PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentM&R s'efforce de reprendre le contrôle de ses activités minières en Australie

M&R s’efforce de reprendre le contrôle de ses activités minières en Australie

Le groupe d’ingénierie et de sous-traitance Murray & Roberts (M&R), coté sur le JSE, maintient qu’en dépit de sa catastrophe en Australie, il a un avenir et cherche toujours à reprendre le contrôle de ses activités minières en Australie.

Deux contrats problématiques et les séquelles de la pandémie de Covid-19 – qui a gravement affecté la capacité du groupe à respecter ses engagements contractuels – ont entraîné des problèmes de liquidités pour M&R dans la région Asie-Pacifique.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

Cela l’a obligé à placer Murray & Roberts (Pty) Ltd (MRPL), sa société holding en Australie et sa principale filiale, Clough, sous administration volontaire.

Lire :
M&R risque de perdre son activité minière en Australie
Les actions de M&R chutent de 24,4 % suite à l’apparition de nouveaux détails sur les problèmes d’endettement

Elle a également perdu le contrôle de RUC Cementation, sa société minière en Australie, parce qu’elle faisait partie de cette structure d’entreprise.

Henry Laas, PDG de M&R, a déclaré la semaine dernière que l’impact des événements de 2023 était catastrophique pour le groupe, en particulier la vitesse à laquelle ils se sont déroulés et ont créé une incertitude significative sur le marché quant à la durabilité de M&R.

Ils ont également entraîné une importante destruction de valeur pour tous les actionnaires du groupe.

Cependant, Laas a déclaré que l’impact de ces événements est derrière le groupe et qu’il a été entièrement pris en compte dans les résultats financiers de 2023.

“Il n’y a pas d’autre impact, pas d’autre conséquence pour le groupe à l’avenir”, a-t-il déclaré.

“Murray & Roberts a émergé de ces événements en tant que groupe beaucoup plus petit, mais un groupe avec un avenir.

“Aujourd’hui, nous sommes principalement une société de services miniers et, sous réserve que nous reprenions le contrôle de RUC, nous pensons que nous pouvons augmenter nos bénéfices par rapport à la base de référence d’avant la pandémie”, a-t-il déclaré.

Sous-estimé

Mike da Costa, PDG de la plateforme minière M&R, a déclaré qu’avec la perte de contrôle de RUC, la partie australasienne du globe est mal desservie du point de vue de M&R.

M. Da Costa a déclaré qu’il s’agissait d’une région très importante pour M&R, qui a bien l’intention de maintenir sa position dans cette partie du monde.

Il a indiqué que l’option préférée de M&R pour y parvenir serait de reprendre le contrôle de la RUC, et que beaucoup d’efforts sont déployés pour y parvenir.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Elon Musk est un "con" mais a été un "aimant à talents" pour OpenAI à ses débuts, admet Sam Altman, qui doit maintenant faire face à une concurrence directe de sa part.

“Si nous ne réussissons pas, nous nous rétablirons et rétablirons nos capacités dans cette région par le biais de Cementation APAC, avec le soutien des sociétés de cimentation des Amériques et de l’Afrique”, a-t-il déclaré.

Lire : M&R bondit après avoir tenté de reprendre le contrôle de l’activité minière australienne

M. Laas a admis que la seule façon pour M&R de reprendre le contrôle de RUC était d’apporter une contribution financière au processus. “Il n’y a aucune chance que nous puissions reprendre le contrôle de RUC sans faire un investissement supplémentaire.

“Le processus précédent dans lequel nous étions engagés a été interrompu par les administrateurs, mais nous sommes toujours dans la course.

“Nous sommes confiants, mais nous ne pouvons pas être sûrs à 100 % que nous réussirons. Nous pensons que nous avons une proposition qui répondrait aux attentes des autres parties prenantes et que nous réussirons.

“Nous espérons que d’ici la fin du mois d’octobre, nous serons parvenus à un accord définitif sur ce point”, a-t-il déclaré.

L’attention du groupe

Laas a déclaré que M&R se concentre sur trois points principaux :

  • Remédier au déséquilibre de la dette du groupe ;
  • Maintenir une présence minière dans la région Asie-Pacifique ; et
  • Veiller à réaliser les prévisions de ses plans d’entreprise pour la plate-forme minière et électrique, industrielle et hydraulique (PIW).

M. Laas a déclaré que M&R devait lever de la dette sur le bilan de ses activités internationales et utiliser le produit pour rembourser ses prêteurs en Afrique du Sud afin de rétablir l’équilibre. Elle a des dettes dans les régions où elle génère des liquidités.

M&R avait un carnet de commandes total de 15,4 milliards de rands à la fin juin 2023, la plateforme minière représentant 13,6 milliards de rands et la plateforme PIW 1,8 milliard de rands du total.

Laas a déclaré que le groupe s’attend à ce que le carnet de commandes augmente à l’avenir, avec 9,1 milliards de rands de commandes imminentes, c’est-à-dire des travaux qu’il a obtenus mais dont le contrat n’a pas encore été signé.

La plateforme PIW a rapporté une perte d’exploitation considérablement réduite de 47 millions de rands pour l’année se terminant fin juin 2023, par rapport à la perte de 155 millions de rands de l’année précédente.

Le PDG de la plateforme PIW, Steve Harrison, a déclaré qu’avec l’énergie renouvelable, ils pensent désormais avoir une entreprise durable. “Nous avons pris un virage important et nous allons contribuer au groupe à l’avenir.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Opendoor subit de lourdes pertes après avoir perdu de l'argent sur les ventes de maisons

Il a ajouté que le calendrier des nouveaux projets est malheureusement arrivé trop tard dans l’année pour permettre à la plateforme de retrouver une rentabilité marginale ou un seuil de rentabilité.

OptiPower

Harrison a déclaré que la majeure partie des revenus de la plateforme en 2023 provenait de ses projets OptiPower. OptiPower est un spécialiste de la transmission, de la distribution et des sous-stations à haute tension.

PUBLICITÉ

CONTINUER LA LECTURE CI-DESSOUS

M. Harrison a déclaré que le carnet de commandes était passé d’environ 400 millions de rands l’année dernière à 1,8 milliard de rands à la fin du mois de juin, ce qui est positif, et que la société disposait d’un pipeline de catégorie 1 de 9 milliards de rands.

Le pipeline de catégorie 1 fait référence aux appels d’offres soumis ou en cours de préparation, à l’exclusion des commandes imminentes.

M. Harrison est également optimiste quant à la capacité de la plateforme à obtenir des projets photovoltaïques (PV) à grande échelle. “Environ 60 gigawatts doivent être mis en place en Afrique du Sud au cours des 10 prochaines années, ce qui représente un travail d’une valeur de 1,5 trillion de rands.

Lire :
La demande de produits d’énergie renouvelable stimule les bénéfices de Bidvest
Les entreprises privées sud-africaines ajouteront 4GW au réseau d’ici fin 2024

“Au cours des trois prochaines années, nous avons une visibilité sur environ 12 gigawatts d’énergie renouvelable.

“Nous visons environ 400 à 500 MW par an. Cela se traduit par des revenus d’une valeur d’environ 4 milliards de dollars par an.

“Mais comme nous réalisons les projets photovoltaïques dans le cadre de coentreprises, la part de la plateforme s’élève à environ 2,5 milliards d’euros.

“Nous avons donc percé sur ce marché et nous exécutons des projets… il y a des opportunités fantastiques pour nous au cours des dix prochaines années”, a-t-il déclaré.

M. Harrison a déclaré qu’il existait également des possibilités intéressantes en matière de réseaux de transmission.

Il a indiqué que la plate-forme avait installé 4 300 km de réseau au cours des dix dernières années, mais qu’elle pensait devoir en installer 14 200 km au cours des dix prochaines années.

“Il s’agit donc d’une montée en puissance massive”, a-t-il déclaré.

Les chiffres

La semaine dernière, M&R a annoncé une perte attribuable de 3,18 milliards de rands pour l’année se terminant fin juin 2023, contre un bénéfice de 135 millions de rands l’année précédente, après comptabilisation des pertes de Clough et de la déconsolidation de MRPL, Clough et RUC.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Ce qu'il faut savoir cette semaine

Suite à la déconsolidation de ces entités, les capitaux propres ont été ramenés de R5,7 milliards à R1,8 milliards, et la valeur de l’actif net par action du groupe a baissé de 13 à R4.

Le chiffre d’affaires des activités poursuivies a augmenté de 42 %, passant de 8,8 milliards de rands à 12,5 milliards de rands.

Le bénéfice avant intérêts et impôts des activités poursuivies s’est amélioré de près de 11 %, passant de 82 millions de rands à 91 millions de rands.

M&R a déclaré une perte nette diluée par action de 71 cents, contre 47 cents l’année précédente.

Commentaire d’analyste

Rowan Goeller, analyste chez Chronux Research, a déclaré que M&R est une entité beaucoup plus petite qu’elle ne l’était auparavant, mais que Clough, bien qu’important en termes d’actifs, ne contribuait pas beaucoup aux bénéfices, voire pas du tout, du groupe au cours des dernières années.

Goeller a déclaré que l’activité minière était le principal générateur de bénéfices et qu’il y avait encore une chance que M&R reprenne le contrôle de RUC. Même si cela n’est pas possible, les commandes pour le reste de l’activité minière et la plate-forme PIW sont en hausse.

Il a déclaré que M&R répondait aux inquiétudes concernant sa position d’endettement en Afrique du Sud, ce qui devrait éliminer les inquiétudes persistantes quant à la nécessité pour le groupe de lancer une offre de droits.

“La réponse après ces résultats est non, ils n’ont pas besoin d’une offre de droits, et ce n’est qu’une possibilité très éloignée.

“M&R souffre également d’un déséquilibre fiscal et envisage de le corriger dans un avenir proche. Si vous additionnez tous ces éléments, vous obtenez une entreprise viable et durable.

“Oui, elle est plus petite que l’ancienne M&R, mais elle ne vaut pas 65 cents par action, et elle est définitivement en mode de redressement et a une activité durable”, a-t-il déclaré.

Les actions de M&R ont augmenté de 4,76 % mardi pour clôturer à 0,66 R par action.

Lire :
Murray & Roberts finalise la cession de sa participation dans l’opérateur Gautrain pour un montant de 1,26 milliard d’euros
Les activités de M&R au Moyen-Orient présentent toujours un risque malgré la “sortie” de 2017

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles