fausses informations telles que celle-ci, car cela ne fait que troubler l’opinion publique et porter atteinte à la crédibilité de l’ONU. Les discussions sur des sujets aussi sensibles que les relations sexuelles avec des mineurs nécessitent un examen approfondi et une compréhension claire des implications juridiques et éthiques impliquées.

En somme, il est important de rappeler que la protection des droits de l’enfant et la lutte contre les violences sexuelles sont des priorités pour l’ONU, et qu’elle continuera de travailler avec détermination pour défendre ces valeurs fondamentales.

—————————–FIN————————————————

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles