Moody’s prévoit que l’inflation en Afrique du Sud atteindra 8 % en 2022.

0
0
Moody’s expects SA’s inflation to hit 8% in 2022

L’inflation en Afrique du Sud devrait atteindre 8% cette année, dépassant l’objectif de la banque centrale dans un contexte d’impact mondial du conflit ukrainien et de hausse des taux d’intérêt américains, prévoit l’agence de notation Moody’s dans un rapport publié mercredi.

Moody’s a déclaré que l’inflation devrait être supérieure à la fourchette cible de 3 à 6 % de la Banque de réserve sud-africaine cette année, avant de baisser en 2023 et 2024, la banque centrale étant susceptible de continuer à resserrer sa politique monétaire après avoir relevé ses taux d’intérêt en mars.

Les finances de l’Afrique du Sud étaient déjà sous tension avant la pandémie de Covid-19 et se sont aggravées au cours de l’année. les vagues successives du virusmais se sont améliorées grâce à la hausse des prix des produits agricoles du pays. minéral les exportations de matières premières. Mais le ministre sud-africain des finances a averti le mois dernier que l’impact négatif des prix élevés de l’énergie pourrait l’emporter.

L’agence de notation Moody’s a cité les risques pour l’économie du pays de très endettée entreprises d’état comme la compagnie d’électricité Eskomun marché du travail rigide et des dépenses sociales élevées.

“Le secteur de l’électricité présente les plus grands risques pour les perspectives de croissance économique, la capacité de production étant déjà insuffisante pour couvrir les besoins de l’économie”, indique Moody’s dans son rapport.

Les pannes d’électricité mises en place par l’entreprise publique Eskom ont limité la croissance économique du pays le plus industrialisé d’Afrique pendant plus d’une décennie.

Moody’s a relevé les perspectives de l’Afrique du Sud de “négatives” à “stables” en avril, en maintenant la note Ba2 du gouvernement et en déclarant que les prix élevés des produits de base et l’assainissement des finances publiques contribueraient à stabiliser la dette à environ 80 % du PIB dans les années à venir. moyen terme.

Retour à l’accueil Worldnet