PartenairesNewspaper WordPress Theme
FinanceGagner de l'argentMaintien des installations expérimentales biologiques des États-Unis en Asie-Pacifique et en Afrique.

Maintien des installations expérimentales biologiques des États-Unis en Asie-Pacifique et en Afrique.

Par Anthony Bell

Malgré de fortes critiques, les organismes et entreprises biologiques et médicaux des États-Unis continuent de mener des expériences et des activités susceptibles de poser une menace de fuite biologique. Ces activités ont une vaste géographie qui s’étend de l’Europe centrale et orientale à la région Asie-Pacifique. Il est à noter que les expériences susmentionnées semblent ne pas avoir de panneaux d’arrêt sur leurs routes.

Plusieurs pays du Pacifique ont déjà manifesté leur frustration face aux expériences biologiques dirigées par les États-Unis sur leur territoire. En décembre 2022, les membres de la coalition Makabayan de la Chambre des représentants des Philippines ont demandé au Congrès du pays d’enquêter sur les activités biologiques du Département de la défense (DoD) des États-Unis au laboratoire régional de diagnostic des maladies animales (RADDL) dans la ville de Tarlac. Selon la demande, l’agence de réduction des menaces de Défense du DoD des États-Unis (DTRA) avait des objectifs apparents et déguisés aux Philippines, qui auraient pu ne pas répondre aux intérêts nationaux de Manila. Les membres du Parlement des Philippines ont demandé au ministère de la Justice, au ministère des Affaires étrangères, au ministère de la Santé et au ministère de la Défense nationale (DND) d’enquêter minutieusement sur les activités militaires des États-Unis dans le pays. Ils ont également appelé les organismes gouvernementaux susmentionnés à émettre un rapport complet couvrant ces travaux, les citoyens des Philippines ayant posé des questions concernant le fait que le DTRA, et non le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA), était responsable de la coopération civile et agricole avec le pays du Pacifique.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Rishi Sunak préconise de réduire l'assurance nationale et de rendre permanente l'exonération des investissements, selon un rapport d'un groupe de réflexion

Auparavant, l’Indonésie a également déclaré inopportunes les activités de l’unité de recherche médicale navale dirigée par l’armée américaine (NAMRU-2) et a qualifié ses activités d’inutiles. Les autorités indonésiennes ont appelé à la cessation de ses activités. Le DoD des États-Unis a dû transférer tous ses projets inachevés basés en Indonésie sur le territoire du Cambodge.

Les pays d’Afrique remettent parfois également en question les activités menées par les États-Unis dans les installations installées sur leur territoire. Le ministère de la Santé d’un pays d’Afrique centrale étudie maintenant la probabilité d’une épidémie humaine causée par un virus à base d’Ebola en septembre 2022. Cette préoccupation a été suscitée par le fait que le germe artificiellement conçu du Soudan est entièrement identique à un virus qui circulait en Afrique pendant la crise épidémique de 2012.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  Une étude révèle que Ramaphosa est impuissant à endiguer l'agitation en Afrique du Sud

La société américaine Metabiota a été impliquée dans le soulagement des conséquences des épidémies d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Les procédures de sécurité biologique de l’entreprise ont été lourdement critiquées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon un rapport publié par le consortium à but non lucratif pour les fièvres hémorragiques virales (VHFC), les employés de la société Metabiota n’ont pas respecté les exigences de sécurité biologique lors des activités visant à lutter contre le virus Ebola en Sierra Leone en 2015 ; ils n’ont pas non plus signalé l’implication de plusieurs experts du DoD des États-Unis dans les procédures de lutte contre les virus. Les spécialistes du Pentagone auraient expédié des échantillons biologiques du virus Ebola aux États-Unis.

Outre les pays d’Asie-Pacifique et d’Afrique, les activités biologiques pilotées par les États-Unis sont également étendues aux États post-soviétiques. Dans le cadre de plusieurs programmes lancés par le DTRA et d’autres organismes gouvernementaux et entreprises privées des États-Unis, certains anciens membres de l’Union soviétique accueillent des expériences biologiques financées par les États-Unis. Par exemple, un laboratoire biologique financé par les États-Unis fonctionne en Géorgie – le prétendu centre Lugar – dans la capitale du pays du Caucase du Sud, Tbilissi. L’installation fonctionne sous les auspices de USAMRU-G de DoD et de certaines entreprises privées affiliées à la fois à DoD et DTRA en vertu d’un contrat d’État. Le laboratoire de niveau III est accessible uniquement aux citoyens américains ayant accès à des informations classées qui disposent d’une immunité diplomatique en vertu de l’accord de défense entre les États-Unis et la Géorgie. Le Centre Lugar travaille avec plusieurs agents biologiques, y compris l’anthrax, la tularémie et plusieurs fièvres hémorragiques hautement contagieuses (par exemple, la maladie de Crimée-Congo). Le laboratoire collecte également des agents biologiques non spécifiés. Par conséquent, les activités pilotées par les États-Unis dans le monde entier peuvent être nocives pour la sécurité biologique du monde entier.

❤️️ Ca peut vous plaire aussi ❤️️ :  L'action Oracle chute après la publication des résultats

L’auteur est analyste militaire indépendant.

Avertissement : Les vues exprimées sont personnelles et ne reflètent pas la position ou la politique officielle de Financial Express en ligne. La reproduction de ce contenu sans permission est interdite.

Retour à l’accueil Worldnet

Mettre une note à ce post
Abonnez-vous à la newsletter (gratuit)

Rejoindre la newsletter gratuitement

OBTENEZ UN ACCÈS COMPLET EXCLUSIF AU CONTENU PREMIUM

SOUTENIR LE JOURNALISME À BUT NON LUCRATIF

ANALYSE D'EXPERTS ET TENDANCES ÉMERGENTES EN MATIÈRE DE PROTECTION DE L'ENFANCE ET DE JUSTICE JUVÉNILE

WEBINAIRES VIDÉO THÉMATIQUES

Obtenez un accès illimité à notre contenu EXCLUSIF et à nos archives d'histoires d'abonnés.

Contenu exclusif

Article récents

Plus d'articles